Une école de monstre ou l'on apprend à vivre comme des humains
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La lune nous cache quoiqu'il arrive. |Pv|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sasha D. Von Enns
avatar
« Krsnik Frappé »
Avec une pointe de framboise

Messages : 101
Date d'inscription : 03/02/2011


MessageSujet: La lune nous cache quoiqu'il arrive. |Pv| Jeu 24 Fév - 18:59

Hiroki & Sasha ♥



    Nous vivons dans un monde remplit de personne qui ne prenne même plus le temps de vivre. Toujours et continuellement entrain de courir les personnes ne prennent plus le temps d’aimer, de détester, d’haïr, de se faire et de se défaire. Même plus prendre le temps de regarder les pigeons s’accoupler. Je vous jure, cela est une chose très instructive ! J’ai du mal à comprendre comment ils osent faire cela devant tout le monde mais bon. Levant les yeux vers le ciel, je prenais une grande bouffé d’air profitant de cette sortie en terre humaine pour retourner aux sources. Cela était agréable de pouvoir m’asseoir là par terre en plein centre-ville à regarder les autres passer. J’attendais qu’on vienne me chercher simplement. Un pigeon gris s’arrêta en face de moi, me fixant un moment avant de venir taper son bec contre ma chaussure. Un grognement se fit automatiquement entendre alors que je bougeais le pied dans le but de faire s’envoler le volatile. Qui au final n’allait pas très loin. Perdu encore dans mes pensées, dans mes fragments de mémoires, je suis fut rapidement attiré par la musique qui s’échapper d’un bar plutôt huppé alors que les personnes rentraient et sortaient. Mon ventre se mit à gargouiller alors que je soupirais affamé. Où trouver de l’argent ? Je pouvais certes faire la manche comme avant mais cela prendrais trop de temps avant de réunir assez d’argent. Il ne me restais plus qu’une seule solution ! Me faire inviter.

    Me levant rapidement je regardais autour de moi alors que je cherchais un moyen de me faire inviter. C’est bien beau de le dire mais faut-il encore avoir de l’argent pour que cela se réalise. Sans que je n’ai le temps de réaliser un homme posa sa main sur mon épaule. Ce visage ne m’étais pas inconnu non. Il s’agissait de Keith, il était dans la rue avec moi quelques années en arrière. Alors pourquoi semble-t-il si propre d’un seul coup ? Oh… Il se mit à me parler, racontant son parcours. Je n’écoutais pas vraiment à vrai dire mon ventre le fit rapidement rire alors qu’il me guidais en direction de ce merveilleux bar. Oh ciel ! Aurait-il un don pour lire dans l’esprit ? Je le suivais bien content de pouvoir me mettre quelque chose sous la dent. Il continuait de me parler sans que je ne fasse réellement attention à ce qu’il pouvais dire sans pour autant ne pas suivre ce qu’il disais. Il avait eu la chance de sa vie peu de temps après que moi aussi. Il était désormais marié et père d’une petite fille de deux ans du nom de Solène.

      Keith - Tu sais Sasha si tu le désire je peux devenir ton tuteur et te prendre en charge, j’aime pas te voir te détruire petit…


    Je levais les yeux vers l’homme lui adressant un simple sourire avant de lui dire non d’un geste simple de la tête. Je pouvais pas rester avec lui, j’allais lui apporter de nombreux problèmes. Il sera triste et sa famille finira par se détruire alors qu’il s’accrochera à son espoir vain de m’aider. Il ne pourra faire quelque chose pour moi. Je dois apprendre seul à me débrouiller et trouver un moyen de faire partir les traces dans mon dos quitte à me déchirer la peau. Les heures passèrent, j’avais dépassé l’heure de retour pour retourner à l’école, tant pis. Je suis sur que personne aura remarqué que je ne suis pas rentré. Keith finit par partir me laissant tranquillement dans les rues sombres du centre-ville. J’avais bien mangé et bu et mon vieil ami m’avait laissé son numéro de téléphone pour que je le contact en cas de besoin. J’ignore pourquoi mais il avait été toujours là pour m’aider pendant ces huit longues années de galère dans la rue. Il était le seul qui prenait le temps de m’écouter. Certes, il ne me croyait pas mais au moins il écoutait.

    Je souriais légèrement alors que les rayons de la lune sur la place du centre ville donné un air presque romantique à cet endroit qui semblait toujours aussi vivant. Les gens étaient heureux et se tenaient par la main. Les amoureux, ils sont bizarres non ? Ils sont comme les pigeons finalement. Marchant calmement je finis par m’arrêter pour m’asseoir sur un banc regardant les personnes passer et levant les yeux au ciel. Comment allaient-ils réagir quand ils le rendrons compte que je ne suis plus là ? Je n’ai à présent plus le choix, je vais devoir attendre à nous. Oui, attendre qu’ils viennent me chercher mais à vrai dire cela ne me dérange pas trop je peux continuer d’admirer les personnes passer, les enfants courir suivis de leur père qui les attrapent pour les faire « voler » au dessus d’eux avant de les couvrir de baisers. Je suis sur que Keith est un bon père avec sa petite fille. Il a les yeux qui brille rien qu’a prononcer son prénom. Solène tu as de la chance d’avoir un père si attentionné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiroki Katsuya
avatar
Diabolic Angel Psychopath

Messages : 1169
Date d'inscription : 24/11/2009


MessageSujet: Re: La lune nous cache quoiqu'il arrive. |Pv| Jeu 24 Fév - 23:56

    Beverly Hills ! La seule ville humaine à laquelle nous avions accès pendant notre scolarité. Enfin, ça c’était pour les bons élèves. Personnellement, si je voulais aller ailleurs, je n’allais pas demander l’autorisation à l’académie. Et s’il elle refusait, je comptais pas non plus me retenir pour les beaux yeux de l’administration. Enfin, une chance que Beverly soit une ville complète. On pouvait tout trouver ici. Un bon nombre de commerces, une plage, une forêt, un bon nombre d’habitants, enfin bref, tout était tel qu’on ne pouvait pas avoir l’impression de vivre tant reculé du monde. C’était une ville sympa, que j’appréciais. Il y avait pas mal de bar, et tellement de personnes superficielles. Peu être même un peu trop. C’est dur de trouver quelqu’un avec qui discuter en soirée. La plupart des personnes que je rencontre en soirée non aucune discussion, elles sont juste bonnes pour un coup d’un soir. Aussi bien les filles que les mecs. Les humains sont tellement niais, c’est trop simple de les avoir. Bon, faut dire que certains monstres ne valent pas mieux. Mais dans cette foutue académie, quasiment tout le monde est méfiant. Moi le premier. Comment savoir de quoi chacun est vraiment capable ? Les monstres sont dangereux tout le monde le sait. Même les humains le savent. Nous avons beaux être beaucoup moins nombreux qu’eux, les humains réfléchissent à deux fois avant d’essayer de nous attaquer. Je n’avais pas trop à m’inquiéter de ce que les humains pouvaient penser de mon côté montres. Je veux dire, connaissez vous vraiment un humain qui ait peur des anges ? Si vous en connaissez un, présenté le moi, je serais ravis de faire affaires avec lui ! Non blague à part.

    Je défilais dans les rues de la ville à la recherche d’un bar ou passer la soirée, de bras dans lesquels passer la nuit. J’aurais du sortir avec une camarade de classe ce soir, mais cette dernière m’avait lâché. Sous prétexte qu’on ne serait jamais rentré avant le couvre feu. Bien sur qu’on ne serait pas rentré… Si on sort le soir, c’est pour s’éclater, faire la fête, et pas pour rentrer à 22h au dortoir. Et puis, comme s’il vérifiait toutes les chambres unes par unes pour vérifier que chacun est bien dans son lit… Non ! Il faut juste savoir ce faire discret au moment de rentrer. C’était pas très compliqué, quelques murs à escalader, de l’adresse, et de la discrétion. Et puis hop ! De retour dans la chambre comme s’il ne s’était rien passer. Ah, et puis un autre petit détail qui a quand même son importance : Il faut une bonne colocation. Si je me permets autant de découcher, c’est parce que je sais pertinemment que ce ne sera pas Tanguy & Naoya qui viendront me prendre la tête pour ça. Et puis je préférais en profiter pendant que l’autre clébard ne donnait pas signe de vie. De qui je parle ? Un sale gros clébard noir, qui a essayé de me bouffer à plusieurs reprises quand je trainais la nuit dans l’académie. Surement un prof ou un pion, mais franchement, qu’est ce qu’il pouvait me souler. Des courses poursuites interminable dans l’enceinte de l’académie. Heureusement que je courais vite, sinon, il m’aurait probablement bouffé depuis longtemps. D’ailleurs, je n’ai jamais su de qu’il s’agissait réellement, donc je préfère en profiter pendant qu’il reste tranquille.

    La nuit était désormais bien présente dans les rues de Beverly. Le peu de lumière qui restait provenait des lampadaires ou de la lune. La lune… J’aimerais bien y aller un jour. Je voudrais bien voir à quoi ressemble notre planète depuis la bas. Et puis, avec sa gravité, ça doit être super fun la lune ! Bref, je m’égare. Je rentrais dans le premier bar qui se trouvait sur ma route. Après tout, j’étais là pour ça. Je jetais un rapide coup d’œil dans la salle avant de ressortir. Personne qui m’intéressait. Je fis cinq ou six bars comme ça. Personne sur qui j’avais flashé, personne avec qui je pouvais potentiellement coucher ce soir… J’allumais une cigarette et traversa le parc dans le but de rejoindre l’autre coté de la ville. Oui, couper par le parc était beaucoup plus rapide. Je regardais étonné les gens qui se trouvaient encore là. Plutôt rare que des gens trainent aussi tard par ici. Surtout avec des enfants. Merde… Problème en vue. Je me m’y à accélérer le pas. Je venais, malgré le manque de visibilité, de voir qu’une de mes anciennes conquêtes étaient là… Et vu comment ça s’était fini la dernière fois, valaient mieux pas pour moi qu’elle me voit. Je priais pour qu’elle ne me remarque pas, mais bon, moi et les prières, ça avait jamais marché. Elle me crama en moins de deux, et je fus obligé de courir. Je pensais qu’elle abandonnerait vite, mais non, elle continuait de me courir après. Un banc s’interposa sur mon chemin. Je posais ma main sur le bord, et décida de l’enjamber, seulement, mon genou frappa quelque chose et je fini par me manger le sol. Je restais coucher un moment, être sur que la jeune repartirait. Je me relevais en frottant mes vêtements. Bravo pour la performance physique… Je relevais la tête vers le banc et vit qu’un garçon était assis dessus. Je me rapprochais peu de lui. A tout les coups, s’était lui que j’avais tapé avec mon genoux.

      « Jsuis sincèrement désolé ! Jvoulais échapper à cette fille, et j’avais pas fait attention qu’il y avait quelqu’un sur le banc. Ca va toi ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha D. Von Enns
avatar
« Krsnik Frappé »
Avec une pointe de framboise

Messages : 101
Date d'inscription : 03/02/2011


MessageSujet: Re: La lune nous cache quoiqu'il arrive. |Pv| Ven 25 Fév - 23:18

    Ah ! Douce nuit, berce moi jusqu’à m’endormir. Je veux pouvoir sombrer dans un doux rêve et ne plus avoir à attendre éternellement. La vie est bizarre non ? Je suis censé attendre que tout passe sous mes yeux, jusqu’à la fin de l’existence de la planète. Si seulement je pouvais trouver une façon de m’occuper les journées. Certes, je dois aller en cours, m’instruire de nouveau, j’ai peut-être perdu la mémoire mais je sais parfaitement que j’ai déjà fait tout cela ! Cela n’est que répéter des choses que je connais déjà bien qu’enfouis profondément dans mon inconscient. Je soupirais alors que la nuit semblait m’apaiser j’étais ravis de voir que cette ville avait toujours autant d’animation mais contrairement à avant, les gens ne semblaient pas avoir peur de m’approcher. Il faut que je ne ressemblait plus à un vagabond maigre à en faire peur qui cherche à manger sans arrêt. Je fixais les pigeons s’envoler brusquement. Oh ? Pourquoi une telle réaction. Je compris rapidement alors qu’un jeune homme arrivait en courant vers moi. Oh … Il fait quoi ? Attaquer par un vampire peut-être ? Mais à voir plus loin la fille arriver en courant je pense que ce n’est pas le cas. Je soupirais lâchant mon intérêt pour ce drôle de couple alors que je fixais les étoiles avec admiration, est-ce qu’un jour j’aurais le droit de me reposer là haut moi aussi ? Je suis fatigué d’attendre et de vivre. Surtout que je n’ai plus aucun but dans ma vie, j’ai été formé pour tuer et au final je n’ai plus rien à faire. S’il vous plait acceptez moi de suite dans l’au delà, je suis fatigué. Je pense que 508 ans d’existence c’est déjà bien non ? Je fermais les yeux attendant alors de nouveau mais cette fois une réponse pour me laisser partir.

    La réponse fut relativement douloureuse… Il faut dire qu’ils auraient pu simplement me faire tomber de la pluie sur la tête, même un éclair à la rigueur étant fait pour contrôler l’électricité à la base j’aurais eu moins mal qu’un méchant coup dans le nez. Gémissant de douleur je me repliais doucement sur moi-même apportant mes mains au niveau de mon nez. On peut dire que la réponse était direct au moins. Ca va, ca va j’irais pas vous rejoindre de suite bande d’égoïste ! Je pense pas le redemander de suite en tout cas.

      Hiroki - Jsuis sincèrement désolé ! Jvoulais échapper à cette fille, et j’avais pas fait attention qu’il y avait quelqu’un sur le banc. Ca va toi ?


    Je me redressais vivement pour fixer le jeune homme qui venait de m’adresser la parole. Je lâchais mon nez qui avait eu plus mal d’autre chose, la douleur n’était déjà plus que souvenir. Je le fixais totalement étonné, alors que je levais les yeux vers le ciel assez perplexe. La fille qui le poursuivait viens du ciel ? C’est l’haut delà, elle-même qui le poursuit ? Oh ! Vient-il de là-haut ? Eh bien ! Si maintenant les morts nous tombent dessus nous sommes mal partit !

      Sasha - Oh … Tu crois qu’elle voudra bien m’emmener avec elle à ta place ?


    Je le fixais avec questionnement avant de lever les yeux au ciel, où est donc passé l’haut delà ? Sous le banc ? Je me penchais rapidement regardant sous ce dernier, avant de regarder autour de moi et de soupirer en faisant la moue. Elle avait surement déjà filé. Que faire ? Je me grattais nerveusement le cuir chevelu avant de me retourner vers Hiroki de nouveau. Mon regard était de nouveau vide d’idée. Alors que je soupirais énervé.

      Sasha - Arrêtez de me suivre sans arrêt ! C’est pas la peine de me supplier je veux pas travailler pour vous ! J’ai déjà plein de chose à faire.


    Je me retournais croisant les bras au niveau de ma poitrine alors que je me mettais à rire légèrement avant de me lever pour marcher quelque peu les mains dans les poches. Je suis un Krsnik à la retraite pas la peine qu’il me suive sans arrêt non plus !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiroki Katsuya
avatar
Diabolic Angel Psychopath

Messages : 1169
Date d'inscription : 24/11/2009


MessageSujet: Re: La lune nous cache quoiqu'il arrive. |Pv| Mar 1 Mar - 0:31

    Je regardais le jeune homme, espérant que le coup n’est pas été trop violent. Vu comment il se tenait le nez, il devait avoir mal. D’un autre coté, j’avais mal pour lui également. Ca me lançait légèrement dans le genou, mais je n’imaginais pas ce que ça pouvait être pour lui. Je me penchais un peu plus vers lui. Apparemment, ça n’avait pas l’air cassé. Je frissonnais à cette idée. Déjà qu’un coup dans le nez c’était rarement agréable, mais un nez cassé, ça devait être affreux. Sur le coup j’étais plutôt gêné. Je veux dire, frapper des gens, chez moi c’était assez habituel, mais d’habitude c’est voulu. C’était la première fois que je frappais quelqu’un aussi fort involontairement. Et puis faut dire que derrière, je m’étais bien mangé le sol moi aussi. Rappelez-moi de ne plus essayer d’enjamber un banc de cette façon. N’empêche que j’étais un peu dégouté, d’habitude ça fonctionnait plutôt bien. Ben voyons le bon côté des choses, au moins j’avais échappé à … Cette charmante demoiselle dont j’ai oublié le nom ! Je sais, mon comportement est dégeulasse me direz vous. C’est bizarre d’ailleurs que je n’arrive pas à me rappelez de son nom, puisque d’habitude, je m’en rappelle plutôt bien. A moins que ce soit elle qui ne me l’ait pas donné, mais ça m’étonnerait. Autant je n’arrivais pas forcement à mettre un visage sur un nom, mais un nom sur un visage, d’habitude j’assure bien. Je me retournais vers le jeune homme en entendant enfin le son de sa voix. Ses paroles marquèrent chez moi un certain étonnement. Euh… Il imaginait quoi comme situation entre elle et moi là ? Enfin, après moi je veux bien qu’il se fasse incendier par elle, c’est pas le problème, mais je ne vois pas vraiment ce qu’il aurait à y gagner. D’ailleurs, pour ne rien vous cacher, cette fille n’est pas un si bon coup.

    Bon, en tout cas, ce gars n’avait rien de grave, ce qui me soulagea. Oui, il m’arrive d’agir autrement qu’en sauvage. En plus, ça aurait dommage d’abimer un peu trop un si beau visage. Vous pensez qu’il est gay ? Quoi ? Il était pas loin de 23h, je n’avais toujours pas trouvé quelqu’un avec qui allé boire un verre. Alors pourquoi ne pas profiter de la compagnie de ce charmant garçon. Je le regardais lever les yeux au ciel puis se baisser pour regarder sous le banc. Euh… Ouais, okey… Il cherche quelque chose ? Je le regardais assez perplexe. Il n’était pas méchant, mais, son comportement était un peu bizarre… Non, il ne pouvait pas être méchant, s’il était méchant, il m’aurait déjà mit son poing dans ma tronche. Par contre son comportement était spécial. Le choc vous pensez ? Sa voix s’éleva une nouvelle fois.

      Sasha – « Arrêtez de me suivre sans arrêt ! C’est pas la peine de me supplier je veux pas travailler pour vous ! J’ai déjà plein de chose à faire. »


    Hein ? Mais de quoi il parle ? Je regardais autour de moi, cherchant quelqu’un d’autre à qui ses paroles auraient pu être dédiées, mais personne, il n’y avait personne. Je pense… Que le choc à été un peu plus violent que ce que je pensais. Il avait le cerveau retourné ou quoi ? Je serais bien partit à sa demande, mais je n’arrivais pas à accepter de l’abandonner dans cet état.

      « Heu… T’es sur que tu vas bien là ? Tu penses pas que tu devrais passer à l’hôpital au cas où ? »

    Je me rapprochais de lui et posa mon front contre le sien. Pourtant, il n’avait pas l’air d’avoir de la fièvre… Quand je dis que les humains sont bizarres et de petites natures, vous voyez que c’est vrai ! Bon, d’accord, c’était surement moi qui y avais été un peu fort mais bon… Un monstre n’aurait surement rien eut lui. N’empêche que c’était bien ma vaine. Pour une fois que je sortais depuis un bail, fallait que je fasse un « accident » et que je rende un humain complètement dingue. Et puis, je ne pouvais pas l’abandonner… Ils me foudroieraient là haut si je partais comme ça. Je levais les yeux vers le ciel. Et ça vous fait rire en plus… Bande d’abrutis ! J’attrapais doucement le jeune homme par le bras et l’entraina avec moi. Allez, y a un hôpital pas très loin il me semble. J’ai juste à l’y conduire. Comme ça, j’aurais réparé mes conneries, et personne n’aura rien à me reprocher, pas même les imbéciles de là haut ! Je le lâchais un instant pour sortir une boite de cachet de ma poche, et en tendis un au garçon. Peut être qu’avec ça, il ira mieux avant qu’on arrive à l’hôpital.

      « Tiens, c’est plutôt efficace contre le mal de tête. J’espère que tu te rappelles quand même de ton nom ! Allez, dans tout les cas je t’emmène à l’hosto ! »

    Je rattrapais le bras du garçon et continua ma route. N’empêche que… Je suis un imbécile !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha D. Von Enns
avatar
« Krsnik Frappé »
Avec une pointe de framboise

Messages : 101
Date d'inscription : 03/02/2011


MessageSujet: Re: La lune nous cache quoiqu'il arrive. |Pv| Jeu 3 Mar - 0:38

      Hiroki - Heu… T’es sur que tu vas bien là ? Tu penses pas que tu devrais passer à l’hôpital au cas où ?


    Alors que je comptais m’enfuir loin de ce démon qui voulait me faire rallier sa cause. Il semblait s’accrocher à moi. Roh ! Ne me suis pas, c’est pas parce que mes canines ne s’allonge plus que je ne peux pas te mordre au contraire, je fais certainement plus mal qu’avant en plus. Il me rattrapais pour poser son front contre le mien. Oh ! Le vils il essai de rentrer dans mes souvenirs et pensées, mais tu n’y arriveras pas démon ! Tu serais vite bloqué. Je ne sais déjà plus à quoi ressemblait hier, tu n’y trouveras certainement pas grand-chose. Je le fixais droit dans les yeux, le défiant surement au passage. Toutefois, sa réaction était bizarre, il aurait du m’attaquer depuis bien longtemps, ce n’est alors pas un démon. Un sorcier peut-être ? En tout cas pas un vampire, j’aurais eu envie de le tuer avant même qu’il ait posé son pied dans la ville. Il sortit quelque chose de sa poche qu’il me tendis. C’est quoi que c’est machin là ? Je les observaient attentivement avant de les secouer légèrement, un léger son en sortit ce qui eu pour effet de me faire sourire. J’aime bien la musique, ca me calme, depuis quelques jours j’avais eu l’idée de rejoindre le groupe de musique, sachant joué de divers instruments, à vrai dire en 508 ans on a le temps d’apprendre à en faire des choses. J’avais choisis la basse pour ma part, un son grave et reposant qui me plait beaucoup.

      Hiroki - Tiens, c’est plutôt efficace contre le mal de tête. J’espère que tu te rappelles quand même de ton nom ! Allez, dans tout les cas je t’emmène à l’hosto !

      Sasha - Hosto ?


    Je penchais ma tête sur le côté ne comprenant ce mot, Hosto … C’est étrange, je ne connais pas la signification de ce mot. Me laissant sagement guidé par le jeune homme je continuais à secouer la petite boite qu’il m’avait gentiment offert en guise de son amour. Oh ! Tu sais mon beau, on ne fait pas craquer Sasha avec une simple petite boite qui fait du bruit et je suis désolé pour toi mais je suis pas intéressé, ni par les hommes ni par les filles. Je préfère les arbres, ils sont d’un calme… Je sortais alors mon téléphone portable alors que je continuais de le suivre calmement. Je tapotais le numéro de Keith pour alors attendre sagement que sa voix retentisse.

      Sasha - Dit … C’est quoi Hosto ? Y’a un drôle de mec qui me tire par le bras, pour m’y emmener … Je crois que je lui plais, il m’a offert une petite boite qui fait du bruit … Oui, je sais, il m’intéresse pas mais je vais pas lui dire… Ah ! La on va sortir du parc. Oh ! Tu veux venir me chercher ? Oui ! Avec plaisir …. Ah, bon ok tu vas à Hosto aussi … Ok !


    Je rangeais mon téléphone portable tranquillement dans ma poche, recommençant à secouer tranquillement la petite boite avant de lever les yeux au ciel. Un léger sourire accompagné mon visage alors que je reposais vivement mon regard sur l’asiatique.

      Sasha - Ils se moquent bien de toi tu trouve pas ? Ils sont assez bruyants ! Oh ! C’est quoi ton nom ? Moi c’est Sasha ! Dis … On va où là ? Chez toi ?


    Je lui accordais un léger sourire avant de dégager mes yeux vert de ma frange à l’aide d’un léger mouvement de tête. Les gens nous regardaient passé avec des yeux énormes. Ben quoi ? Ils ont jamais vu des gens marcher aussi vite ? C’est vrai que le chine-toc avançait trop vite pour moi, j’étais à la traine. Je n’aime pas me presser, je suis toujours à attendre me pousser à marcher aussi vite, c’est un crime ! Je tirais légèrement sur mon bras, dans l’espoir de le faire ralentir. Je vais pas réussir à rester accroché à mon bras s’il continue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiroki Katsuya
avatar
Diabolic Angel Psychopath

Messages : 1169
Date d'inscription : 24/11/2009


MessageSujet: Re: La lune nous cache quoiqu'il arrive. |Pv| Jeu 3 Mar - 21:08

    Ce mec me déconcertait complètement… Si ça continuais comme ça, c’est moi qui aurait bientôt besoin de cachets. D’ailleurs lui, il jouait avec la boite… Enfin, il la secouait légèrement comme s’il faisait de la musique. Bon, j’avoue que quand je lui avais donné, je pensais qu’il comptait en faire une utilisation normale, mais apparemment, je me trompais. Bah, qu’il fasse ce qu’il en veut, tant qu’il reste tranquille et qu’il fasse ce que je lui demande. Oui parce que tout à l’heure, son regard avait légèrement changé. Il paraissait plus méchant. Du moins, je ne savais pas. Je finissais par m’embrouiller tout seul à force de trop réfléchir sur ce type. Y avait quelques trucs de pas clair dans son attitude, qui en plus, me perturbaient. Je continuais à avancer en alternant le regard entre la route et le jeune homme. L’hosto, oui ! Ou l’hôpital ! C’est comme il veut, de toute façon, c’était pareil ! Par contre là, ça commençait à faire beaucoup de trucs bizarres. Le pauvre ! Il avait le cerveau complètement retourné. Croyez-moi, je n’aurais jamais pensé qu’un choc de ce genre puisse faire autant de dégâts. Mais j’y pense… Un autre choc dans le même genre, ça pourrait peut être tout remettre en place… Quelqu’un a une batte de baseball à me prêter, s’il vous plait ? Non, c’est bon, je déconne. Je pense qu’avec un coup pareil, il ne se relèverait pas tout de suite. Et pour une fois, je n’avais pas envie d’essayer.

    Il sortit un portable et téléphona à quelqu’un. Ne me demandez pas à qui je n’en sais rien. Par contre… Je le crois pas, il sait se servir d’un portable, mais n’a aucune idée de ce qu’est un hôpital. Mais d’où il sort lui ?! En fait je ne comprenais plus rien ! Il avait l’air d’avoir à peu près mon âge, et pourtant, on aurait dit un gamin de 4 ans qu’on aurait abandonné en pleine nature sans aucune éducation. J’avais du mal à comprendre la situation. C’était censé être simple, mais il compliquait tout en fait. J’avais quand même mal pour lui. Je sais pas, le fait qu’il ignore tant de chose peut être… Je sais pas, il m’avait l’air complètement perdu, et sur le coup, moi aussi. Bon, de toute façon, quelqu’un va venir le chercher à l’hôpital c’est ça ? Alors finissons-en vite avec cette histoire, que je puisse rentrer me coucher ! J’accélérais encore un peu le pas. J’étais pressé dans finir ce coup-ci, je n’en pouvais plus ! Je commençais à avoir mal à la tête, et puis les autres emplumés là haut qui pouvaient pas la fermer trente secondes. Dommage, j’aurais bien passé la soirée avec ce type, mais bon, c’était surement plus le bon moment. Et puis, apparemment je ne lui plais pas donc bon. Je criais intérieurement contre mes semblables, pour qu’ils arrêtent de faire tout ce boucan.

    Ouais, ouais, ouais ! Je sais que ça vous fait rire, je sais que vous aimez bien quand je fais mon boulot, je sais que vous aimez bien quand j’ai des « emmerdes » ! Mais là taisez-vous ! Et puis maintenant c’est lui aussi qui l’ouvre… Bonjour le calme !

      Sasha - Ils se moquent bien de toi tu trouve pas ? Ils sont assez bruyants ! Oh ! C’est quoi ton nom ? Moi c’est Sasha ! Dis … On va où là ? Chez toi ?


    Je m’arrêtais net en avant même qu’il ait finit de parler. Euh… Qu’est ce qu’il venait de dire là ? Je levais les yeux vers le ciel. Ah, vous rigolez plus maintenant, hein ? En même temps, moi non plus je n’allais pas rire sur ce coup : Ce mec était au courant de notre existence, et pire, il savait que je pouvais entrer en contact avec eux ! P*TAIN ! MAIS C’EST QUI CE MEC ?! Bon, maintenant que vous avez finit de rire là haut, vous pourrez peut être vous renseigner et me dire de qu’il s’agit ? Non ? Mais allez vous faire foutre ! Alors là, je ne comprenais plus rien ! Et en plus j’étais dans la galère ! Ouais ! Tu parles d’une soirée. Je recommençais à avancer toujours plus vite alors que je sentais qu’il me retenait un peu derrière. Je lâchais un soupir… Je n’allais jamais m’en sortir. Je ralentissais fortement le rythme pour qu’il puisse souffler un peu. C’est vrai, que j’y allais un peu fort.

      « Non, on ne va pas chez moi... On va à l’hôpital, et là bas, ils vont juste s’assurer que tu es en bonne santé, et après tu pourras rentrer chez toi. »

    Chez moi… Je ne savais même pas, où c’était chez moi. Disons, que dans mon cœur, il n’y avait pas de chez moi. Que je sois au Japon, à Monster Académie, ou là haut, c’était quasiment pareil. Et puis, je n’allais pas lui expliquer qu’en ce moment, je vivais dans une école pour monstre. Il risquait de me prendre pour un taré ! Quoique… De nous deux, c’était probablement lui le plus taré. Et puis, il est au courant pour les anges non ? Je continuais doucement ma route. Heureusement que l’hôpital n’était plus très loin. Plus qu’une rue à traverser. Mais avant…

      « Bon, écoute Sasha, on est bientôt arrivé, mais avant, j’ai besoin de savoir : comment tu sais pour les anges ? »

    J’étais complètement perdu. Ce mec, Sasha, ignorait tant de choses sur la vie courante, et pourtant, il savait pour les anges. Comment c’était possible ? Comment un simple humain pouvait-il savoir ? Ca me rendait dingue cette histoire, j’avais besoin de savoir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha D. Von Enns
avatar
« Krsnik Frappé »
Avec une pointe de framboise

Messages : 101
Date d'inscription : 03/02/2011


MessageSujet: Re: La lune nous cache quoiqu'il arrive. |Pv| Sam 5 Mar - 1:03

    Oh ! Nous allons donc pas chez lui. Ah ? C’est l’hôpital … J’y comprend plus rien. On va où au final a l’Hosto, chez lui ou à l’hôpital ? Je devais donc après rentrer chez moi … Oh ! Mais j’ignore comment rentrer chez moi. Je ne sais pas. Je suis… Perdu. C’est pour cela que j’attendais sur le banc depuis tout à l’heure j’espérais qu’ils viennent me chercher pour me ramener à ma chambre. Enfin, qu’ils me laissent dormir sur le toit encore. Une chance que je ne tombe pas facilement malade, il y a certain soir où il fait réellement froid et j’ai du mal à supporter l’humidité, mais bon il parait qu’on force la personnalité d’un homme ainsi. Je continuais de suivre, le jeune homme alors que le grand bâtiment blanc se dessinait devant moi. Oh, voilà donc l’hôpital. Bon c’est sur … Hors de question que je rentre la dedans ! Je sais parfaitement ce qu’il m’attend à l’intérieur. Je sentais mon cœur s’accélérer alors que le jeune homme se stoppais ce qui au passage me rassuré grandement de ne pas y aller de suite.

      Hiroki - Bon, écoute Sasha, on est bientôt arrivé, mais avant, j’ai besoin de savoir : comment tu sais pour les anges ?


    Je le regardais totalement étonné et perdu à la fois. De quoi est-ce qu’il me parlait ? Je penchais ma tête sur le côté ne comprenant pas de quoi il pouvait bien me parler. Je reculais de quelques pas en fronçant les sourcils plutôt nerveux. Levant le nez au ciel je restais quelques secondes à admirer cette peinture parfaite. Un sourire apparut sur mes lèvres alors que je dégager mon bras de l’emprise de l’asiatique.

      Sasha - Oh ! Ils existent donc … J’en étais sur ! Toi tu viens de là-haut alors ? Tu es un ange ? Bizarrement … Je m’attendais plus à … Un blond décoloré, boudiné et plutôt occidental. Je croyais que les asiatiques étaient majoritairement Bouddhistes.


    Je me mettais à sourire à « l’ange » alors que je commençais à me mettre à marcher le long du trottoir à l’opposé de l’hôpital, je n’ai plus vraiment tout ma tête mais je ne suis pas encore assez fou pour aller dans cette direction. Mais rapidement je me stoppais alors que j’entendais quelqu’un prononcer mon prénom dans un soupire d’épuisement. Je me retournais pour apercevoir mon Keith. Je fis alors volte face pour rejoindre l’asiatique et mon ami. L’homme plus âgé semblait me courir après depuis un bon moment était-il venu en courant ? Où est Solène ? Je voulais la voir moi. Je fis la moue alors que l’homme ne mit pas longtemps à comprendre ceux à quoi je pouvais penser après tout me supporter depuis 8 ans il a compris à me connaitre sans que je ne parle. Keith se retourna alors vers mon ange agresseur pour s’incliner quelque peu en lui adressant un grand sourire reconnaissant.

      Keith - Merci de t’avoir occupé de lui ! Je sais combien de personne aurait abandonné. Sasha est … Surement comme tu as pu le constaté, un cas à part… Mais il est loin d’être méchant. Il a surement eu des chocs importants dans sa jeunesse. En tout cas, pour me faire pardonner, je t’invite à venir manger quelque chose chez moi, j’habite juste derrière le parc à 20 minutes à pied environ. Ma femme a préparé un délicieux repas !

      Sasha - Oh ! Keith ! Regarde ce qu’il m’a offert ! C’est marrant non ?


    Je secouais la petite boite de médicaments tel un enfant de trois ans alors que je me mettais à marcher tranquillement. J’attrapais toutefois le poignet de l’asiatique pour le forcer à venir avec nous. Keith se mit à sourire en me voyant et rapidement sa main vint se plonger dans ma masse de cheveux, un regard paternel. Il fit aussi vite remarqué à ce jeune homme que je l’appréciais déjà. Tout en marchant je me rapprochais du jeune homme pour le fixer un moment avant de lui adresser un léger sourire et à voix basse je lui demandais :

      Sasha - Eh … Tu t’appelles comment petit ange ?


    Je le tirais toujours par le poignet alors que Keith avait pris un peu d’avance sur nous dans le but de nous guider.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiroki Katsuya
avatar
Diabolic Angel Psychopath

Messages : 1169
Date d'inscription : 24/11/2009


MessageSujet: Re: La lune nous cache quoiqu'il arrive. |Pv| Jeu 24 Mar - 1:30

    Je regardais Sasha, complètement désespéré. Je venais de me vendre tout seul… Croyez-moi, si cette soirée continue comme ça, je n’allais pas tarder à me faire assassiner moi. J’avais été stupide, du début à la fin. En fait, ce mec ne savait rien. Du moins, il n’avait aucune certitude, et moi, je venais de lui offrir une vérité qui aurait dût rester cachée pour l’éternité. En plus, vu le cliché qu’il avait dans la tête, il n’aurait jamais dut savoir pour moi. Oui, parce que le coup du petit blond boudiné, on me le faisait à chaque fois. C’est désespérant les clichés que peuvent avoir les humains dans la tête. Et c’est comme ça à chaque fois… Bon, c’est vrai que le coup du petit blond était quand plus attribué à mon cher cousin, Cupidon. Cliché complètement infondé également. Prenez l’autre abruti que je ne pouvais pas voir, Suzuki ! Il était loin du cliché lui aussi. D’ailleurs, même en temps que Cupidon, il était mauvais ! Bon, je vais arrêter de dire ce que je pense sur lui avant de prendre un éclair en pleine tête. Enfin quoiqu’il en soit, mettez vous bien tous dans la tête que nous ne sommes pas tous blond et boudiné chez les anges. Je relevais la tête vers le ciel. Je sais, moi aussi je me trouve désespérant ce soir. J’étais fatigué. Les prises de têtes en solitaire, y a rien de plus crevant.

    Faut dire que lui ne m’aidait pas beaucoup. Il me déstabilisait complètement. Je ne pouvais rien deviner de lui. Je ne savais pas qui il était, ni d’où il venait, et encore moins à quoi il pensait. Parfois, j’avais même l’impression que lui-même ne savait pas tout ça. On aurait vraiment dit un gosse. Un gosse qui n’a aucune idée d’où il vient, ni ou il va. J’avais un peu mal pour lui. Comment pouvais t on vivre sans savoir qui l’on est, et dans quel but on vit. Je sais que je n’arrêtais pas de me plaindre de ma condition, mais au final, la sienne me paraissait bien plus douloureuse. Je le regardais me sourire et partir dans la direction opposé de l’hôpital. Non ! Je suis venu jusqu’ici pour être sur que tu vas bien, alors tu vas rentrer dans cet hôpital mec ! C’est pas le moment de jouer les chochottes ! Avant même que je puisse le rattraper, son nom se fit entendre.

    Je me retournais pour voir un homme plus âgé lui courir après. Hum, c’était donc lui qui devait venir le chercher alors. Maintenant, je n’avais plus rien à me reprocher au moins. Cet homme allait pouvoir s’occuper de Sasha et moi, j’allais pouvoir rentrer à l’académie. D’un coté, ça me faisait un peu chier de le laisser partir maintenant. Je veux savoir qui est ce mec ! L’homme me rassura en me disant que Sasha était un cas à part. Bon, au moins ce n’était pas moi le responsable de son état. Je dis pas non plus que j’ai du l’aider à aller mieux, mais… Ca me rassurait quoi. Je souris aux deux hommes, avant de reculer un peu pour pouvoir rentrer, mais apparemment, Sasha en avait décidé autrement. Il m’attrapa le poignet et m’emmena avec eux. Certes, j’aurais pu me dégager loin de lui. Mais je n’en avais pas le courage. Je me voyais pas lui refuser se plaisir, et en plus, c’était une occasion pour moi d’en apprendre plus sur lui. Je suivais silencieusement l’homme, Keith je crois, en me laissant tirer par Sasha. Vous savez qui il me rappelle par moment ? Miki. Son air de gamin perdu et ignorant me rappelais vaguement Miki.
    Sa voix me sortie une nouvelle fois de mes pensées. Je me mordis la lèvre en entendant le « petit ange ». Bon, d’accord je m’étais vendu seul, mais il n’était pas obligé d’en rajouter une couche.

      « Hiroki… Katsuya. Cet homme, qui est ce ? Et comment tu l’as connu ? »

    Je préférais en savoir un peu plus sur Keith. Bon certes, il n’avait pas l’air méchant, mais bon, je ne voyais pas trop comment les deux auraient pu se rencontrer. Je continuais à suivre les deux hommes sans rien dire. Après environ 20 minutes de marche comme l’avait annoncé Keith, on finit par s’arrêter devant une maison plutôt modeste. J’hésitais un peu avant de décider à les suivre dedans. J’avais peur d’être de trop. L’ambiance familiale, c’était pas ce que je connaissais le plus. Je posais ma tête contre l’épaule de Sasha avant de me décider à entrer. En rentrant, je pus entendre une petite voix crier. Une petite fille, aux allures de poupée arriva en courant. C’était… Sa fille ? Keith prit la petite poupée dans ses bras. Elle avait de longs cheveux blonds, ondulés, ainsi que des yeux noirs, et le visage pale. Une femme, arriva ensuite. Son épouse je suppose. Keith l’embrassa avant de nos présenter.

      Keith – « Je vous présente Olga, mon épouse, et Solène, ma petite fille. Chérie, voici Sasha, l’ami dont je t’ai parlé, et l’un de ses amis, euh… »

      « Hiroki Katsuya ! Enchanté ! Et merci beaucoup pour l’invitation. »

    Je me penchais pour saluer la famille. J’avais vraiment l’impression d’être un intrus, même si eux, apparemment, ma présence ne les gênait pas plus que ça. Bon, de toute façon, c’était un peu tard pour faire marche arrière maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha D. Von Enns
avatar
« Krsnik Frappé »
Avec une pointe de framboise

Messages : 101
Date d'inscription : 03/02/2011


MessageSujet: Re: La lune nous cache quoiqu'il arrive. |Pv| Sam 26 Mar - 23:40

    Je suivais mon Keith en souriant, j’avais l’impression d’être revenu quelques temps en arrière, où j’avais alors le plaisir de trainer avec lui. La seule différence aujourd’hui c’est qu’on nous regarde plus comme ci on avait la peste. Les personnes vivant dans la rue ont souvent le don d’être regardaient comme une bande de lépreux qui font peur à tout le monde. Pourtant, je ne pense pas que nous sommes au final si différent des autres. Je le regardais avec une certaine admiration, alors que j’avais tendance à me coller légèrement contre lui. Un peu comme mon père, je voyais en lui un exemple que je ne pourrais cependant jamais atteindre. Mais mon attention fut rapidement reporter sur le petit ange alors qu’il prit la parole.

      Hiroki - Hiroki… Katsuya. Cet homme, qui est ce ? Et comment tu l’as connu ?


    Oh … Suis-je obligé de répondre ? Je pense que jouer sur mon oublie maladif des choses peut me servir pour une fois… Lui adressant un léger sourire, j’haussais simplement les épaules avant de continuer ma route. Je n’avais pas l’intention de lui répondre de suite. Le plus vieux posa sa main sur le haut de mon crane avant de me forcer à le regarder. Il semblait inquiet de mon état. Oh ! Ca va, j’oublie pas plus qu’avant. Il devait surement se demander si j’étais capable d’inventer encore un monde parallèle. Le chemin fut rapide et je pouvais lors et déjà apercevoir la maison de Keith sans me tromper. C’était la seule maison qui avait une boite aux lettres bancale. Keith n’avait jamais été très manuel, il avait d’ailleurs raté pas mal d’entretien d’embauche à cause de ceci. Mais cet idiot semblait avoir un don pour faire craquer n’importe quelle femme d’un simple sourire. Je me demande comment il fait, bon certes il est bel homme et son sourire est envoutant, sans oublier sa voix grave sensuelle, mais quand même vouloir d’un homme aussi peu doué et canard boiteux comme lui ca laisse à désirer…

    Je souriais de plus en plus belle alors que nous étions devant la maison, lâchant lentement l’asiatique je suivais Keith à l’intérieur, le poussant quelque peu d’envie de voir sa fille. Elle devait être jolie ! J’en suis persuadé ! Et je n’étais pas surpris de voir une vraie poupée vivante, elle était tellement… Belle. Elle semblait quelque peu apeurée par la venue de deux étrangés mais rapidement les sourires que je pouvais lui faire la fit rire quelque peu. Ohhh ! Keith, laisse moi l’adopter ! J’en prendrais soin, elle est tellement craquante !

      Keith - Je vous présente Olga, mon épouse, et Solène, ma petite fille. Chérie, voici Sasha, l’ami dont je t’ai parlé, et l’un de ses amis, euh…

      Hiroki - Hiroki Katsuya ! Enchanté ! Et merci beaucoup pour l’invitation.


    Je m’approchais de la femme de Keith lui adressant un léger sourire avant que la femme ne me donne une accolade. Elle semblait compatir. Ah mais je vais très bien moi … Juste un coup dans le nez, mais rien de méchant madame. La fillette quand à elle ne semblait plus savoir ou donner de la tête. Entre l’asiatique et moi-même. Une future fanatique des beaux garcons surement. Rapidement sa petite main attrapait la mienne elle fit de même avec Hiroki avant de nous guider simplement vers le salon. Sa petite voix nous demandez de venir avec elle et a bonne odeur de nourriture se faisait sentir. Mon ventre ne se fit pas prier pour faire remarquer que j’avais faim d’ailleurs.

      Keith - Je pense que nous avons tous faim. Hiroki, j’espère que vous aimez a peut près tout … Je sais en tout cas que le ventre sur patte de Sasha lui dévore tout ce qu’il trouve sous la main.

      Sasha - J’y peux rien, mon ancienne vie m’a apprise à tout manger ! Olga j’espère que vous avez réussit à dresser Keith ! Il est toujours aussi mal appris pour manger ?


    La personne concernée s’avanca rapidement vers moi pour me donner une tape derrière la tête. Un léger rire s’échappait de ma gorge alors que je regardais de nouveau Hiroki. Il devait surement plus rien y comprendre non… Je suivais toutefois, la petite fille avant de m’arrêter une fois dans la salle à manger. Quelques photos trainaient sur le meuble à côté de la table. Certaines étaient de la petite famille et une où j’apparaissais moi aussi ! Un grand sourire apparut sur mon visage avant que je ne met à rire.

      Sasha - Pourquoi tu as gardé cette photo ? Je t’ai dis qu’elle était déjà vieille… Elle a bien une centaine d’année…

      Keith - Sasha ! Ne recommence pas… Tu es sur que tu ne vis plus dans la rue à présent ?


    Un regard remplit de colère s’abattu sur l’homme qui venait d’oser me poser une telle question. Je ne répondais rien sur le coup, tout en continuant de le fixer en serrant les poings. Surement consciente que son mari risquait de se faire frapper, Olga nous demanda alors de nous installer à table. Je ne perdis pas un instant redevenant souriant pour m’asseoir à côté de la petite fille. Je suis capable de faire du mal à un adulte mais surement pas une jolie demoiselle comme elle ! Je lui souriais alors qu’elle me parlait de sa petite vie passionnante de fillette. Keith lâcha un léger soupire avant de regarder Hiroki.

      Keith - Il a quelques sauts d’humeur … Il est souffrant de trouble de la mémoire et il a tendance à s’inventer un passé. C’est assez étrange de l’entendre en parler d’ailleurs … J’ai pas tout bien suivis, mais si tu veux me avis… Essai pas de devenir son ami, c’est plus simple. Et puis, avec Olga on compte s’occuper de lui. Donc soit gentil avec lui le temps du repas et repars avant qu’il ne s’attache à toi.


    Son ton était ferme avant qu’il ne posa sa main sur l’épaule du jeune homme pour le faire se diriger vers la chaise à côté de moi. Rapidement Olga servit les assiettes pour mon plus grand plaisir.

      Sasha - Hiroki goute ca ! C’est trooooop boooon !


    Oui, j’avais déjà commencé à manger deux trois choses. Keith quand à lui semblait quelque peu contrarié du fait que je continue à parler à son deuxième invité. Oh ! Soit pas jaloux Keithounet !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiroki Katsuya
avatar
Diabolic Angel Psychopath

Messages : 1169
Date d'inscription : 24/11/2009


MessageSujet: Re: La lune nous cache quoiqu'il arrive. |Pv| Sam 9 Avr - 19:02

    Je regardais alternativement toutes les personnes présentes, ne sachant pas vraiment ou poser mon regard. Sasha, Keith, Olga, et la petite Solène, ça faisait autant de monde que je ne connaissais pas, et dont je ne comprendrais probablement jamais le mode de vie. L’ambiance qui régnait ici était douce, et pourtant, elle me mettait extrêmement mal à l’aise. Je ne savais pas vraiment ce que je devais faire, si je devais parler ou continuer à me taire. J’ai l’impression d’être dans l’une de ses séries américaines pour les ados. Une scène clichée bien en particulier : Celle ou le héro, du genre de bonne famille, est sauvé par un autre mec, qui lui viendrait plutôt des quartiers chauds. Et pour le remercier, le héro invite son sauveur chez lui. Sauf que son sauveur n’est clairement pas à l’aise vue la différence de sa situation sociale par rapport à celle du héro. Vous aviez compris, Sasha était le héro, et moi, j’étais l’autre. Enfin, à quelques nuances près, j’avais vraiment l’impression de vivre cette scène.

    Je suivais la petite fille, qui nous avait attrapés, Sasha et moi, pour nous conduire dans le salon. Les voix de Keith et Sasha se fit entendre à nouveau. Y a pas, j’avais vraiment l’impression d’être un intrus. Un intrus qui ne comprenait plus rien en prime. L’ambiance me paraissait de plus en plus étrange. J’ai vraiment du mal à comprendre l’ambiance familiale. Ma connaissance sur les humains et leur mode de fonctionnement était plutôt correct, pourtant, la famille restait pour moi quelqu’un chose d’assez incompréhensible. Je suivais silencieusement la jeune fille et Sasha, silencieusement. Une fois dans le salon, je m’arrêtais et examina tout les détails. On aurait dit « chez moi », enfin, chez mes « parents adoptifs » quoi. J’écoutais la dispute qui éclata entre Sasha et Keith. Tout ça à cause d’une photo. Je regardais attentivement Sasha, dévoré par la rage, persuadé que ce dernier allait frapper Keith. Heureusement, Olga calma la situation et nous invita à nous assoir. Je me dirigeais vers le meuble ou était posé la fameuse photo. Je l’a saisie pour mieux la détailler, alors que Keith s’approchait pour s’adresser à moi.

      Keith - «Il a quelques sauts d’humeur … Il est souffrant de trouble de la mémoire et il a tendance à s’inventer un passé. C’est assez étrange de l’entendre en parler d’ailleurs … J’ai pas tout bien suivis, mais si tu veux me avis… Essai pas de devenir son ami, c’est plus simple. Et puis, avec Olga on compte s’occuper de lui. Donc soit gentil avec lui le temps du repas et repars avant qu’il ne s’attache à toi. »

    Hum … Pourquoi pas. Moi ça me va. Je jetais un dernier coup d’œil à la photo et remarqua un détail étrange. Sur la photo, derrière Sasha, ce trouvait une affiche, datée de 1905… C’était pour… L’exposition universelle de Liège ? Je détournais rapidement les yeux vers Sasha. Ce mec n’a pas menti… La photo à bien une centaine d’années. Il était comme moi ! Du moins, pas vraiment comme moi, mais lui aussi, c’était un monstre. Au moins, ça éclaircissait plusieurs points. Je m’installais à table, à côté de Sasha, regardant Olga servir les assiettes. Je goutais doucement deux trois trucs avant de féliciter Olga. C’était vraiment excellent. Pendant le repas, Keith et moi nous échangions des regards contrariés. Je pense qu’il avait compris que je ne considérais pas autant Sasha pour un fou.

      Hiro - « Keith, avez-vous déjà essayé de parler avec Sasha de son passé ? Même si le passé qu’il vous raconte peut paraitre faux, avez-vous déjà essayé de comprendre pourquoi il inventerait une telle histoire ? Peut être que tout ce qu’il dit est vrai, mais qu’à force d’être considéré comme un fou par les humains, il a peut être lui-même fini par ce dire qu’il l’était. Si je vous disais, que je le crois quand il dit que cette photo à cent ans, vous me prendrez aussi pour un fou ? Sasha, est ce que tu pourrais m’en dire un peu plus sur ton passé ? Je pense que les fous ne sont ni Sasha, ni moi, mais vous. »

    Je sais que mon comportement venait d’énerver Keith, mais Sasha n’était pas fou ! Du moins, pas complètement. En fait, c’était les humains qui nous rendaient fous. Ils nous poussent à croire que ce nous leurs racontons est le fruit de notre imagination. Tellement de chose les dépassent, et comme ils ne savent pas comment les expliquer, ils considèrent que ces choses sont folies. Pourtant, je ne comprenais pas comment Sasha avait pu en arriver là. Pourquoi n’était-il pas resté avec ceux de son espèce plutôt que de se mêler aux humains ? Keith se leva, furieux, énervé par mes propos.

      Keith - « Hiroki, je vous demanderais de partir. Je ne vous permets pas de m’insulter dans ma propre maison. De plus, je vous ais dit qu’Olga et moi comptions nous occuper de Sasha ! »
      Hiro - « Si pour vous, le forcer à croire qu’il est fou est votre façon de s’occuper de lui, alors je le plains. Mais soit, je m’en vais. »

    Je me levais, et chuchota un léger « je te crois » à l’oreille de Sasha, avant de l’embrasser sur le front, et de laisser malencontreusement tomber sur ses genoux, un petit morceau de papier avec mon nom et mon numéro. Ensuite, je quittais la maison, comme promis. Bon, okey, je l’avais cherché, mais Sasha n’était pas fou, merde ! Je restais un moment dans la rue, appuyé à un lampadaire, à attendre. Allez, Sasha, rebelle-toi ! Fais leurs comprendre que tu n’as pas besoin d’eux, et va t’en !


Dernière édition par Hiroki Katsuya le Mer 27 Avr - 16:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha D. Von Enns
avatar
« Krsnik Frappé »
Avec une pointe de framboise

Messages : 101
Date d'inscription : 03/02/2011


MessageSujet: Re: La lune nous cache quoiqu'il arrive. |Pv| Mar 26 Avr - 23:23

    Je regardais autour de moi alors que je mangeais tranquillement, parfois perdu dans mes pensées j’avais du mal à me concentrer à ce que pouvais me dire la jeune Solène qui tirait vivement sur la manche de mon haut. Bizarrement je me revoyais dans cette gamine qui semblait être remplie de joies de vivre. Un léger sourire s’installait lentement sur mes lèvres alors que je repensais. Ces fragments de mémoires qui étaient miens me retenais prisonniers d’un monde qui n’étais pas le mien. Je ne suis pas aussi gentil que j’en ai l’apparence, j’ai tuer sans remord bon nombre de personne qui n’avais rien fait de mal à part obéir à des ordres. Mais, est-ce mal lorsqu’on agis par amour ? Je l’avais fais uniquement car ils avaient détruits la famille que je m’étais reconstruit, moi le gamin orphelin qu’il avait pris dans leurs bras pour m’élever malgré la souffrance que j’avais du enduré pour devenir un monstre. Je prenais doucement une bouché dans ma bouche alors que mon regard se posait tours à tours sur Hiroki et Keith. Ils ont quoi eux deux ? Je penchais la tête sur le côté alors que je faisais rapidement la moue.

      Hiroki - Keith, avez-vous déjà essayé de parler avec Sasha de son passé ? Même si le passé qu’il vous raconte peut paraitre faux, avez-vous déjà essayé de comprendre pourquoi il inventerait une telle histoire ? Peut être que tout ce qu’il dit est vrai, mais qu’à force d’être considéré comme un fou par les humains, il a peut être lui-même fini par ce dire qu’il l’était. Si je vous disais, que je le crois quand il dit que cette photo à cent ans, vous me prendrez aussi pour un fou ? Sasha, est ce que tu pourrais m’en dire un peu plus sur ton passé ? Je pense que les fous ne sont ni Sasha, ni moi, mais vous.


    Me cœur ratait un battement alors que je lâchais ma fourchette. Je le regardais totalement perdu, le regard dans le vide alors qu’une vague de souvenir semblait m’attaquer. Je ne veux pas penser, je veux oublier, mais à la fois savoir pour avancer au lieu de foncer continuellement dans un mur en face de moi. Prenant mon visage dans mes mains, je fermais les yeux afin de partir loin dans mon monde à moi. Celui que tout le monde considère comme imaginaire et où je peux y vivre en paix. Je veux retourner dans les temples, y retrouver les prêtres qui m’ont élevé, surtout le vieux grognon qui au fond m’appréciait et me donner envie de vivre sans avoir un but de tuer les vampires. Il m’apprenait à aimer son prochain sans avoir à tuer les autres. J’ai tout raté n’est-ce pas ? Je suis devenu un monstre qui rêve chaque nuit à de nouveau meurtre. Je veux juste tuer tout ce qui se trouve sur mon chemin. Le jour où je retrouve mes pouvoirs je risquerais bien de tuer.

      Keith - Hiroki, je vous demanderais de partir. Je ne vous permets pas de m’insulter dans ma propre maison. De plus, je vous ais dit qu’Olga et moi comptions nous occuper de Sasha !

      Hiroki - Si pour vous, le forcer à croire qu’il est fou est votre façon de s’occuper de lui, alors je le plains. Mais soit, je m’en vais.


    Non ! Ne pars pas, ne me laisse pas seul petit ange, j’ai besoin d’aide. Je levais rapidement les yeux vers le jeune asiatique qui me murmurait qu’il me croyais alors qu’un léger sourire apparut sur mes lèvres. Je frissonnais légèrement à son baiser sur le front alors que je souriais de plus belle. Je le laissais partir sans rien dire. Mon regard se posant sur Keith qui arrivait rapidement vers moi surement dans le but de prendre ce bout de papier qu’il avait vu tomber sur mes genoux. Dommage pour lui, je m’en étais emparé avant lui.

      Keith - Sasha ! Rend-moi cela ! Je peux pas te laisser croire un idiot pareil qui se moque uniquement de toi ! Adrien m’a …


    Je me levais rapidement de ma chaise, si vite que cette dernière tomba en arrière. Adrien ? L’humain, du moins le pseudo humain semblait se rendre compte rapidement de son erreur et se reculait assez gêné.

      Sasha - Tu es avec Adrien ?

      Keith - Sasha … Au début oui, j’étais de son côté, mais avec le temps j’ai appris à tee connaitre vois-tu … Je sais que tu as fais tout cela par amour … Ne tant fais pas. Je vais juste le prévenir de où tu te trouves et ensuite nous irons le voir ensemble.

      Sasha - Je te faisais confiance ! Tu es qu’un sale menteur !


    Fou de rage, la lumière dans la pièce semblait varié avec ma colère qui s’intensifié. La merveilleuse famille pris alors leur forme naturelle, se transformant en gnome hideux qui semblaient prêt à sauter sur moi pour me tuer. Olga, avait une lame dans sa main alors que l’adorable Solène disparut elle s’amusait à faire grincer ses dents de facon diabolique. Un portrait réellement effrayant. L’envie de les tuer ne me manquais pas, toutefois sans aucun pouvoir je ne pouvais pas aller très loin. La seule solution qui me restait était de fuir. Je prenais vivement mes jambes à cou évitant de peu d’avoir la jambe attrapé par Keith. Tout la famille hurlait de rage alors que j’attrapais rapidement la photo qu’il y avait de moi sur le meuble pour sortir hors de la maison qui semblait souffrir des attaques que les trois hideuses créatures me lançaient. Mon regard se posais rapidement sur Hiroki et tout en courant je prenais sa main pour le tirer.

      Sasha - Cours !


    La main en sang à cause de la vitre du cadre cassé dans ma main je regardais quelques instants derrière nous de peur de les voir débarquer. Cela semblait pourtant ne pas arriver. M’arrêtant au bout de quelques mètres. Je lâchais tout, aussi bien la main de Hiroki que la photo. Avant d’hurler de rage en serrant mes cheveux dans mes mains. Ma colère me poussait à frapper de plein poings contre le mur en face de moi. Etant de nouveau perdu entre la réalité et la fiction. Est-ce vraiment ce que j’ai cru voir ? Où encore les démons de mon passé qui m’embrouille. En regardant la maison de Keith au loin elle semblait normal, sans aucun changement que lorsque j’étais partit en courant. Laissant mes larmes couler le long de mon visage je tombais rapidement à genoux en fixant la maison puis ma main qui rapidement avait réussit à se soigner sans grande difficulté. Je passais une dernière fois ma main dans mes cheveux quelques peu couvert de mon sang pour essayer d’y voir plus clair. La voix de Keith se fit entendre au loin alors que lentement se me balançait un peu d’avant en arrière. Que croire ? Je ne sais plus quoi faire… Je levais mes yeux rougis par les larmes vers Hiroki le suppliant presque de m’aider. Que dois-je croire ? Je suis perdu, quel monde est le vrai ? Je suis fou… N’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiroki Katsuya
avatar
Diabolic Angel Psychopath

Messages : 1169
Date d'inscription : 24/11/2009


MessageSujet: Re: La lune nous cache quoiqu'il arrive. |Pv| Jeu 28 Avr - 19:43

    Les secondes étaient longues pour le coup. Très longues. Et ce n’était que le début. Je n’étais même pas sur que Sasha allait sortir. Qui sait, il allait peut être rester ici sans protester, et dans deux jours, il aurait tout oublier. Pourtant il n’était pas fou ! Du moins, certains points de son histoire étaient vrais. Je sais qu’avec le temps ont a tendance à s’inventer des histoires ou alors oublier certaines choses, mais je pense que si Sasha est « fou » c’est parce qu’il a trop fréquenté les humains. Les monstres et les humains ne sont pas fait pour vivre ensemble, ils ne l’ont jamais été, et ne le seraient jamais. Ce n’est pas toujours facile à admettre, et pourtant c’était le cas. Les humains dominent par leur chiffre, et c’est pour ça que nous devons nous cacher. Sinon, il y aurait probablement bien longtemps qu’ils ne seraient plus là. Je ne dis pas qu’il faudrait que tous les humains disparaissent, mais un statu quo entre eux et nous serait peut être pas mal. Enfin, avant d’avoir un statu quo entre eux et nous, il pouvait encore se passer plusieurs siècles. L’autre problème de l’impuissance des monstres vient du fait que nous ne sommes pas tous unis entre nous. Canidés contre Félins, Vampire contre Loup, Démon et Anges… Des conflits entre nous, il y en avait à la pelle, et en tout genre. Suffit de voir l’ambiance à l’académie… Je sortis une cigarette de ma poche ainsi qu’un briquet et commençai à fumer. Attendre sans rien faire, c’était pas vraiment mon truc.

    Puis le miracle que j’attendais tant se produisit enfin ! Sasha sortit de la maison ! Seulement, tout ne se passa pas vraiment comme je l’avais prévu. Il m’attrapa la main et me demanda de courir. Je lachais sans le vouloir la cigarette que j’avais au bout des lèvres. Mais pourquoi est ce qu’on devait courir ? Je suivais Sasha sans rien dire, mais je continuais à me poser des questions. Non mais sérieusement je ne comprenais pas pourquoi il fallait courir. Autant d’habitude je suis le premier à emmener les gens dès qu’il s’agit de survie, autant la je ne voyais vraiment pas le danger. Sasha ne mit pas longtemps à s’arrêter. Je m’arrêtais à coté de lui et regarda sa main sur laquelle l’entaille causée par le verre se refermait à vu d’œil. Hum… Donc c’était bien un monstre. Je le regardais s’emporter sans savoir quoi faire jusqu’à ce qu’il tombe à genou. Je m’agenouillais devant lui et le prit dans mes bras, comme pour consoler un enfant. Je me mis soudainement à chanter doucement une chanson que j’avais apprit il y a bien longtemps, espérant que ça pourrait l’aider.

      « Gomenasai for everything, Gomenasai, I know I let you down ! Gomenasai till the end ! I never needed a friend, Like I do now… »

    C’était une chanson que j’avais tendance à chanter pour calmer les gens. Et puisque lui avait l’air d’aimer ce qui pouvait faire de la « musique », alors rien de mieux qu’une chanson. Je gardais le garçon dans mes bras tandis que je jouais avec une mèche de ses cheveux. Je n’osais pas lui demander ce qu’il c’était passé, et pourquoi il était dans cet état. Je m’en sentais coupable. Il n’avait pas l’air si malheureux de vivre parmi les humains, et qui sait, si je n’avais pas foutu mon grain de sel, il aurait pu être pu continuer à vivre tranquillement avec eux. Avec Keith et sa famille… Il avait vraiment l’air de les aimer. Surtout que maintenant on faisait quoi lui et moi au beau milieu de la nuit, chez les humains. Bon, je crois que pour aujourd’hui, seul le plan encore convenable était le plan C. Mouais… Pourquoi pas. J’arrêtais de chantonner et me releva entrainant Sasha avec moi. Allez, direction l’hotel ! Non, ce n’était pas une blague, et non, ce n’était pas pour profiter de Sasha ! Seulement, nous n’avions aucun endroit ou passer la nuit, étant donné que je ne pouvais pas le faire rentrer à MA. Je lui souris et lui attrapa la main pour le trainer doucement avec moi. J’en avais vu un pas très loin en venant. Après cinq petites minutes de marche, nous y arrivames. Je pris une chambre pour 2 et avança directement l’argent. Au moins, on aurait la paix pour ce soir. Je conduisais Sasha jusqu’à notre chambre qui était tout de même assez luxueuse. Je refermais la porte et allais me laisser tomber sur le lit. Cette soirée m’avait tué ! J’étais complètement épuisé !

      « Désolé, j’avais pas trouvé d’idée plus intelligente pour qu’on puisse passer la nuit à l’abris et tranquillement. La salle de bain est là bas. Tu prends ta douche en premier ? »

    Je n’avais même pas pris la peine de me retourner pour lui parler. Je n’osais pas vraiment le regarder me sentant mal pour tout ce qui s’était passé. Je crois que je n’arriverais jamais à me comporter normalement avec les gens…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha D. Von Enns
avatar
« Krsnik Frappé »
Avec une pointe de framboise

Messages : 101
Date d'inscription : 03/02/2011


MessageSujet: Re: La lune nous cache quoiqu'il arrive. |Pv| Sam 30 Avr - 18:48

    Suis-je donc fou ? Surement, mon esprit semble totalement divaguer que je ne sais plus quoi penser de tout cela. Au bien sûr, Keith avait l’habitude de mes crises de folies et revenait toujours me chercher pour me consoler. Mais, ce soir ce n’était pas lui qui était là à me serrer dans ses bras à me murmurer qu’il ne m’en voulait pas. L’odeur était différente, il semblerait même que la personne qui me serrait dans ses bras était asiatique. La voix, me faisait penser aux personnes qui s’occupaient de moi alors que j’étais jeune. Un frisson m’échappait alors que je laissais la personne s’occuper de moi. Hiroki, tu devrais fuir avant d’être encore plus victime de ma folie. Je ne voulais pas faire de mal à Keith, le détruire et il semble plus tenir à moi, le pauvre fou que sa propre famille. Fermant les yeux quelques instants, avant de prendre une grande inspiration. Je me vengerais de Adrien, pour tout le mal qu’il me fait. Je ne suis que la victime non ? Je ne sais plus bien. Je rouvrais les yeux alors que l’ange me forçait un peu à me relever. Je me laissais faire sans rien dire. L’esprit surement encore troublé par ce qu’il venait de se passer, je me trainais doucement derrière l’asiatique sans rien dire. Mon regard se levait quelque peu sur Hiroki, un sourire pris place sur mon visage alors que j’accélérais un peu le pas.

    Arrivant à l’hôtel, rapidement je me sentais perdu je collais un peu plus l’asiatique me cachant même derrière lui alors qu’il s’adressait à l’accueil. La personne derrière le guichet me lançait de grands sourires et cela ne me rassuré pas spécialement. Elle était bizarre cette personne est c’était pas la seule tout le monde semblait être mauvais dans cet drôle de grande maison. Je me reculais un peu de l’asiatique alors que je le suivais de nouveau gentiment vers une maison plus petite, mais dans la grande maison. Oh ! Hiroki est drôlement riche non ? Il a donc plein de petites maisons dans une grande ? Je trottinais quelque peu alors que j’avais pris du retard en regardant autour de moi, la bouche grande ouverte. Oui, j’étais intrigué et à la fois admiratif. Mais c’était rien qu’en on rentra dans la petite maison. C’était vraiment … Beau ! Un léger sourire apparut de nouveau sur mes lèvres, alors que je regardais les lieux qui s’ouvraient à moi. Je commençais rapidement à partir à la découverte des lieux, m’asseyant sur les lits pour les tester, regardant par la fenêtre, admirant chaque décorations. Oui, je suis quelque peu hyper actif.

      Hiroki - Désolé, j’avais pas trouvé d’idée plus intelligente pour qu’on puisse passer la nuit à l’abris et tranquillement. La salle de bain est là bas. Tu prends ta douche en premier ?

      Sasha - Euh … Oui.


    Je fixais l’ange qui semblait ne plus vouloir me regarder, j’ai mal agis ? Je me mordillais la lèvre inférieure alors que je sortais de la poche de mon jeans, la boite de médicaments qu’il m’avait donné pour la poser sur un petit meuble décoratif. Je rentrais par la suite dans la salle de bain. Je pris rapidement une douche et tout en sortant de sous l’eau, je le laissais couler. Je me rhabillais rapidement, alors que je prenais le morceau de feuille sur lequel il avait mis son numéro de téléphone pour le retourner et gribouiller dessus un simple. Merci pour tout. S. Je le posais sur le lavabo alors que je m’approchais de la fenêtre de la salle de bain. Il est vrai qu’on était pas au rez-de-chaussée ou première étage, mais après tout, je ne risquais pas de mourir malheureusement. Je sautais de là haut. L’atterrissage était douloureux c’est vrai, un rouler bouler avant que je ne me redresse en grimaçant un peu de douleur. Saleté de cheville. Elle était fragile vu mon âge. Toutefois, cela fut rapidement qu’un vulgaire souvenir alors qu’elle se remboitait rapidement et après un léger regard vers la chambre. Je me mettais à marcher sans but précis. J’allais surement me perdre encore quelque part et attendre que quelqu’un décide de venir me chercher. Je voulais plus faire de mal à Hiroki, je devais alors m’enfuir loin de lui. Il avait l’air fatigué… Je plongeais mes mains dans mes poches alors que je trainais un peu des pieds en regardant en l’air au fur et à mesure que j’avançais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiroki Katsuya
avatar
Diabolic Angel Psychopath

Messages : 1169
Date d'inscription : 24/11/2009


MessageSujet: Re: La lune nous cache quoiqu'il arrive. |Pv| Dim 1 Mai - 14:58

    Allongé sur le lit, je continuais de réfléchir à mon comportement anormal. Y avait-il un instant dans cette soirée ou j’avais réagi normalement ? Quand je voulais l’amener à l’hopital ? Peut être. Je laissais Sasha rejoindre la salle de bain sans rien ajouter de plus. Le pauvre, il ne devait surement pas comprendre mes sauts d’humeur. Je regardais la petite boite de médicaments qu’il venait de reposer sur un meuble alors qu’un léger sourire apparu sur mes lèvres. Il était complètement à coté de la plaque. Le pauvre. Bon, au moins ce n’était pas à cause de moi. Je me retournais sur le dos et fixa le plafond. Je ne savais pas vraiment quoi faire, et pour le coup, les secondes me paraissaient vraiment être des heures. J’étais tellement fatigué que mon cerveau tournait lui aussi au ralenti. En même temps c’était certainement pas la soirée la plus tranquille que j’ai eut l’occasion de vivre. Moi qui n’arrêtais pas de me plaindre qu’il ne se passait jamais rien chez les humains, niveau action pour ce soir, j’avais eut mon compte. Bon, ça c’était en parti parce que Sasha était un monstre aussi. D’ailleurs, je n’avais pas pensé à lui demander quel genre de monstre c’était. Je n’étais pas à l’académie, alors ce genre de question ne pourrait faire du mal à personne.

    Le temps commençait vraiment à être long. Depuis combien de temps Sasha était-il dans la salle de bain ? Je me relevais pour toquer à la porte et lui demander si tout allait bien. Je recommençais une seconde fois n’ayant pas eut de réponse. N’ayant toujours pas réponse, je me décidais à rentrer, étant donné que la porte n’était pas fermée à clé. Je fis le tour de la pièce avec le regard : Sasha avait disparu ! Mon attention fut retenue ensuite pas la fenêtre qui était grande ouverte. Je ne pris même pas le temps d’arrêter l’eau que je quittais la pièce, puis la chambre, pour redescendre à toute allure à l’accueil dans le but de quitter l’hotel. Je suis rapidement un tour dans le but d’essayer de le retrouver. P*tain ! Mais ou était-il allé ? Au bout d’un quart d’heure de recherche dans le rue de Beverly, je me décidais à rentrer. Je n’arriverais probablement pas à le retrouver… Du moins, pas de cette façon.

    Je rentrais à la chambre d’hotel. Dans la salle de bain, je fermais la fenêtre ainsi que l’eau. Par terre, je ramassais un petit bout de papier. C’était celui ou j’avais noté mon numéro pour Sasha… Je le retournais et vis que quelque chose d’autre avait été écrit au dos. Merci pour tout. S. Je retournais dans la chambre, un peu déçu. Mais bon, je n’abandonnais pas. Je finirais par retrouver Sasha. D’une façon ou d’une autre. Pour une fois, je me sentais ange dans mon cœur. Je commençais à comprendre ce qui pouvait les pousser à vouloir aider les gens. Même si je n’obtiens jamais rien de la part de Sasha, tant pis, je veux l’aider à aller mieux. Et croyez moi, je finirais par réussir. Parole d’Hiroki Katsuya !


[END]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La lune nous cache quoiqu'il arrive. |Pv|

Revenir en haut Aller en bas
 

La lune nous cache quoiqu'il arrive. |Pv|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Monster Academy :: Le Monde des Humains ° :: † Beverly Hills :: Centre ville-
Sauter vers: