Une école de monstre ou l'on apprend à vivre comme des humains
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Malaise et situation délicate, bref une fin d'après-midi | PV Cho Kiyong

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yoon Jin Woo
avatar


Messages : 26
Date d'inscription : 24/05/2011


MessageSujet: Malaise et situation délicate, bref une fin d'après-midi | PV Cho Kiyong Lun 30 Mai - 20:57

    Jin Woo bailla légèrement tandis qu’il étirait tant bien que mal les muscles de son dos. Il avait eu une journée assez difficile, plusieurs élèves étant venus lui rendre visite pour une raison X ou Y. Vraiment, aider les autres ne lui posait aucun problème, de même qu’écouter leurs soucis, mais certains inventaient vraiment n’importe quoi pour échapper à leurs cours. On le regardait même parfois de haut, soi-disant parce que quelques élèves avaient plusieurs centaines d’années et s’imaginaient avoir en face d’eux un petit jeune. Tsss, il avait 2761 ans, pas 26 ans. Peut-être devrait-il mettre une affichette sur sa porte d’entrée ? « Infirmier de 2761 ans, merci de ne pas tenter de l’intimider par votre autoproclamé grand âge ».

    Enfin, cela l’amusait plus qu’autres choses. En fait, derrière sa prétendue frustration se dissimulait cette allégresse d’évoluer parmi des personnes qui lui ressemblaient, de ne pas avoir à réellement cacher qui il était. Bien sûr, il ne pouvait pas se balader sous sa vraie forme, mais quelle importance ? Il pouvait tout de même utiliser ses pouvoirs, parler de ce qu’il avait vécu sans avoir à se prétendre ignorant sur des périodes d’histoire qu’il ne devrait même pas connaître. Et puis, cela lui faisait plaisir d’être de nouveau à l’académie, l’école qui lui avait redonné un but après des années d’errance. Songeant à cela, un léger sourire vint flotter sur ses lèvres. Décidant qu’il méritait bien une petite pause après son dur labeur, il ouvrit son tiroir. Alors, quelle sucrerie allait-il déguster aujourd’hui ? Peut-être une sucette acidulée, ou l’un de ces bonbons pétillants ? Allez, la sucette. Sifflotant il ouvrit l’emballage avant de porter le bonbon à la bouche. Ah, rien de tel pour se détendre.

    Il se leva, décidant d’aller ranger quelque peu l’infirmerie avant qu’un autre malade arrive. Chachamaru n’était pas là aujourd’hui pour l’aider, aussi devait-il se débrouiller malgré son grand âge. Cette pensée fit naître un léger ricanement qui résonna étrangement dans l’infirmerie silencieuse. Quelle importance ? Il était seul. Au cas où, il mettrait son comportement sur le compte de la sénilité. Bien sûr, il n’avait jamais ressenti un quelconque effet des années passées sur son corps, seul son cœur en avait souffert. Il avait dû soulager tant de souffrances, sans jamais pouvoir pleurer ses propres malheurs sur l’épaule de qui que ce soit, de peur de les rendre bien trop malheureux. L’empathie n’était pas un pouvoir qu’il appréciait particulièrement. Oh, il était heureux de soulager les gens, évidemment. Mais de sentir chaque jour les malheurs qui pesaient sur les cœurs de ceux qu’il aimait, de voir au-delà des sourires de façade et des rires cristallins lui pesaient. Toutefois, il l’acceptait. Après tout, il était une Larme et un infirmier.

    Secouant la tête pour chasser ces pensées peu agréables de son esprit, il se concentra sur ce qui l’avait rendu heureux précédemment, sur les nouvelles rencontres qu’il avait pu faire. Mieux, il se perdit dans le rangement et l’installation de nouveaux draps pour les lits, ses pensées se perdant des ces gestes tellement répétés que nulle réflexion ne les précédait. Il se remit à siffloter ce qui, allié à la sucette dans sa bouche, rendait ses sons un peu étranges, mais qu’importe ? Sa présence apaisait les gens, alors quand bien même sa « musique » les agaçait, cela s’équilibrerait avec son pouvoir. Et puis, depuis le temps qu’il était là, les élèves et les professeurs devaient bien s’être habitués à son comportement parfois étrange. On ne lui disait jamais rien là-dessus de toute façon. Il faisait correctement son travail, et apportait même du réconfort aux monstres en grand besoin de se contrôler, que demander de plus ? Peut-être un peu de modestie.

    Enfin, il se redressa, satisfait. Tous les lits de l’infirmerie étaient refaits. Bon, cela n’avait pas amélioré son mal de dos latent, mais c’était une bonne chose de faite. Il plaça les draps sales dans un bac pour qu’ils puissent être nettoyés plus tard, puis se dirigea vers son bureau. Un léger coup d’œil à l’heure lui indiqua qu’on approchait de la fin de l’après-midi, et donc des cours. Bientôt, tous les étudiants se dirigeraient vers leurs clubs ou leurs hobbies. Il aurait sûrement quelques blessés du club de sport, puis plus tard dans la soirée des indigestions. Il gardait toujours son téléphone allumé la nuit, au cas où un malade se déclarerait en pleine nuit. Après tout, n’était-ce pas son rôle d’infirmier. En parlant de son travail…

    Un raffut à l’entrée de l’infirmerie lui fit brusquement relever la tête. Etait-ce quelqu’un que l’on transportait ? Sûrement un malaise dans ce cas. Il s’empressa de se diriger vers la source du bruit. Le temps d’attraper sa trousse de soins, il cria un « N’importe quel lit fera l’affaire », tout en se félicitant de les avoir tous refaits. Sa sucette ? Il la jetterait plus tard. D’un pas hâtif, il arriva enfin au lit en question, et ce qu’il vit lui fit perdre quelques couleurs : Cho Kiyong.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cho Kiyong
avatar
Love is killing ME

Messages : 39
Date d'inscription : 29/04/2011


MessageSujet: Re: Malaise et situation délicate, bref une fin d'après-midi | PV Cho Kiyong Jeu 2 Juin - 0:53

  • La journée ne s'était pas tellement bien passé pour le jeune professeur qu'était Cho Kiyong. Tombé malade au matin, il avait dut annuler tous ses cours de la journée et terrassé par une forte fièvre comme les humains normaux ne pouvaient pas faire (dans ses moments la, il était impossible de l'approcher ni de lui mettre un thermomètre dans la bouche tant son corps était comme de la lave en fusion).
    Il était resté couché toute la journée, donc. Il avait déliré sous l'effet de la fièvre. Il avait revécu les pires moments de sa vie. Et alors qu'il avait l'impression qu'il allait mieux il s'était complètement effondré et avait perdu connaissance.
    Lorsqu'on l'avait retrouvé, il avait perdu toutes ses couleurs et sa fièvre avait disparu, mais il était évident que des soins s'imposaient.

    Il fut donc conduit a l'infirmerie, en urgence. Bien qu'il ne s'en rendit pas compte vu qu'il avait perdu toute connaissance et qu'on aurait bien pu lui faire n'importe quoi sans qu'il ne s'en rende compte ou qu'il ne se réveille. On aurait dit, pendant quelques instants, que son ame avait réellement quitté son corps.
    Et pendant quelques secondes, le jeune homme se dit "Ca y est je suis mort. C'est malin ca, je suis le dernier représentant de la lignée des dragons de feu, comment je peux etre tué par une simple grippe franchement ?"
    Et puis, finalement, son esprit regagna son corps. Et il recommenca a ressentir la douleur de sa chute, et a percevoir les voix autour de lui.
    Une, en particulier, lui fit aussitot lacher un soupir. D'aise ou de résignation. Il ne savait vraiment choisir.
    Ce Yoon Jin Woo...Très beau, trop beau infirmir de l'académie. Avec l'incroyable capacité d'apaiser les gens par sa seule présence, éveillait tout de meme chez lui énormément de questions.
    Il était troublé par cet homme qui ressemblait tellement à une personne qu'il avait autrefois aimé à la folie.

    -Jin Woo...

    Murmura t'il, encore dans le paté, alors que ceux qui l'avaient emmenés jusqu'ici quittaient déjà la pièce, leur bonne action accomplie. Ce n'était pas rare que le professeur de musique se retrouve ici. Mais en général, il venait seul et sur ses deux jambes.
    Il se redressa sur son lit. Sa tete lui tournait et il cligna de nouveau des yeux.
    Son coeur battait a la chamade dans son thorax, mais il était toujours la, et bien en état de fonctionner.
    Et de toute évidence, il ne s'était pas transformé ou n'avait rien fait bruler.
    Il poussa un soupir de soulagement et reposa son dos contre la tete de lit.

    -Qu'est ce qu'il s'est passé exactement ?

    Demanda t'il de sa voix grave et teinté d'un adorable accent de Busan.
    Malheureusement de toute évidence, la journée n'était pas terminée dans l'infirmerie, car quelques minutes seulement après sa question, des cris (ou des rugissements, il n'aurait vraiment su dire), retentirent dans le couloir.
    La porte s'ouvrit a la volée. Entrant en titubant, un élève grognait et frémissait de tout son etre, retenu par des membres du personnel de l'école. Il n'était ainsi pas difficile de comprendre ce qu'il ne tournait pas rond.
    Comme lui, ce jeune homme était entrain de se transformer. Et évidemment souffait énormément en empechant sa vraie nature de prendre le dessus sur la partie humaine de son esprit.

    -Oh mon dieu...

    Murmura le professeur.
    Il en avait déjà oublié sa propre douleur, alors qu'il se levait et s'approchait d'eux en clodinant, encore étourdi.

    -Il faut fermer les portes. Si jamais il se transforme, il pourrait etre très dangereux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yoon Jin Woo
avatar


Messages : 26
Date d'inscription : 24/05/2011


MessageSujet: Re: Malaise et situation délicate, bref une fin d'après-midi | PV Cho Kiyong Dim 5 Juin - 0:28

    Comme Jin Woo détestait ces instants ce n'était pas un parfait inconnu, mais un proche que l'on installait dans un lit de l'infirmerie. Bien sûr, il savait que Kiyong était malade, il s’était occupé de lui procurer divers remèdes depuis son arrivée. Mais cette visite différait de ses précédentes, pour la bonne raison qu’il n’était pas conscient, ou si peu. Un pli barrant son front, Jin Woo jeta sa sucette à la poubelle et s’approcha du lit, trousse de soins en mains.

    « Jin Woo… »

    La ride de souci de son front s’accentua encore, tandis qu’il accordait d’un léger signe de tête l’autorisation aux hommes de partir de l’infirmerie. Il répondit par un simple « Je suis là mon ami, ça va aller », tandis qu’il sortait de quoi ausculter cet homme qui provoquait toujours chez lui toutes sortes d'émotions. Oh, tout aurait dû être tellement simple entre eux : un patient et un médecin. Hélas, bien d’autres paramètres entraient en jeu. Tout d’abord, cette capacité innée qu’avait Jin Woo d’apaiser les gens, de ne pas pouvoir résister à vouloir soigner leurs douleurs les plus intenses, morales comme physiques. Et si une personne avait bien besoin de cela, c’était Kiyong. Ensuite, l’infirmier sentait bien les émotions contradictoires qu’il faisait naître en celui qu’il avait appris à considérer comme son ami, lui rappelant apparemment un être jadis chéri. Et puis… Le professeur n’était pas laid, loin de là, et ses conversations étaient toujours pleines d’intérêt. Bref, notre pauvre Larme ne savait plus trop que penser du lien qui les unissait.

    Mais là n’était pas l’important. Pour le moment, son ami avait besoin de soins, et il comptait bien les lui fournir. Il fronça les sourcils en le voyant tenter de se redresser, mais le laissa faire. Il avait visiblement besoin de retrouver ses repères. Jin Woo se contenta de l’aider d’une main légère dans le dos, ce qui en plus devait lui apporter un plus de réconfort que sa simple présence. Oh, pas parce que son contact était rassurant, plutôt en raison de ses pouvoirs de Larme. Puis il l’aida à se réinstaller, tout en gardant sa main posée sur son épaule. Cela ne pouvait pas lui faire de mal. Et si cela ne dérangeait pas non plus l’infirmier… Tant mieux, non ? De sa main libre, il rapprocha sa trousse, de manière à en sortir son stéthoscope.

    « Qu'est ce qu'il s'est passé exactement ? »

    Jin Woo ne répondit pas immédiatement, lui demandant simplement de prendre quelques grandes respirations. Un léger sourire incurva néanmoins ses lèvres à l'entente de l'accent adorable de son "patient". Quoi ? C'était son péché mignon... Puis il lui demanda d’ouvrir la bouche afin de lui ausculter la gorge. Tout ceci ne prit pas bien longtemps, de sorte qu'il espérait ne pas lui donner l'impression de l'ignorer. Tâtant finalement les ganglions au niveau du cou, il répondit.

    « Des hommes t’ont trouvé évanoui, et ayant perdu toutes tes couleurs. Ils t’ont emmené ici à l’instant. Je dirai que c’est une bonne grippe, bien que quelques examens supplémentaires soient nécessaires. Cela pourrait une rhino-pharyngite également, comme ta fièvre semble être déjà tombée. Enfin, nous savons tous deux comment nos organismes réagissent différemment, aussi vais-je avoir besoin de quelques minutes sup… »

    Qu’il n’avait apparemment pas, puisqu’il fut coupé en plein milieu de sa phrase et de son examen par des cris et grognements en provenance du couloir… Et s’approchant de l’infirmerie. Allez, deux malades pour le prix d’un. Lui qui avait été tranquille pendant au moins une heure recevait tout à coup bien plus d’attention que nécessaire. Il n’avait nul besoin de voir l’élève entrer pour savoir ce qu’il se passait. Son empathie s’affolait déjà, lui envoyant toutes sortes d’émotions violentes : douleur, colère, honte, le tout formant un brouillard de rage qui aveuglait sans aucun doute toute capacité rationnelle du pauvre jeune homme.

    Du coin de l’œil il vit Kiyong se lever, tandis que lui-même fonçait vers les tiroirs de son bureau pour en retirer une petite caisse. Il aurait besoin de toute l’aide possible, aussi cela ne l’arrangerait-il pas si le professeur s’évanouissait sur place pour cause de surmenage. Il sortit de la boîte une petite fiole, qu’il tendit à son ami

    « Bois ça, ça devrait de remettre sur pied en moins de deux. »

    Il s’agissait en effet de l’un de ses fameux remèdes concoctés au long de nombreuses années à base des médicaments les plus efficaces, mais surtout des larmes de la forme véritable de Jin Woo. Celles-ci aidaient considérablement la guérison, et dans une telle solution, cela devrait effacer quasiment toute trace du rhume ou de la grippe du dragon. Plus tard, il aurait besoin de plus de repos, et surtout d’un examen plus poussé, mais en attendant cela ferait l’affaire.

    Ce problème réglé, l’infirmier se tourna vers le garçon sur le point de se transformer, tandis que l’un des hommes l’accompagnant avait fermé la porte sur ordre du professeur. En une fraction de seconde, Jin Woo comprit qu’il avait probablement affaire à une changeforme animale ou à un loup-garou, ses perceptions empathiques de même que les bruits qu’émettait l’élève ne laissant pas vraiment de doute sur la question. A présent, que faire ? Ah… qu’il détestait que son pouvoir implique une telle proximité. Pour soulager le métamorphe de la douleur qui causait cette transformation incontrôlable, l’infirmier devait le toucher. Il espérait juste qu’il ne serait pas mordu. Mais alors qu’il tendait le bras, un froncement de sourcil et un pli soucieux de ses lèvres firent part de sa soudaine hésitation… Quelque chose ne collait pas. L’élève ne souffrait pas que mentalement, mais aussi physiquement. Les yeux du médecin s’agrandirent subitement lorsqu’un examen visuel rapide lui révéla des plaies… Et pas en très bon état.

    Jurant, il fit demi-tour et sortit de sa boîte deux contenants d’onguent, toujours à base de ses larmes. Il allait pouvoir refaire des stocks le lendemain. Revenant au côté des hommes et de Kiyong, il annonça, son ton léger envolé :

    « Bon, il est blessé, ce qui dans les circonstances actuelles ne fait qu’accroître sa perte de contrôle. Je ne peux le soigner totalement, sa métamorphose rendant impossible toute tentative comme des points de suture ou des bandages. Il va falloir lui appliquer cet onguent… Ce qui ne va pas lui faire plaisir. Ensuite seulement pourrais-je tenter de l’apaiser mentalement. Et autant vous dire que cela ne va pas non plus être une partie de plaisir. A partir du moment où je déclencherai mes pouvoirs, ce sera pire avant de s’améliorer… »

    Quel magnifique tableau il venait de dresser. Mais il se devait d’être sincère, car il allait avoir besoin qu’on tienne et qu’on réprime physiquement l’élève, voir même qu’on lui parle avec calme pendant qui lui-même tenterait de faire ce qu’il avait décrit. Bref, plus facile à dire qu’à faire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cho Kiyong
avatar
Love is killing ME

Messages : 39
Date d'inscription : 29/04/2011


MessageSujet: Re: Malaise et situation délicate, bref une fin d'après-midi | PV Cho Kiyong Sam 11 Juin - 19:32

  • La vérité était que Jin Woo était pour une source de soucis autant qu'une source d'apaisement. Grace à la source, depuis quelques temps, il allait réellement. Il faisait beaucoup moins de malaise, son cœur était fort et moins lourd, et surtout, ses fièvres violentes se faisaient plus rare, tout cela grace à sa simple présence. Très vite, ils étaient devenus amis et Kiyong s'arrangeait toujours pour le mettre à l'aise autant que le faisait Jin Woo, mais à sa façon. Parfois pourtant, KiYong avait beaucoup trop de mal à supporter la vision de son amour autrefois mort devant lui qu'il arrêtait de venir le voir et recommençait à avoir des crises de plus en plus violentes.
    Oui, jusqu'à ce qu'il atterrisse ici. Ce qui en soit était risible, parce qu'il ne cessait de venir à la case départ.
    Peut être que les choses auraient étés plus faciles si Jin Woo avait été clair avec lui dès le début, si il l'avait totalement repoussé, peut être qu'il aurait eut moins de mal à s'y faire. Mais la, c'était tout à fait impensable.

    Une fois que sa vue s'adapta à la nouvelle clarté de l'endroit, Kiyong put demander à l'infirmier ce qu'il s'était passé (Il s'en doutait, malheureusement). Il attendit patiemment que son ami finisse de l'osculter. Des gestes complètement anodins en apparence, mais le brun se sentait déjà bien mieux, rien qu'en le sentant s'activer autour de lui.
    Il frissonna et posa ses mains sur les siennes lorsque la larme toucha son cou.

    -T'as les mains froides.... Murmura t'il comme pour se justifier de son comportement soudain.

    « Des hommes t’ont trouvé évanoui, et ayant perdu toutes tes couleurs. Ils t’ont emmené ici à l’instant. Je dirai que c’est une bonne grippe, bien que quelques examens supplémentaires soient nécessaires. Cela pourrait une rhino-pharyngite également, comme ta fièvre semble être déjà tombée. Enfin, nous savons tous deux comment nos organismes réagissent différemment, aussi vais-je avoir besoin de quelques minutes sup… »

    Le dragon s'était bien douté que ca ne pouvait etre que ca. Puis il eut un ricanement à sa dernière phrase. Évidemment, lorsqu'il avait une grosse poussée de fièvre, il était si incandescent que n'importe quel humain le touchant se serait brulé au troisième degré. Peu de médicaments (a part le genre « un peu spéciaux » qu'on trouvait dans l'infirmerie, n'arrivaient à calmer ca.

    -Quel genres d'examens ? S'inquiéta t'il, se rendant soudainement compte de l'heure. J'ai une classe dans une heure et...

    Mais il n'eut pas la chance de terminer sa phrase, parce qu'un véritable boucan à réveiller les morts les firent sursauter. Alors qu'on introduisait un élève dans l'infirmerie. Bien qu'il n'en ait vu que deux ou trois depuis qu'il enseignait ici, une transformation contenue était violente et impressionnante, mais surtout particulièrement dangereuse.
    Aussi se leva t'il à son tour. Parce qu'il ne tenait pas le moins du monde à laisser Jin Woo s'approcher seul d'une telle bombe à retardement, ou de le regarder se faire gravement blesser.
    Il gardait un profonde cicatrice d'un combat avec un loup-garou qui lui rappelait a quel points ceux ci étaient violent et hors de contrôle une fois transformés. Il n'avaient aucune perception de la vérité, aucune conscience.

    « Bois ça, ça devrait de remettre sur pied en moins de deux. »

    D'abord réticent, Kiyong avala finalement le contenu de la fiole. Il sentit un doux grésillement dans ses membres, et une chaleur l'envahir des pieds à la tète. Puis, il se sentit bien mieux. Terminé les vertiges, il avait les idées claires, et redevenait maitre de ses mouvements.
    Alors qu'il se retournait pour remercier son ami, il se rendit compte que celui ci était déjà entrain de donner des instructions aux deux autres hommes.
    Estimant que celui ci se trouvait trop prêt du garcon, il se placa à ses cotés en un geste protecteur, les sourcils froncés et l'air profondément concentré.

    « Bon, il est blessé, ce qui dans les circonstances actuelles ne fait qu’accroître sa perte de contrôle. Je ne peux le soigner totalement, sa métamorphose rendant impossible toute tentative comme des points de suture ou des bandages. Il va falloir lui appliquer cet onguent… Ce qui ne va pas lui faire plaisir. Ensuite seulement pourrais-je tenter de l’apaiser mentalement. Et autant vous dire que cela ne va pas non plus être une partie de plaisir. A partir du moment où je déclencherai mes pouvoirs, ce sera pire avant de s’améliorer… »

    -JinWoo....Tu ne veux quand même pas lui appliquer l'onguent alors qu'il est dans cet état ? L'inquiétude perçait dans sa voix, même si il savait parfaitement que l'infirmier en avait vu d'autres. Meme si on le tient, il risque de se rebiffer...

    Mais il se rendit compte que sa lecon de morale n'avait aucun effet, et finit par capituler. Au moins, il voulait aider. Alors il se tourna vers les deux gros bras qui l'accompagnaient.

    -Je vais attraper ses bras, soutenez sa poitrine jusqu'à ce qu'il ait appliqué l'onguent, ok ?

    Aussitôt dit, aussitôt fait. Kiyong, doté de sa force et son agilité de créature ailée, se jeta sur l'adolescent, qui se débattit violemment en hurlant à la mort. Les deux gros bras le ceinturèrent pour éviter qu'il bouge trop. Ainsi, l'infirmier pu s'approcher momentanément de la bete.
    Mais à l'instant ou la pommade toucha sa peau, il se à hurler encore plus. Depuis, Kiyong était certain que celui ci avait essayé de le mordre. Mais il n'eut pas le temps de se poser la question, parce qu'il se sentit soudainement projeté en arrière contre l'armoire en arrière, qui explosa sous son poids.

    Les pauvres hommes étaient dans le meme état que lui, alors que le lycéen avait littéralement explosé sous leur emprise.

    -Jin Woo !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Malaise et situation délicate, bref une fin d'après-midi | PV Cho Kiyong

Revenir en haut Aller en bas
 

Malaise et situation délicate, bref une fin d'après-midi | PV Cho Kiyong

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Monster Academy :: Close :: Close-
Sauter vers: