Une école de monstre ou l'on apprend à vivre comme des humains
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'eau seule est éternelle ... {Libre}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ellen O'Brien
avatar
.°•. Iηѕαιѕιѕѕαвℓє ρєтιт poisson

Messages : 31
Date d'inscription : 02/05/2011


MessageSujet: L'eau seule est éternelle ... {Libre} Jeu 5 Mai - 13:35

Le soleil se levait doucement sur l’horizon, laissant ses premiers rayons caresser la rosée déposée par la nuit. A l’académie, tout était calme encore ensommeillé par ce nouveau jour qui s’éveillait à peine. Pourtant, tous les élèves ne s’étaient pas laissés prendre au doux piège tendu par Morphée. Une silhouette venait elle aussi de se lever pour assister à cette aurore qui glissait un peu de sa chaleur sur son corps encore engourdi de sommeil…

Ellen avait toujours été quelqu’un de matinal, même si ces temps-ci, elle se levait aussi tôt seulement pour échapper au monde et peut-être un peu aussi aux autres l’espace d’une heure. Sans un bruit, elle se glissa jusqu’à son armoire pour enfiler une jupe et un t-shirt. Elle se pencha ensuite sur son bureau pour attraper son uniforme qu’elle enfouillit dans son sac à dos. Elle tourna ensuite la poignée qui la séparait encore de sa liberté. Un léger cliquetis se fit entendre et la porte céda. Dans la chambre régnait toujours le même silence religieux. Une fois dans le couloir, Ellen eut un soupir de soulagement, pressant le pas comme pour s’enfuir. Sa dernière escapade avait été surpris par une fille de son cours de science qui l’avait ensuite questionner pour savoir quel garçon elle pouvait bien aller rejoindre à une heure pareille. Quelle idiote …

Malgré son empressement, Ellen savait rester discrète. Elle marchait d’un pas presque inaudible lorsqu’elle arriva finalement devant une nouvelle porte. La jeune femme regarda de chaque côté du couloir puis s’engouffra dans l’immense pièce que cachait l’ouverture. Une odeur de chlore et de plastique se dégageait de l’endroit, le rendant reconnaissable entre mille, la piscine.

Évidemment, c’était loin de valoir l’océan ou même le lac mais c’était encore l’endroit le plus approprié pour pouvoir nager sans risque. Ellen passa dans les vestiaires, retirant ses vêtements pour enfiler un maillot de bain noir qui lui allait parfaitement bien. Elle retourna ensuite au bord de l’eau, plongeant sa main dans l’étendue bleue. Elle était froide, du moins pour quelqu’un qui n’avait pas l’habitude de nager dans les grands fonds. Ellen s’avança un peu, et plongea.

Soudain, c’était comme si elle volait. Son esprit se vidait, oubliant tout des cours, des problèmes et du manque que lui causait l’éloignement. Elle était ailleurs, elle était dans une bulle qui la rendait invincible. Elle remonta à la surface, prenant une bouffée d’oxygène et se mit à nager. Après l’accident avec Raffer, elle était retournée à l’océan plusieurs fois. Elle adorait cette sensation de liberté et ce calme qui régnait au large. Tout ces poisson qu’elle pouvait approcher comme une semblable et toutes ces choses qu’elle avait ignoré jusqu’à lors sur les fonds marins lui devenait accessible. Mais à quel prix ? Devenir une sirène n’avait pas que des avantages car après tout, elle était elle aussi un monstre. Elle avait déjà failli tuer. Elle avait sans le savoir provoqué une tempête qui fit faire naufrage à un petit bateau de pêche au nord de Galway. Elle voulut aider les survivants mais lorsqu’elle s’approcha de l’un d’entre eux, elle eut soudain un désir irrépressible de le dévorer. Sentir son sang couler dans sa gorge. Dévorer sa chair et l’entendre hurler de douleur jusqu’à son dernier souffle. Et tandis que ces pensées toutes plus macabres les unes que les autres s’accumulaient dans son esprit, elle sentit que ses ongles s’enfonçaient dans la chair du pauvre marin. Ses yeux bleus étaient devenus d'un noir intense… Elle avait faim. Ce souvenir la fit frisonner. Elle achevait une nouvelle longueur lorsqu'elle sentit une nouvelle vibration dans l'eau. Il y avait un autre plongeur ? En tout cas, elle n’était désormais plus seule dans l’eau. Elle refit surface pour découvrir celui qui venait troubler cet instant de solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanguy Podladtchikov
avatar
ADMIN
Antipathique hétéro complexé~


Messages : 1633
Date d'inscription : 06/09/2009


MessageSujet: Re: L'eau seule est éternelle ... {Libre} Jeu 5 Mai - 23:14


Il paraît que faire une petite baignade permet de remettre les esprits en place, du moins, c'est ce que ma mère me disait, au temps où nous parlions bien sûr...J'espérais bien que cela n'allait pas me rendre plus grognon que je ne l'étais déjà, car cette journée était bien entamée pour...Cette nuit je n'avais pas pu dormir dans ma chambre, non car Hiroki m'avait demandé de l'avoir pour une fois. Un jour je lui ferais le même coup ! Enfin, j'avais passé ma nuit dans les vestiaires du gymnase, me réveillant à chaque petit bruit, croyant percevoir le son d'un surveillant trop curieux. Mais il n'en fut rien, à chaque fois les bruits disparaissaient dans l'obscurité. Ma nuit fut donc courte, on va plutôt dire que j'avais somnolé, sans parler du banc qui me servait de lit...Autant dormir par terre moi je vous dis, enfin au moins je n'étais pas trempé ni sale ! Ce fut donc par lassitude que je décidais de me lever, le fait de ne pas pouvoir fermer les yeux était plus fatiguant qu'autre chose. Je trouverais bien un moment pour dormir, n'avais-je pas cours d'espagnol aujourd'hui ? Voir même théâtre ? Passant les mains sur mon visage encore endormit, essayant de chasser cette fatigue je retirai mes habits pour enfiler par-dessus mon caleçon un short de bain. Enfonçant mes habits dans mon malheureux sac, je me dirigeais d'un pas mal assuré vers les bains, manquant de me prendre des objets en cours de route. Il fallait bien le dire, j'étais actuellement en mode radar. Une fois dans l'eau, je serais bien forcé de me réveiller après tout ! C'est fou à quel point les jours pouvaient être long dans cet environnement, sans parler des élèves, plus stupide les uns que les autres, un vrai ramassis d'autiste et d'ailleurs j'en faisais parti...Peut-être même que j'étais leurs souverains tellement mon cas était irrécupérable ! Enfin, pour le moment je me contentais de me diriger vers cette étendue d'eau glacée qui allait me réveiller d'une façon plus que brutale.

Alors que je me préparais à me laisser tomber dans cette matière liquide, un léger frisson venu me parcourir le corps, vous savez, c'est le genre de frisson qui vous dit, va dans l'eau, il fera meilleur dedans, ou alors va dans l'eau et tu vas te les geler complet dedans comme dehors ! D'un petit soupire je rentrai donc dans l'eau, provoquant de légères ondulations à la surface de l'eau. Plongeant l'intégralité de mon corps, je me laissais couler pour finalement m'asseoir au fond de l'eau, gardant les yeux fermés n'appréciant guère la sensation du chlore dans les yeux. Tout était plus calme sous l'eau, certes elle était fraîche voir même froide, mais ça faisait toujours un bien fou. Et une fois dehors je serais de nouveau d'aplomb pour pourrir un peu plus cette MinSeo si elle avait le malheur de croiser ma route. Les secondes passaient doucement, mon corps se détendait de plus en plus, enfin ça jusqu'au moment où je pus percevoir une fine sensation de remous, un courant un peu plus fort que les autres. Ouvrant rapidement les yeux, faute de curiosité, mais aussi d'angoisse, je cherchais d'où ce courant venait et je trouvais : une silhouette. Une fille, vu l'allure svelte de celle-ci. Sans parler de son maillot. Bon...Je fais quoi ? Je ne vais pas pouvoir rester éternellement sous l'eau comme ça, surtout que l'oxygène commençait à manquer ! D'un mouvement lent je remontais à la surface, exécutant un mouvement plutôt vif de la tête pour écarter les mèches blondes qui me bloquaient la vue. C'est alors que je reconnus...Euh...Je ne me rappelais plus de son nom, enfin la fille qui ne savait pas jouer du piano là ! Hélène ? Allen...Aline ? Roh et puis ce n'est pas grave ! De toute manière je ne comptais pas rester, d'une part car je n'aimais pas trop que les gens puissent voir mes tatouages aux nombres de trois et aussi parce que j'avais fait ce que j'avais à faire, me rafraîchir ! Toutefois si je ne lui adressais la parole, je passerais pour un gosse mal éduqué, hors je ne l'étais pas ! Me rapprochant doucement du bord je lui adressai donc un ou deux mots :

    Tanguy - « Salut. Qu'est-ce que tu fais debout à cette heure là ? Tu as du mal à dormir ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellen O'Brien
avatar
.°•. Iηѕαιѕιѕѕαвℓє ρєтιт poisson

Messages : 31
Date d'inscription : 02/05/2011


MessageSujet: Re: L'eau seule est éternelle ... {Libre} Mer 11 Mai - 1:18

Ellen fixait l’étranger avec un petit sourire. Son visage lui était familier. Une fois encore, il l’avait surprise. Elle le regarda s’approcher du bord, plongeant son regard bleu dans le sien. Une question ? Étrange. Ce n’était pas son genre, de se soucier des autres enfin c’est cette impression là qui se dégageait de lui. Pourtant, cette parfaite incarnation de l’arrogance et de la froideur n’était qu’un masque. Ellen l’avait bien senti lors de leur première rencontre et c’est peut-être ce qui la poussa à engager la conversation à son tour. L’envie d’en apprendre plus. Il faut être quelqu’un de bien torturé pour devenir aussi renfrogné.

-Non je suis juste terriblement … matinale. Par contre toi, tu as l’air terriblement fatigué, je me trompe ?

Ses yeux dans les siens. Doucement, Ellen s’approcha du bord elle aussi, frôlant la peau froide du jeune homme. Elle put sentir son souffle sur sa nuque.

Tanguy … Où as-tu égaré ton sourire car dans le miroir de tes yeux sombres, c’est bien l’autre toi que je vois. Ton visage blêmi par les lueurs du passé, dis moi ce que cache ton cœur, apprends moi la raison de tes silences et les revers de l’ironie sur ta vie … Tanguy… Étrange ombre que la tienne… s’il te plait laisse moi t’apprivoiser …♬

D’une impulsion, elle sortit de l’eau attrapant sa serviette posée sur l’un des bancs qui entouraient la piscine. Toutes ses idées noires tourbillonnaient encore dans sa tête et elle ne voulait pas lui faire de mal. Elle sentait ses instincts éveillés par la faim de sang mais elle n’était pas décider à les laisser l’emporter. A l’instant, cette hypnose, elle l’avait sentie. Un pouvoir très étrange que celui-ci, et si dangereux… L’attraction. Elle avait pu sentit les battements de son cœur, comme si elle avait posé sa tête contre lui. Un frisson parcourut son corps entier. L’avait-il senti lui aussi ? Avait-il entendue sa voix soupirer ? C’était comme un chant envoûtant, capable de pousser bien des gens à la folie…

Et rien que cette idée la faisait frémir. L’eau, la présence d’eau rendait ces instincts instables et les maitriser était parfois un véritable challenge. Elle avait soudain peur. Peur d’elle-même, peur de l’avoir effrayé ou même qu’il l’évite… Car bien qu’elle n’aille pas vers les autres, elle avait peur de la solitude et d’être seule face au monstre qu’elle était. Elle avait du laisser derrière elle tout ceux auquel elle tenait par peur de leur faire du mal ou d’être rejetée et maintenant que lui restait-il ? Y avait-il pour elle un espoir de trouver une place au côté des monstres ? Elle noua la serviette autour de sa taille tentant de rester impassible à ses propres émotions bien que ses jambes tremblaient légèrement.


-Je devrais peut-être y aller... De toute façon j’ai déjà nagé alors la piscine est toute à toi.

Ellen fonça ensuite dans les vestiaires. Secouée, elle se laissa glisser au sol. Les yeux se remplirent de larmes tandis que cette même phrase raisonnait en elle encore et encore comme un nouveau coup s'abattant contre son cœur. "Tu n'es qu'un monstre". Monstre, un être dénaturé, d'une cruauté extrême. A l'instant, elle aurait pu continuer ce petit jeu, elle aurait pu l'entrainer au fond. Le tuer....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanguy Podladtchikov
avatar
ADMIN
Antipathique hétéro complexé~


Messages : 1633
Date d'inscription : 06/09/2009


MessageSujet: Re: L'eau seule est éternelle ... {Libre} Jeu 12 Mai - 2:51


Une fois avoir atteint le bord, je ne sortis pas immédiatement de l'eau, optent pour me retourner et observer la blonde qui se trouvait elle aussi dans cette étendue d'eau. Posant chacun de mes coudes sur le rebord me permettant de ne pas me fatiguer inutilement à rester à la surface de l'eau. L'atmosphère qui voguait entre nous était des plus étrange. Nous ne nous quittions pas du regard, en fait, c'est plutôt elle qui n'hésitait pas à me regarder dans les yeux, je ne faisais que soutenir son regard. Sa réponse fut des plus banales, j'avais à faire à une lève tôt voilà tout ! Enfin se lever tôt ne justifie pas le fait de venir à la piscine, il fallait vraiment être motivé ou alors désespéré ? J'eus un petit sourire en coin, presque invisible pour un regard novice, seul des experts en la matière auraient pu le déchiffrer. M'apprêtant à répondre à sa question, j'avais baissé les yeux, une fraction de seconde, peut-être plus certes ! Mais une douce chaleur interrompit toute conception de phrase possible. Mon corps était si frigorifié par l'eau que cette soudaine chaleur provoqua en moi un frisson incontrôlable. Face à moi Ellen, proche, très proche, peut-être même un peu trop ? La situation actuelle ne pouvait pas vraiment m'aider à choisir, son corps était si chaud qu'il n'était pas désagréable de lui voler un peu de sa température. Toutefois l'intensité de son regard me fit légèrement froncer les sourcils, quelque chose avait changé, je ne pouvais pas dire quoi, mais la petite pianiste que j'avais connue n'aurait pas agit ainsi, dû moins c'est ce que je pensais. Elle avait réussi à se nicher dans mon coup sans que je ne puisse rien dire ni rien faire, quelque chose m'en empêché, quel était donc cette sensation de faiblesse ?

    Ellen - « ♪ Tanguy … Où as-tu égaré ton sourire car dans le miroir de tes yeux sombres, c’est bien l’autre toi que je vois. Ton visage blêmi par les lueurs du passé, dis moi ce que cache ton cœur, apprends moi la raison de tes silences et les revers de l’ironie sur ta vie … Tanguy… Étrange ombre que la tienne… s’il te plait laisse moi t’apprivoiser …♬ »


Au fur est à mesure de son chuchotement à mon oreille, une sensation étrange m'envahie, elle m'attirait, j'avais besoin d'elle, je la voulais tout simplement. D'un mouvement lent je retirai mon coude droit du rebord pour l'approcher du visage d'Ellen, la caressant de l'oreille jusqu'au menton, mon regard était plus doux, compréhensif, attiré. Il y avait à peine une minute j'étais près à partir, pourtant à ce moment précis je n'espérais qu'une chose : rester. Rester avec Ellen. Me rapprochant un peu plus d'elle, sentant son propre souffle sur mon visage.

    Tanguy - « Ellen je... »


Je n'eus pas le temps de finir ma phrase, d'une part car Ellen sortie soudainement de l'eau et d'autres parts, car les petites éclaboussures provoquées par celle-ci me firent un drôle de choc. Je n'étais pas très bien, je ne savais pas vraiment ce que j'avais, mais mon vacillement léger d'avant en arrière n'annonçais rien de bon. Comme si j'étais dans un état second, et pourtant j'étais habitué à toute sorte de drogue, non c'était différent. J'ignore combien de temps j'étais resté à fixer un point imaginaire à la surface de l'eau sans bouger. Suffisamment longtemps pour que seule la voie de Ellen arrive à me sortir de cette transe, elle avait filé avec une vitesse impressionnante dans les vestiaires des filles. Puis plus rien, le silence, plus les secondes passait plus je reprenais mes esprits, petit à petit... C'était tout de même très étrange ce qui m'arrivait...Je n'avais absolument rien compris ! Plongeant une dernière fois sous l'eau pour me rafraîchir la mémoire, cherchant où était l'erreur, je trouvais. C'était évident que quelque chose d'anormal c'était passé, toutefois je jouerais les petits inspecteurs plus tard. Sortant de l'eau avec précaution, manquant de tomber sous l'effet lourd de mes membres inférieurs, je m'approchais de la porte des vestiaires où se trouvait la jeune fille. Prenant soin de regarder aux alentours comme pour vérifier que nul autre élèves ou surveillants ne traînaient par là, je poussais légèrement la porte pour observer ce qui se passait là dedans. Non pas que voir Ellen nue m'intéressait, loin de là voyons...Je mis un certain temps à la repérer, en même temps je n'avais pas pensé à regarder vers le bas...Là assise sur le sol, à pleurer...D'un pas silencieux, j'entrai dans la pièce faisant le tour de la jeune fille pour m'asseoir en face d'elle. Relevant sa tête en plaçant l'une de mes mains sous son menton.

    Tanguy - « Désolé, mais tu ne sauras rien de ce que j'ai pu faire avant ni même pourquoi j'agis comme ça. De toute manière, je n'ai jamais été doué pour raconter des histoires. Mais...Je sais très bien écouter si tu veux...Et puis tu sais, ne pas savoir jouer du piano n'est pas une honte ! Enfin...Pas totalement...! »


Je ne cherchais pas à l'enfoncer encore plus, détrompez vous, ni même la ridiculiser, mais je n'avais jamais été doué pour remonter le moral des gens, à vrais dire, je ne savais pas bien pourquoi j'étais allé la retrouver, après tout, j'avais croisé un nombre incalculable de personnes démoralisées, jamais je ne suis allé vers eux pour les aider, jamais ! Peut-être parce que Ellen avait su attirer mon attention, me montrer qu'elle était différente des autres. Quoi qu'il en soit j'étais allé la voir, après elle faisait ce qu'elle en voulait, je n'allais pas non plus lui imposer ma présence ! J'aurais toutefois aimé avoir un indice sur ce qui venait de se produire...Lui faisant un petit sourire, je lui montrais clairement que j'étais à son écoute, une grande première pour un Podladtchikov !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellen O'Brien
avatar
.°•. Iηѕαιѕιѕѕαвℓє ρєтιт poisson

Messages : 31
Date d'inscription : 02/05/2011


MessageSujet: Re: L'eau seule est éternelle ... {Libre} Lun 23 Mai - 23:51

Ellen revoyait encore le visage de Tanguy soudain transformé. Il n’était plus le même, il n’était plus l’étudiant distant et hautain mais un jeune homme indulgent et sensible, prêt à tout pour répondre aux attentes de la jeune sirène. A cet instant, elle avait eu peur, peur de ce qu’elle serait capable de faire… Ou de lui faire faire. Il s’était approché si près qu’elle avait pu sentir son souffle chaud et délicat contre sa joue. Sa main effleurant sa pommette, si douce, si fragile, c’en était désarmant. Pour une fois, Ellen prenait pleinement conscience de sa dangerosité et de sa propre fragilité aussi. Elle était encore incapable de se contrôler, de contrôler tout ces nouveaux pouvoirs qui avaient accompagné sa transformation. Elle se sentait si seule, si perdue …

Puis une main se posa sous son visage. Elle l’avait à peine entendu entrer, trop préoccupée. Elle se sentait soudain si sèche, si vide. Depuis combien de temps n’avait-elle pas pleuré ? Depuis combien de temps n’avait-elle pas ressentie quelque chose ? Cette nouvelle vie, cette nouvelle identité qu’elle refusait d’accepter l’avait empêchée d’aller de l’avant et ce depuis plusieurs mois déjà. Elle avait toujours voulu prétendre que tout allait bien, que sa solitude n’était rien de plus qu’un désir de calme ... Mais c’était faux tellement faux. Et cette vérité éclatait enfin au grand jour, brisant quelque chose au plus profond d’elle-même. Elle se sentait seule. Désespérément seule, comme abandonnée.

Tanguy parlait lui disant qu’il pourrait l’écouter si elle le voulait, mais elle-même ne savait pas par où commencer ni même comment choisir avec exactitude les mots qui sauraient expliquer ses faiblesses, ses peurs, son besoin de d’être rien qu’un moment, un tout petit moment aimé par qui que ce soit pour s’extraire enfin de cette solitude amère et sombre dans laquelle elle s’était engouffrée durant tout ce temps. Elle le regardait de ses yeux d’un bleu intense et serein, un bleu ciel sans nuage, qui ne laissait rien deviner de ses propres ténèbres. Les lèvres de Tanguy s’entrouvrirent légèrement pour dessiner un petit sourire sincère. Ellen eut envie de tendre le bras, d’oser effleurer de ses doigts frêles cette ébauche de bonheur qui s’était tracée sur sa bouche mais son corps refusait de bouger, comme figé par ce flot d’émotions contraires.

Une unique larme roula sur sa joue pâle, suivant la courbe de son nez, elle tomba comme une perle e rosée sur le sol, semblant rompre cet état de léthargie dans lequel Ellen se sentait emprisonnée. Respirant lentement, elle desserra ses doigts qui maintenaient encore sa serviette contre sa peau. Le tissu humide retomba sur le sol, découvrant son corps blême qui se tendit vers le jeune homme. Elle mit ses bras autour de lui. Son corps était encore humide et froid ce qui la fit frissonner légèrement. Elle posa sa tête qu’elle sentait lourde contre son épaule. Sa peau avait une odeur de chlore et de fleurs inconnues qu’Ellen supposa venues d’Orient. Contre sa poitrine, elle pouvait sentir le battement régulier du cœur de Tanguy. Son esprit se sentit soudain apaisé, bercé par le rythme paisible du jeune homme. Et bien que l’instant soit parfait, une sonnerie métallisée retentit, brisant ce moment si étrange. Les cours ne tarderaient plus à commencer.

Ellen se redressa, desserrant ses bras qui entouraient les épaules du jeune homme. Elle se posa face à lui et eût à son tour un léger sourire.


- Merci… D’avoir écouter. Même si je ne suis pas quelqu’un de très … Bavard. Je crois que j’étais juste un peu fatiguée, il faut que je m’habitue un peu mieux à cet endroit je crois ou peut-être que je devrais me lever plus tard…

La jeune femme se releva, tendant la main à Tanguy pour l’aider à se relever.


- Je n’abandonne pas tu sais, pour le piano. J’y arriverais, et j’espère que tu seras là pour entendre ça.

Oui, elle n’avait rien dis. Mais quand on est resté si longtemps dans sa propre carapace, il est parfois difficile de revenir dans le monde réel pour y exposer ses propres angoisses. Peut-être qu’un jour, elle pourrait avouer. Elle pourrait lui confier sa nature, librement, et lui dire que ce jour-là, l’une des seules raisons qui l’a poussé à l’écouter, c’était ce charme qu’elle avait lancé sur lui. Pour le moment, elle préférait penser qu’au moins rien de vraiment grave n’était arrivé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'eau seule est éternelle ... {Libre}

Revenir en haut Aller en bas
 

L'eau seule est éternelle ... {Libre}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Monster Academy :: Close :: Close-
Sauter vers: