Une école de monstre ou l'on apprend à vivre comme des humains
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je sais qui nous sommes ~ Hwang A. Andreas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Je sais qui nous sommes ~ Hwang A. Andreas Mer 15 Juin - 19:42

Comme toujours, Ithil n'aimait pas le soleil. Sous sa forme humaine, sous sa forme elfique aussi, c'était pareil. Moins de soleil, mieux il se porte! Mais à cause des cours dispensés ici, il devait bien sortir le jour... surtout sortir de jour pour faire un cours de maths, ça l'insuportait. En fait, il n'aimait pas grand chose à part la nuit, la musique et la viande saignante. Si, une bonne cigarette ou de la drogue, de l'alcool, mais ça s'arrêtait là.

Sa hantise? Bronzer. Mais sa peau avait tellement peu été exposée au soleil, qu'il ne craignait pas grand chose. A part un vilain coup de soleil, tout au plus... ce qui était tout de même pas génial. Du rouge écrevisse sur une jolie peau si blanche... Pas vraiment sexy. Pour le moment, c'était la pause déjeuner. Et comme toujours, il n'avait encore sympathiser avec personne et aller manger seul. Levant les yeux vers le ciel, avec ses lunettes de soleil il se mit à doucement bouger les jambes pour faire bouger la balançoire sur la quelle il était assis. Pourquoi une balançoire, dans une académie où il n'y avait que des gens trop vieux pour y jouer? Merde. ça servait pas à grand chose en plus, quand on y réfléchit une balançoire. Juste à se balancer...

Soupirant doucement, le jeune homme vêtu de manière très féminine se mit à fouiller dans son sac. Ses longues jambes fines et pâles vêtues de bas résilles raclaient doucement le sol, sa taille affinée par un corset noir mettait en valeur ses courbes féminines, et un petit short noir moulait parfaitement ses jolies fesses.

Mettant les pieds à terre pour stopper le balancement incessant, il remit son sac à terre, sortant ses baguettes et son bento qu'il avait enfin trouver. Souriant, il l'ouvrit et se mit à manger. C'était pas de la grande cuisine, mais Ithil avait finit par tomber amoureux de la cuisine nippone, et ainsi il s'en préparait souvent.

Se délectant de la viande crue et du riz, un sourire aux lèvres, il ne put finir. Un petit appétit, oui... Tant pis. Refermant soigneusement sa boite qui était dans un style kawaii et bien entendu en bleu, il la remit dans son sac pour sortir ses cigarettes, et commencer à fumer après ce bon repas.

Relevant les yeux vers le soleil, tirant une mine renfrognée il se mit à soupirer, recommençant à se balancer en fumant tranquillement. Une fois finit, il jeta son mégot plus loin, pour commencer à jouer une chanson douce, une chanson elfique connue par tous les elfes. Le genre de chanson qui n'a pas d'age, et qu'on se transmet de génération en génération, sans support écrit.
Revenir en haut Aller en bas
Hwang A. Andréas
avatar


Messages : 15
Date d'inscription : 27/05/2011


MessageSujet: Re: Je sais qui nous sommes ~ Hwang A. Andreas Ven 17 Juin - 23:38

  • Andréas inspira à fond l'air frais du matin et s'étira, tel un chaton. Il ronronna de plaisir et ouvrit vaguement un oeuil. Le soleil bleuté lui souriait, en cette belle journée d'été. Il avait séché tous les cours de la matinée. Mais il comptait tout de meme s'y rende cet après midi. Enfin, si il n'avait pas quelque chose de plus important à faire, bien sur.
    Notre petite elfe était ainsi, du haut de ses 800 et quelques années. Il cherchait à profiter encore et toujours de la vie en sachant pertinemment qu'il avait encore des milliers d'années pour le faire, allez chercher la logique, vous. En tout cas, dans sa vision des choses, encore valait t'il mieux partir à l'aventure quand l'occasion se présentait plutot que d'aller s'enterrer dans une sale de classe sombre en attendant que le temps passe. Non, c'était simplement bien trop ennuyeux.

    Il se leva et sauta de son rebord de toit en sentant son ventre gargouiller. Avant de décider si il allait aller ou non en cours cet après midi la, il avait besoin d'un bon déjeuner bien copieux. A cette idée, son estomac se mit à gronder encore plus fort, et il dévala les escaliers de la tour, pour débarquer dans la cour de l'école.
    Puis, il se mit joyeusement en route vers la cafétaria ou l'attendraient surement ses amis, habitués a ses absences et sautes d'humeur à forces de les subir.
    Il accéléra tout de meme le pas.

    Il ne s'était pas attendu a ce que la, en pleine heure ou la cour semblait etre déserte, il entendrait ce chant.
    Un chant qui l'arreta net lorsque les premières notes le touchèrent. Instantanément, des milliers de souvenirs lui remontèrent en mémoire. Et il eut peur, pendant quelques secondes, que ce soudain flot d'émotions ne le pousse à reprendre sa forme elfique.
    Si il avait repoussé tous les heureux et douloureux passages de son enfance de son esprit, c'était parce qu'il voulait à tous prix éviter une crise. Il ne voulait vraiment pas etre renvoyé de cette école. Il l'aimait trop pour ca. Alors il avait enfoui son passé dans une petite case de son esprit. Qui s'était soudainement rouverte violemment en entendant ce chant délicieux.

    Au lieu de fondre en larmes comme a chaque fois qu'il voyait des photos de L'Irlande, sa terre natale, il était tellement obnubilé par la voix qui chantait cette berceuse qu'il en oublia tout le reste.
    Sautant la barrière, il atterit dans le coin des jeux pour enfants qui ne servaient pratiquement jamais.
    Le coin, en lui meme, avait l'air pratiquement centenaire. Les chevaux grinçaient, le tourniquet se balancait au gré du vent.
    Il se faufila derrière un buisson pour observer la provenance de la voix

    Il ne sut pas tout de suite si la personne était un homme ou une femme. A vrai dire, ses traits étaient si fins qu'ils en étaient confondants. Mais il portait aussi des vetements, sinon étranges, plutot coupés pour une femme. Mais c'était bien un garcon qui se tenait devant lui. Il sentait son aura, qui le transpercait jusque dans ses entrailles. Il en était certain, c'était un elfe.
    Il en fut si retourné qu'il se leva d'un coup et lanca au garcon.

    -Comment connais tu cette chanson ?

    En deux temps trois mouvements, il se trouvait agenouillé devant lui. Il lui sourit, magnifique rayon de soleil en ce monde de brute.

    -Tu as une très belle voix, Ithril …

    Ne me demandez pas comment il avait put deviner son prénom. Il ne le savait certainement pas lui même...Mais c'était comme si d'une certaine façon, il le connaissait depuis des centaines d'années.
    Quelle drole de sensation. Il lui lanca un regard malicieux sous le couvert de ses cils épais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: Je sais qui nous sommes ~ Hwang A. Andreas Mar 28 Juin - 20:16

Cette chanson, ça rendait Ithil mélancolique à un point pas possible. Il se souvenait de sa vie elfique, de ses moments heureux avec le peu de gens qui l'avaient accepté comme il était, un elfe différent des autres, vraiment étrange mais pas méchant si on ne l'embête pas...

Il se souvenait de ses amants, de ses amis qui étaient mort depuis, dont particulièrement un elfe qui vivait en Irlande qui avait eu un fils à demi humain. Ithil avait connu cet enfant tout jeune et se demandait bien ce que ce petit bout elfe était devenu à présent... en tout cas, Ithil avait un jour appris que son père était mort ça lui avait vraiment fait un choc, qu'une personne aussi adorable que cet homme ne meurt.

Cette chanson lui ra pellait la forêt, les grand banquets le soir et l'orchestre qui jouait pour les elfes qui dansaient autour du feu. Les fêtes qui célébraient le printemps, une naissance, un mariage... Il se revoyait aussi jouer pour des funérailles. Les autres Elfes faisaient souvent appel à lui, un flûtiste d'exception qui avait sa renommée et qui était connu de tout les elfes. Pourtant mis à part ses qualités de flûtiste, ses congénères voyaient rarement autre chose que son don de virtuose. Non, tout ce qu'ils voyaient c'était une apparence repoussante pour un elfe, un comportement anormal et des manies étranges. Ils ne voyaient que sa fascination pour la noirceur de la nuit, et son dégoût pour l'astre de lumière pourtant si vénéré et annonce de fertilité... Ithil, c'était l'oiseau de mauvaise augure, qu'on laissait dans sa sombre forêt et à qui on faisait appel seulement pour jouer de la flûte.

Tandis qu'il continuait sa chanson, il eut un hoquet de surprise et manqua de tomber à la renverse en voyant un type arriver. Il le connaissait par son prénom, et lui demandait d'où il connaissait cette chanson. Mais là pour le coup, l'elfe noir ne reconnaissait pas ce jeune homme. Fronçant les sourcils, retirant ses lunettes de soleil pour mieux le voir il le fixait de ses yeux verts avec un air suspicieux.

_C'est une chanson folklorique, de mon peuple, chantée en Quenya. T'es qui toi?... Je te connais? Tu comprend le Quenya? Où t'as appris cette langue?...

En tout cas, si ce type connaissait cette chanson c'est que lui aussi était un elfe, ou du moins, qu'il était proche de ce peuple... Laissons planer le doute. Pour l'instant, il allait pas se mettre dans la merde et révéler ouvertement sa vraie nature. Toujours est-il, qu'il savait bien que chanter en Quenya ne lui amènerai rien de bon. Non lui, son dialecte de base c'était le Sindarin.
Revenir en haut Aller en bas
Hwang A. Andréas
avatar


Messages : 15
Date d'inscription : 27/05/2011


MessageSujet: Re: Je sais qui nous sommes ~ Hwang A. Andreas Ven 8 Juil - 22:41

  • La chanson n'était pas exactement comme celle qu'il entendait le plus souvent dans son enfance, d'aussi loin qu'il s'en souvienne. Elle était plus douce, plus lente, et plus mélancolique que les chants de sa communauté, qui eux étaient plein de lumière et d'énergie, d'espoir. D'ou ce chant lui venait il alors ? Peut être était ce celui qu'il avait entendu la nuit ou il était soudainement devenu orphelin ? Ce chant lointain, ce chant de regrets d'un bonheur perdu.

    Il ne put s’empêcher de venir à sa rencontre. Il savait qu'il était interdit de relever sa véritable nature à qui que ce soit, sous peine de finir expulsé et bien embêté, mais le garçon ne réfléchissait que très rarement avant d'agir, sa vie était régie par des pulsions. Il agissait avant de penser.
    Alors en l'espace de quelques secondes, le voilà perché sur une sorte de monture de bois, tel un félin aux yeux violets, il les pose dans les deux billes vertes qui le dévisagent sans même fléchir.

    _C'est une chanson folklorique, de mon peuple, chantée en Quenya. T'es qui toi?... Je te connais? Tu comprend le Quenya? Où t'as appris cette langue?...

    -A vrai dire, c'est ma langue maternelle.


    Murmure le jeune homme, son accent irlandais clairement présent dans sa voix. Voilà des années qu'il n'avait pas parlé le Quenya. Il n'était même pas sur de savoir le refaire. Mais il se sentait étrangement excité d'avoir découvert un cousin ou un membre de son peuple. Rares étaient les elfes qui avaient survécus aux nombreuses expéditions d'extermination lancées contre eux. Beaucoup trop rares. Andréas avait 800 ans cela faisait près de 700 que la guerre de Cent ans avait décimé sa famille. Depuis il n'avait rencontré que trois ou quatres elfes.
    Il l'étudia pendant quelques minutes, se demandant si il lui jouait un mauvais tours.

    -Pourquoi est ce que j'ai l'impression de t'avoir déjà vu en dehors de ces murs ?

    Il se rappela de cette même sensation qu'il avait éprouvé en le croisant quelques fois dans le couloir, par une simple coïncidence. Il n'avait jamais su mettre un nom dessus, et il était très facile de le distraire, aussi n'y avait il pas fait attention jusqu'à maintenant. Se pourrait t'il qu'il l'ait connu il y a très longtemps ?
    Il hésita quelques secondes, puis souleva un pan de son t-shirt, dévoilant le bas de son ventre ou était tatoué des fleurs jaunes, les fleurs araignées conduisant à l'enfer selon le peuple des elfes.
    C'était le même tatouage que portait naturellement son père, autrefois. Un tatouage unique.

    -Est ce que par hasard tu reconnais ce tatouage ?


    Il avait une drôle d'intuition qu'il désirait satisfaite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Je sais qui nous sommes ~ Hwang A. Andreas

Revenir en haut Aller en bas
 

Je sais qui nous sommes ~ Hwang A. Andreas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Monster Academy :: Close :: Close-
Sauter vers: