Une école de monstre ou l'on apprend à vivre comme des humains
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 En attendant le prince des oiseaux... [PV Ryuko 8D]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: En attendant le prince des oiseaux... [PV Ryuko 8D] Lun 23 Aoû - 4:30

J'étais immobile, assise en indien dans cette clairière depuis plus d'une heure, peut-être même deux. En fait, je ne voyais pas le temps passer. Mais qu'est-ce que je faisais là? J'observais les oiseaux. Je devais en avoir vu près d'une centaines cette après-midi là, des petits moineaux, des mésanges, des merles ainsi que des chardonnerets. Les oiseaux me fascinaient. Ils fouillaient le sol à la recherche de quelque chose pour se nourrir, puis ils leur en fallait moins d'une seconde pour décoller et se retrouver dans le ciel à nager dans l'air, parmi les nuages. Certes, j'adorais les regarder faire leur manège, mais ce n'étais pas pour cela que je me trouvais dans cette clairière à rester aussi immobile qu'une roche. J'attendais de voir apparaître un oiseau particulier. En effet, plus tôt dans la journée on m'avais confié qu'il existait un prince des oiseaux qui aurait le pouvoir d'offrir la capacité de voler dans le ciel à quiconque parviendraient à le capturer. On m'avait avoué que ce prince des oiseaux était reconnaissable par sa taille inhabituelle qui surpassait celle des autres ainsi que par la noblesse qu'il dégageait par sa simple présence. On m'avait promis que je le reconnaitrais au premier coup d'oeil. Toutefois, cet oiseau rare ne se montrait pas à n'importe qui. Il avait tendance à éviter ceux qui ne sont pas de son espèce, donc le seul moyen qui pouvait le convaincre de s'approcher, m'avait-on dit, était de rester immobile comme une roche. De cette façon il ne pourrait remarquer ma présence. Et c'est lorsqu'il aurait l'attention détourner que je devais profiter du moment pour tenter de le capturer. Évidemment, j'y ai crut comme si on m'avait affirmer que le ciel était bleu! j'étais donc assise là, immobile, dans l'attente de cet oiseau fabuleux qui ne voulait pas montrer l'ombre d'une plume. Il était hors de question que j'abandonne le prince des oiseaux allait forcément se montrer un jours au l'autre. Je rêvais de pouvoir voler depuis la première fois que j'avais vu c'est créatures à plumes s'exécuter. Je continuais donc d'observer les oiseaux patiemment et silencieusement. Puis, tout à coup les oiseaux près de moi commencèrent à se faire plus bruyant, puis s'envolèrent comme effrayés par quelque chose. C'est alors que je le vis, un oiseau beaucoup plus gros que ceux que tous ceux que j'avais vu jusqu'à présent. Il devait bien faire la taille d'un chat et son plumage était noir de jais. Était-ce donc par respect et non par frayeurs que les autres oiseaux c'était envolés juste avant? Ça devait être cela. J'étais toujours immobile et l'oiseau devait être à deux mètre de distance. Pour réussir à le capturer je devais obligatoirement me rapprocher. Alors que l'oiseau s'affairait à fouiller le sol, j'entrepris de me défaire de ma position initiale lentement et sans bruit. Appuyée sur mes mains et mes genoux, je commençais à avancer doucement à quatre pattes. Tout à coup alors que je n'avais même pas exécuté un pas le prince des oiseaux se tourna vers moi. Je retenais mon souffle et cessais de bouger. Il me regarda pendant peut-être dix secondes puis s'envola en croassant.

- Eh, merde! C'est malin ça!

Penaude, je me laissa retomber dans l'herbe. Je roula sur le dos, puis tout en poussant une lamentation digne d'un enfant à qui on venait de retirer une barre de chocolat avant même d'avoir pu croquer dedans, je regarda le point noir dans le ciel s'éloigner jusqu'à disparaître complètement. Je resta ainsi couchée dans la clairière pendant de nombreuses minutes à regarder les nuages défiler.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: En attendant le prince des oiseaux... [PV Ryuko 8D] Lun 23 Aoû - 15:56

Le ciel était dégagé, le soleil brilllait. Aujourd'hui était une journée parfaite pour dessiner tranquillement. J'aurais très bien pu rester à dessiner dans ma chambre mais j'avais une envie irrépressible de prendre l'air. Il était impossible que je reste éternellement enfermé, j'avais besoin de voir le ciel, de sentir le vent souffler sur moi. C'est donc naturellement que je pris mon carnet de croquis. Ne connaissant pas encore bien les environs du lycée, je me décidai à les visiter. La clairière retint vite mon attention. Cela ressembalit tellement à l'endroit où j'aimais dessiner chez Lisa! Je fus donc immédiatement attiré par cette verdure baignée de soleil, les arbres procurant un peu d'ombre par cette chaleur, le léger vent frais et agréable, et surtout le silence à peine interrompu par le chant harmonieux des oiseaux. Puis au moins ici je serai seul, pas embêté par quoi que ce soit. Je m'assis donc contre le tronc d'un arbre et commençait à dessiner tout ce que je voyais. Je commençais par le décor immobile de la clairière puis une fois cela fait, lorsque un oiseau me faisait l'honneur de se poser tranquillement sur le sol, je me dépêchais d'en faire une esquisse avant qu'il reparte. Je dessinai ici plusieurs oiseaux au milieu de mon décor verdoyant. C'était un vrai feu d'artifice à plumes. Certes ils n'étaient pas tous arrivés là en même temps mais un dessin n'est pas forcément censé représenter la réalité, n'est-ce pas ? Puis c'était tellement plus joli et gai comme ça. Soudain, je vis arriver devant moi un corbeau, au plumage noir de jais et au bec acéré qui brillait comme de l'argent, plus gros que les autres oiseaux que j'avais pu voir ici. Il méritait absolument sa place sur mon croquis. Malheureusement, il s'envola avant que j'eus le temps de finir.

*Zut, c'est vraiment pas de chance!*

J'avais un oiseau noir décapité sur ma feuille. Je ne l'avais pas fait exprès mais cela me fit sourire. Alors que j'étais en train de me demander si je devais l'effacer ou pas, j'entendis une voix de fille:

- Eh, merde! C'est malin ça!

Je décidai de m'approcher puis je vis une fille à quatre pattes visiblement frustrée de quelque chose. Elle s'allongea et commença à marmoner. J'allais repartir dessiner tranquillement, laissant cette fille dans sa frustration. Mais soudain, alors qu'elle regardait le ciel perdue dans ses pensées, le corbeau revint à tâtons vers la fille. Hors de question de le laisser filer cette fois. A pas feutrés, je me rapprocahis doucement de ma proie. Oui en effet, c'était une proie, le loup que j'étais obéissait à ses instincts de chasseur. Le corbeau ne se méfiait pas, alors aussi rapide que l'éclair, beaucoup plus rapide qu'un humain ordinaire, je bondis vers lui et le saisis entre mes mains, atterissant aux côtés de la fille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: En attendant le prince des oiseaux... [PV Ryuko 8D] Lun 23 Aoû - 17:28

Les nuages commençaient à m'ennuyer. Je pensais à me relever et retourner à l'Academy lorsqu'un bruissement d'ailes se fit entendre tout près de moi. Je fis rouler ma tête de côté afin de voir d'où le son provenait. Lorsque mes yeux se posèrent sur lui mon coeur rata un bond. Le prince des oiseaux était de revenu! Il m'offrait une deuxième chance! Cette fois pas question que je le laisse s'envoler avec son pouvoir. Je devais l'attraper coûte que coûte. Alors que j'allais exécuter un subtil mouvement pour tenter de me rapprocher une nouvelle fois, en une fraction de seconde je vis une ombre passer puis le prince des oiseaux avait disparut. Je me redressai rapidement et balaya la clairière et le ciel des yeux afin de retrouver toute trace de l'oiseau rare, c'est alors que mon regard s'arrêta sur le jeune homme qui se trouvait juste à côté de moi. Sur son visage flottait une expression de satisfaction, mais je ne m'attardai pas plus longtemps, car la créature qui se débattait en croassant dans ses mains attira bien vite mon attention. J'arrivais pas à y croire! Il était parvenu à le capturer et ce à MA place! Il m'avait volé mon prince des oiseaux! J'avais glandé des heures dans cette clairière rien que pour ça et c'est cet abruti qui repartirait avec MON pouvoir! C'est alors, non sans frustration, que je m'adressai à lui:

- Mais pourquoi t'as fait ça!?! C'était moi qui devais l'attraper! Maintenant c'est raté, je pourrai plus nager dans le ciel! Merci bien!

Sur ce, toujours assise dans l'herbe, j'effectuai une légère rotation de façon à tourner le dos au nouveau venu qui m'avait voler mon prince des oiseaux. Je repliai mes jambes contre moi les entourant d'un de mes bras alors que de l'autre je m'affairais à arracher des touffes d'herbes pour passer ma frustration. Je boudais. Et j'en revenais toujours pas de m'être fait devancer de la sorte. Et je ne l'avais même pas vu venir! C'était injuste! Il n'avait pas le droit! J'avais usé de ma patience tout l'après-midi dans l'attente que ce moment arrive et cet idiot avait eu le culot de s'en emparer directement sous mon nez. La situation me dépassait...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: En attendant le prince des oiseaux... [PV Ryuko 8D] Lun 23 Aoû - 20:25

Je l'avais! Enfin je l'avais! L'air satisfait sur mon visage ne laissait aucun doute quant à ma jubilation. Mais ce à quoi je ne m'attendais pas, c'est que la fille se mette en colère contre moi. J'étais abasourdi. Je ne comprenais absolument rien à ce qui venait de m'arriver. "Nager dans l'air" ? "Nager dans l'air"... ? Mais de quoi parlait-elle ? Peut-être "voler" ? Si j'avais bien compris... elle m'accusait de l'empêcher de voler ? Non, je comprenais sûrement mal. Les humains ne volent pas voyons... Quoique j'étais un loup-garou actuellement dans un lycée de monstres, cette histoire en elle-même était complètement folle, tout pouvait arriver... j'étais quand même assez cartésien et si je n'étais pas moi-même un loup-garou, il y a nombre de choses que je ne croirais pas. Cette fille était tellement persuadée de pouvoir voler... c'était peut-être vrai après tout... Mais je n'avais toujours pas compris pourquoi elle était fâchée contre moi. Elle était allongée, repliée sur elle-même, arrachant frénétiquement les brins d'herbe. Elle était frustrée, cela se voyait. C'était vraiment moi qui la rendait dans cet état-là ? Non, ce n'était vraiment pas mon but de lui faire de la peine...

- Excuse-moi... Je te demande pardon même si je ne sais pas ce que tu me reproches...

Elle ne réagit pas. Aïe, c'était mal parti... Il fallait absolument que je trouve quelque chose pour lui remonter le moral... Le corbeau croassait toujours, prisonnier de l'étau de mes mains. Pauvre bête... j'avais complètement oublié sa présence, trop absorbé par ce que m'avait dit cette fille. Maintenant, peu m'importait de finir mon dessin, ce qui m'importait, c'était que cette fille ne reste pas fâchée contre moi à cause d'un malentendu. Je laissai donc l'oiseau reprendre sa liberté, virvoltant dans les airs. Bon, qu'est-ce que je pouvais bien dire ? Quand un des mes membres de ma meute se fâchait contre moi, cela ne durait jamais bien longtemps et je savais qu'il reviendrait me voir comme si rien ne s'était passé. Seuelement je sais bien que tous les gens ne sont pas comme ça... Est-ce que cette fille était comme ça ? Cela m'arrangerait bien, comme ça je n'aurais à faire. Je sais que c'est lâche comme attitude mais le surnom que les gens qui me connaissent me donnent rend bien compte de la situation: "l'handicapé des relations humaines" Je ne savais absolument pas gérer le conflit. Aaah, les animaux sont tellement plus simples à comprendre! Ce n'était que lorsque j'étais loup que je n'avais pas besoin de chercher à m'expliquer, les réactions devenaient naturelles. Mais bon... j'allais quand même pas prendre le risque que cette fille découvre mon secret... je serais aussitôt renvoyé. J'avais fait des efforts, beaucoup d'efforts pour être plus sociable et amical et ça avait porté ses fruits mais là comment faire, on a même pas pris le temps de se présenter qu'elle me déteste déjà! Pour une cause qui m'est inconnue en plus! Je ne savais vraiment pas comment gérer ça... quoiqu'il en soit, je ne pouvais décidemment pas laisser la situation stagner. Espérons que je n'aggrave pas mon cas... J'avais toujours mon carnet de croquis avec la multitude d'oiseaux voletant dans la clairière. J'étais sur que ça lui plairait!

-Dis, je pensais... que tu devais aimer les oiseaux...

Elle sembla moins crispée. C'était bon signe! Je devais continuer...

-J'étais en train d'en croquer tout à l'heure, le corbeau aussi, je l'ai attrapé pour pouvoir finir, ça te dirait de regarder ?

Je m'approchai d'elle pour lui montrer mon dessin... avec le corbeau sans tête.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: En attendant le prince des oiseaux... [PV Ryuko 8D] Mar 24 Aoû - 6:40

Je continuais de bouder. Ce pauvre type ne méritait pas que je lui adresse la parole après ce qu'il venait de me faire! Je continuais donc d'arracher frénétiquement des touffes d'herbe autour de moi. J'entendis le garçon me parler, mais je fit la sourde oreille, j'avais décidé de l'ignorer. Toutefois, je commençais à me sentir mal pour toute cet herbe que je martyrisais, je le laissa donc pousser en paix et rabattis sur quelques cailloux éparpillés que je lançais vigoureusement vers le centre de la clairière. L'inconnu me parla à nouveau et il n'en fallu pas plus que le mot "oiseau" dans sa phrase mon attention se redirige vers lui pour que j'écoute ce qu'il disait. Oui les oiseaux sont pour moi une réelle fixation! Même le mot seul parvient à détourner mon attention! Je me fis ainsi plus attentive à ses paroles, puis il prononça cette phrase...

«J'étais en train d'en croquer tout à l'heure, le corbeau aussi, je l'ai attrapé pour pouvoir finir, ça te dirait de regarder ?»

Je devais avoir mal entendu. Il n'avait pas vraiment dit ce que je pensais qu'il avait dit!! Avait-il vraiment dit qu'il avait croqué ces oiseaux? Impossible! Quel genre de monstre pourrait manger des oiseaux vivants!? Aucun évidemment! J'avais mal compris c'était tout. Je me tournai donc vers lui et je remarquai que le prince des oiseaux ne se trouvait plus dans ses mains. Mon sang ce glaça dans mes veines. Finalement peut-être que j'avais tout à fait bien compris. Mes oreilles ne m'avaient peut-être pas joué de tour en fin de compte. Ce pouvait-il qu'il aie vraiment manger le prince des oiseaux? En fait, en y réfléchissant ça ne pouvait être que ça! Sinon ou serait passer l'oiseau noir de jais? Je me relevai abruptement et fit face à ce mangeur d'oiseux. Je reculai de quelques pas précaution. S'il mangeait des oiseaux il pouvait bien manger des dragons aussi! Ainsi donc ce n'était pas pour son pouvoir mais simplement pour le dévorer qu'il s'était jeter sans retenu sur l'oiseau noble! C'était horrible!

- Comment t'as pu faire ça?! Il t'avait rien fait! Si tu l'aurais pas tuer il aurait même pu te laisser nager parmi les nuages!

Je le regardai attentivement. Il semblait aussi confus que je pouvais être indignée à l'instant. Je pouvais pratiquement voir dans ses yeux adorablement bridés d'un brun sombre de nombreux points d'interrogations qui dansaient. Ses cheveux noir légèrement bouclés lui donnait un aire innocent. On ne pouvait nullement ce douter que derrière ce jeune homme -plutôt mignon je devais me l'avouer- ce cachait un mangeur d'oiseaux. Je secouai la tête et tentai de me ressaisir... voyons personne de sensé pourrait manger une créature qui à le pouvoir de nager dans le ciel! Peut-être qu'au fond n'était-ce pas intentionnel? J'avais du mal à imaginer qu'on puisse réellement faire subir cela à une telle bête. Je ne savais plus quoi penser, tous se bousculaient dans ma tête.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: En attendant le prince des oiseaux... [PV Ryuko 8D] Mar 24 Aoû - 14:33

[H.J: On voit pas du tout ton opinion quant au physique de Ryuko, naaan XD]

Hein ? Moi j'avais tué quelqu'un ? Non, c'était impossible, pourtant j'avais bien entendu, mon ouïe infaillible ne pouvait pas me jouer de tours. Mais est-ce qu'elle pensait vraiment ce qu'elle disait ? En tout cas, l'air affiché sur son visage permettait de le penser. Mais non, je n'étais pas un assassin, je n'avais tué personne! Qu'elle soit fâchée contre moi à cause d'un quelconque malentendu pouvait aller, la situation était toujours prête à s'arranger, j'aurais pu trouver un moment pour lui demander ce qui n'allait pas, mais qu'elle croit que j'étais un assassin, ça je ne poiuvais décidemment pas le laisser passer. Je ne voulais pas qu'elle aie peur de moi -même si dans la situation actuelle elle était plus indignée qu'effrayée- je ne voulais pas qu'elle pense que je pouvais lui faire du mal. Est-ce qu'on vivait vraiment sur la même planète elle et moi ? On se parlait mais on ne se comprenait décidemment pas. C'était comme s'il y a avait une bulle hermétique autour de chacun de nous qui nous empêchait de comprendre le reste du monde et surtout de nous comprendre. Je ne doutais absolument pas qu'il y aie une bulle autour de moi, je m'étais toujours senti... à part. Mais là je devais absolument crever l'abcès. C'est alors que ma bulle commença à se percer, les engrenages de mon cerveau se mirent en place et je compris. Mais oui! Elle devait sûrement penser que si elle attrapait le corbeau, il lui permettrait de voler! Et elle m'en voulait parce que je l'avais, selon elle, privé d'une chance extraordinaire! Et puis ensuite... ah mais suis-je bête, j'aurais du me douter que "croquer" était ambigu. Elle croyait donc sincèrement que je pouvais dévorer cruellement des oiseaux vivants ? Apparemment oui. La situation était claire maintenant. Je ne pus m'empêcher d'éclater de rire. Elle était si naïve! Elle parut déstabilisée, je m'approchai d'elle en souriant. Je posai une main sur son épaule, ce qui la fit trésaillir -et à ce moment-là, complètement incompréhensive et un peu inquiète, tellement innocente, elle était vraiment mignonne-, je soupirai puis lui dis:

-Ecoute, ce n'était vraiment pas mon intention de t'énerver, il y a eu un malentendu entre nous. Je... je savais pas que cet oiseau était si important pour toi, je te demande pardon. Et puis, je ne mange pas sauvagement les oiseaux, je me suis mal exprimé, "croquer" veut dire dessiner.

Je pris mon carnet de croquis et pour qu'elle ne s'affole pas plus, je pris le crayon qui était dans la poche de mon jean et dessinai la tête du corbeau selon mes souvenirs. Puis je lui tendis l'esquisse.

-Tiens, je t'en fais cadeau, j'espère que ça te plaît. Alors, amis ? Je m'appelle Ryuko et toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: En attendant le prince des oiseaux... [PV Ryuko 8D] Mar 24 Aoû - 21:56

[H.J: Pfff.. j'vois tellement pas de quoi tu parles e_e .... en plus t'as surtout pas pris Inoo comme avatar *la fille qui en a presque pas 15milles poster dans sa chambre*]

L'idée de retourner à l'Academy sur le champ me repassa par l'esprit, lorsque qu'il éclata de rire. Là, je ne comprenais plus rien. Pour quelle raison pouvait-il rire ainsi? Avais-je dit quelque chose de drôle? Je ne croyais pas pourtant. Peut-être riait-il parce qu'il trouvait ça drôle de manger des oiseaux? Ce pouvait-il que ce soit cela? Dans ce cas ça serait horrible! Je ne pouvais pas y croire. C'est alors qu'il commença a s'avancer vers moi. J'ignorais que faire, des tas de pensés me traversèrent l'esprit. Peut-être que manger le prince des oiseaux ne l'avait pas amusé autant qu'il l'espérait et qu'il voulait se rabattre sur un pauvre dragon plus que dépassé par la situation? J'aurais peut-être dût me sauver, mais je ne bougeais pas. Quand bien même l'idée de me sauver me serait parvenu à cette instant, j'en aurais été incapable. Quelque chose me paralysait, mais je ne crois pas que c'était la peur, j'ignorais ce que c'était. Il s'arrêta une fois qu'il me fit face. Alors qu'il levait sa main pour la déposer sur mon épaule je croyais entendre a nouveau sont rire qui résonnait dans ma tête. J'en était sûre, il s'apprêtait à me dévorer! Je pensai rapidement aux options qui s'offraient à moi. Hurler? Je regardai au tour de moi et constatai que la clairière était déserte, cela ne servirait donc à rien puisqu'il n'y avait personne d'autre pour entendre mon appel à l'aide à par nous deux. Courir? Aussi bien demander à un poisson qu'on aurait sorti de l'eau de se sauver d'un chat habile sur terre. J'avais beau être particulièrement rapide dans l'eau, ça ne m'empêchait pas d'être une réelle empoté sur la terre ferme, il me rattraperait sans doute assez rapidement. Au moment où j'allais abandonner tout espoir, il parla.

«Ecoute, ce n'était vraiment pas mon intention de t'énerver, il y a eu un malentendu entre nous. Je... je savais pas que cet oiseau était si important pour toi, je te demande pardon. Et puis, je ne mange pas sauvagement les oiseaux, je me suis mal exprimé, "croquer" veut dire dessiner.»

Une vague de soulagement me traversa. Ainsi donc j'avais tout compris de travers! J'aurais dût m'en douter pourtant! Pourquoi quelqu'un voudrait-il du mal à des oiseaux? Il n'avait pas rit a cause qu'il trouva ça marrant de bouffer des oiseaux, mais plutôt parce qu'il avait compris la situation avant moi! J'aurais bien voulu en rire également, mais sur le coup j'en étais encore incapable. J'étais quelque peu choqué par la tournure des évènements et j'avais peine à croire tous les scénarios que je m'étais fait en pensant que j'allais vraiment y rester. Je me senti un peu stupide d'avoir réagit de la sorte. J'avais dût l'inquiéter en agissant comme s'il était un monstre à mes yeux! Je m'en voulais un peu. J'allais m'excuser, mais il commença à gratter une feuille de papier avec un crayon, ces outils dont les humains se servent pour écrire. Était-il entrain d'écrire quelque chose? J'espérais que non puisque je commençais à peine à apprendre à lire et écrire. Lors que mon arrivé a l'Academy on m'avait montrer à me servir de ses truc pour assembler des dessins qu'on appelait des lettre afin de former des mots puis des phrases. J'avais bien comprit le principe, néanmoins j'éprouvais toujours quelques difficultés à reconnaître certaines lettres. Lorsqu'il eu terminé il me le tendis.

«Tiens, je t'en fais cadeau, j'espère que ça te plaît. Alors, amis ? Je m'appelle Ryuko et toi ?»

Je n'en crut pas mes yeux! Le prince des oiseaux était dans la feuille de papier!!! Mais comment était-ce possible? Avait-il un pouvoir magique permettant d'enfermer les choses dans ses feuilles de papiers ou ses crayons était-ils magiques? Je n'arrivais pas à comprendre comment il y était arrivé... je le regardai, ébahit, il avait parlé en me tendant le dessin. Qu'avait-il dit? Ah! Oui, il m'avait demandé mon nom il me semblait.

- Euuh... Miharu.

Puis n'en pouvant plus des questions qui se tassaient dans ma tête je le bombardai.

- Comment t'as fait ça? Le prince des oiseaux est dans la feuille! Il est mort? C'est un pouvoir magique? Les crayons sont magiques? Je peux le faire aussi?

Je devais avoir l'aire d'une gamine à qui on vient de faire un tour de magie, mais pour moi c'en en était vraiment un!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: En attendant le prince des oiseaux... [PV Ryuko 8D] Mer 25 Aoû - 1:45

Décidemment, cette fille, Miharu, était surprenante. On aurait dit qu'elle voyait le monde à travers des yeux d'enfant curieux de tout. Tout semblait être découverte et amusement à ses yeux. Ses yeux pétillaient devant le spectacle qu'offrait le dessin. Elle était tellement mignonne! Si naïve, je pense qu'on aurait pu lui faire croire vraiment n'importe quoi. Mais elle était si pleine de vie et joyeuse qu'à mon sens, seule une personne mal intentionnée pourrait lui faire du mal volontairement. Et je n'étais pas ce genre de personne. Comme elle me semblait pouvoir tomber dans tous les pièges qui lui étaient tendus, je devais la surveiller. Certes, je connaissais à peine cette fille mais je me sentais comme responsable d'elle. Et par sa naïveté et son insouciance, elle me faisait rire.

- Comment t'as fait ça? Le prince des oiseaux est dans la feuille! Il est mort? C'est un pouvoir magique? Les crayons sont magiques? Je peux le faire aussi?

Sa question ne me surprit pas mais me fit une mainte fois sourire. N'avait-elle donc jamais vu un dessin ? Etait-elle une créature si éloignée du monde humain ? Sûrement devait-elle l'être. Sur le moment, je ne savais pas vraiment quoi faire. J'étais bien tenté de la taquiner, entrer dans son jeu, c'était pas bien méchant. Son air incrédule me donna la réponse: oui, j'allais mentir un peu. Cela faisait longtemps que je n'avais pas eu l'envie de m'amuser de cette façon avec quelqu'un. C'était vraiment bien. Miharu me redonnait un peu la pêche.

Oui, c'est un pouvoir magique qui est seulement à moi. Mais je veux bien essayer de t'apprendre à t'en servir. Quand tu sauras t'en servir, si tu y crois vraiment très fort sans jamais perdre la foi, alors ton papier se matérialisera dans le monde réel. Il te faut tout d'abord cet instrument appelé "crayon" qui laisse une trace sur le papier. C'est un objet magique aussi. Tout ce que tu laisses sur le papier avec ce crayon quand tu as le pouvoir prend vie.

En même temps que je disais ces mots, je tendis mon crayon devant elle. Elle était en admiration devant cet objet si commun que tout le monde possédait. La pointe de jalousie qui luisait dans ses yeux quant au fait que je puisse posséder un objet si inestimable pour elle ne fit que renforcer mon amusement. Je pense qu'elle ne voulait pas attendre une minute de plus, trop impatiente de maîtriser le "don". Je m'avançai vers un arbre au tronc large, m'y acolla puis m'assit. Elle ne semblait pas trop savoir que faire. Je pris mon crayon, gratta quelque chose sur la feuille pendant de nombreuses minutes et revint la voir. Je riais intérieurement de la farce que j'allais lui faire. Rooh, c'était pas bien vilain.

-Tiens, c'est pour toi, un autre cadeau. J'espère que tu trouves qu'il est ressemblant, c'est juste une lègère esquisse.

C'était un portrait d'elle. J'étais curieux de savoir si elle parviendrait à avaler ça. J'espérais un peu au fond de moi qu'elle ne soit pas si naïve.

-Ca te ferait plaisir que quand je t'aurais donné une petite leçon de dessin je te donne mon crayon magique ? Comme tu acquériras plus vite les pouvoirs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: En attendant le prince des oiseaux... [PV Ryuko 8D] Mer 25 Aoû - 7:38

M'offrait-il vraiment la possibilité d'essayer de pratiquer ce pouvoir qui lui appartenait? Brulante d'excitation et d'impatience je m'emparai de son crayon qu'il me tendait ainsi que quelque feuilles de papier. À ce moment le prince des oiseaux et son pouvoir était totalement sorti de tête, déjà oublié. M'importait plus que cet objet mystérieux que je tenais à présent dans mes mains. Pendant un instant je remarquai que Ryuko c'était éloigné pour s'asseoir au pied d'un arbre, mais je reportai rapidement mon attention sur l'objet qu'il disait magique. Je le rapprochai de mon visage tout en le tournant entre mes doigts afin de mieux pouvoir l'examiner. J'essayai de distinguer un quelconque détail qui pu le différencier des autres crayons ordinaire, mais en vain. Il semblait aussi banale que n'importe quel autre crayon, à l'un extrémité sa mine était légèrement usée, preuve qu'il avait servi, et à l'autre extrémité la gomme avait presque totalement disparut. Ainsi donc derrière ce crayon à l'allure anodine ce cachait un pouvoir fascinant. Cet objet avait la capacité de coincer les objets sur une feuille de papier! N'était-ce pas impressionnant? J'étais plus qu'émerveillé face à la situation. Toutefois je ne savais pas trop quoi faire. Je restais avec le crayon dans la mains sans savoir l'utiliser. Je jetai un coup d'oeil à Ryuko toujours adossé à un arbre plus loin. Je positionnai le crayon dans ma main de la même manière qu'il le faisait, puis je déposai les feuilles au sol tout en m'assoyant. Je regardai longuement les feuilles blanche sans oser poser le crayon dessus. Et si j'échouais? J'ignorais comment dessiner! Finalement, je pris mon courage à deux mains et tentai d'emprisonner quelque chose dans la feuille de papier. Je posai le crayon dessus tout en appuyant fermement... peut-être un peu trop même. Je sentis la mine du crayon traverser le papier pour s'enfoncer dans la terre. La feuille était brisée! Je jetai un un coup d'oeil discret à Ryuko pour vérifier qu'il n'avait rien vu et je tentai de trouver une cachette pour le papier que j'avais détuis. J'avais peur que Ryuko ne se fâche contre moi. Je cherchai désespérément, mais ne trouvai pas de cachette potentielle. C'est alors que je le vis se lever et revenir vers moi, en désespoir de cause je m'assi rapidement sur le papier pour le cacher. Lorsqu'il fût à ma hauteur il me tendis un nouveau papier.

«Tiens, c'est pour toi, un autre cadeau. J'espère que tu trouves qu'il est ressemblant, c'est juste une lègère esquisse.»

Je regardai le papier et vis qu'il y avait un dessin dessus. J'observai plus attentivement, puis pour une seconde fois, mon coeur rata un bond. C'était moi! J'étais sur le papier! Mais qu'est-ce que je faisais là? Comment étais-je arrivée là? Comme pour vérifier que j'était toujours présente dans le monde réel je me tâtonnai le visage et regardai mes mains afin de vérifier qu'elles étaient bien là à leur place. Encore une fois je ne comprenais plus rien! Comment pouvais-je être à deux endroit en même temps? C'était impossible! Mais pourtant j'étais bien là et j'étais également dans le papier. Je commençai à paniquer. Et si le dessin me faisait disparaître pour prendre ma place? Une onde de terreur m'envahis. Je ne voulais pas disparaître. C'était hors de question. Je n'osais pas toucher à ce dessin qu'il me tendait, de peur qu'il m'aspire si j'osai poser les mains dessus. Quel sorte de magie était-ce donc? Était-ce quelque chose de diabolique? Je ne savais plus si je devais m'en émerveiller et m'en effrayer. Ryuko me posa une question, mais je ne l'entendis pas, j'étais hypnotisée par le dessin. Je n'arrivais pas à décoller mon regard de propre mon regard! J'avais peur que si je le fis, le monde s'écroulerait en entier et de cette façon je disparaîtrais à jamais. D'une voix tremblante de terreur je m'adressai à Ryuko sans quitter le dessin des yeux.

- Je ... je ne vais pas disparaître ... n'est-ce pas?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: En attendant le prince des oiseaux... [PV Ryuko 8D] Mer 25 Aoû - 13:23

Je lui tendais mon morceau de papier seulement, elle paraissait ne pas vouloir s'en emparer. Au premier abord, elle regardait la feuille comme une chose étrange, cela devait vraiment lui faire très bizarre de se voir sur la feuille. Elle se demandait sûrement comment c'était possible. Et en effet, c'est ce qu'elle se demandait réellement puisqu'elle pris son visage entre ses mains pour vérifier qu'elle était toujours présente. Puis il y eut une chose à laquelle je ne m'attendais pas: elle semblait avoir peur de mon dessin. Ah c'était malin, je l'avais effrayé avec toutes mes bêtises. Bon bon... comment arranger la chose sans lui dire la vérité ? Je ne pouvais vraiment pas prendre le risque de lui dire la vérité, elle serait tellement vexée de s'être laissée abuser de la sorte je pense. Elle bouderait pendant plusieurs jours ou plus peut-être, m'ignorant royalement comme elle l'avait fait quand j'avais osé lui voler son "prince des oiseaux". J'essayais de détourner son attention en proposant après les cours de lui offrir mon crayon mais elle était si obsédée par le dessin qu'elle ne m'entendit pas. Puis elle me posa une question, la voix tremblante d'émotion:

- Je ... je ne vais pas disparaître ... n'est-ce pas?

Ah c'était donc ça! Elle était certainement terrorisée à l'idée que son clone -qui n'existerait jamais mais bon, dans le principe du jeu c'était ça- puisse se matérialiser et prendre sa place. La pauvre... je me sentais vraiment coupable de lui avoir joué un tour pareil à cet instant. Peut-être la plaisanterie était-elle allée trop loin ? Je sais pas si elle me vit me mordre la lèvre inférieure en signe de culpabilité à ce moment-là et j'espérais qu'il ne le vit pas. Elle me demanderait des explications des explications, et comme je ne saurais pas cacher mon malaise, elle en demanderait encore plus, s'énerverait, puis je lui aurais tout dit en bloc ne pouvant plus me retenir, outrée, elle aurait tourné les talons et se serait rageusement précipitée vers l'Academy. Quel scénario... ça ne serait peut-être pas passé comme ça mais je ne voulais pas tenter le diable. Heureusement pour moi, si elle vit mon geste, elle n'y fit guère attention, regardant toujours le croquis comme s'il allait la dévorer toute crue. Plus elle semblait effrayée, plus j'avais l'impression d'être un affreux type qui jouait de sa naïveté sans me soucier du reste. Je devais de toute urgence lui faire perdre la peur que lui inspirait mon dessin.

-Mais non... Tu te rappelles ce que je t'ai dit tout à l'heure ? Pour que le dessin devienne réel, il faut que tu y croies et surtout que tu le veuilles de toutes tes forces. Si tu ne souhaites pas voir ton double dans le monde réel, alors elle restera dans le papier. Mais même si elle venait à entrer dans notre monde, elle ne pourrait pas te faire de mal. Tiens, prends-le.

J'espérais l'avoir rassurée. Sur ce coup-là, je voulais de toutes mes forces que sa naïveté entre en jeu. En effet, son air de crainte disparut peu à peu, elle se detendait au fur et à mesure. J'éclatai encore de rire lorsque je vis la feuille cachée sous ses fesses. Fallait vraiment que je lui donne des cours... avant même apprendre à dessiner, tenir un crayon correctement et laisser des marques sur la feuille sans y aller comme une forcenée, ce serait pas mal. Je m'assis à côté d'elle, posa une feuille sur ses genoux et plaça correctement le crayon dans sa main.

-Et maintenant, travaux pratiques.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: En attendant le prince des oiseaux... [PV Ryuko 8D] Jeu 26 Aoû - 7:01

Je soupirai de soulagement en entendant ses mots. La terreur se dissipa rapidement et je cessai de craindre le dessin. Je devais être plus forte que mon portrait et penser qu'il ne pouvait pas prendre ma place. Je le pensai très fort, je crois que je plissai même le front comme si cela aurait pu donner plus de puissances à mes pensés. Je ne voulais absolument pas que mon double l'emporte contre moi. Puis enfin, d'une main hésitante, je saisi ma réplique sur feuille de papier que Ryuko me tendait toujours. Lorsque le portrait fut dans mes mains toute ma tension s'estompa. Pour moi ce fut une victoire contre le dessin. Maintenant, il ne pouvait plus rien me faire! Je levai les yeux vers le magicien au crayon, puis je souris triomphalement. Je reportai mon regard sur le dessin et cette fois je le vis d'un oeil nouveau. Je pus admirer les nombreux détails ainsi que la précision de chaque trait qui composait cet oeuvre. C'était magnifique, il n'y avait rien à redire. Aucun détail ne manquait, pas même un grain de beauté! La ressemblance était parfaite. Le pouvoir de Ryuko était impressionnant! Mon intérêt ne faisait qu'augmenter à mesure que ça allait. Serais-je capable un jour de maîtriser un tel pouvoir? Je l’espérais fort bien en tout cas! Tout à coup, à nouveau, il éclata de rire. Je ne compris pas tout de suite pourquoi. Je suivi son regard, puis remarquai que la feuille que j’avais déchirée dépassait de sous mes fesses. Eh merde! Il l’avait vu! Heureusement, il ne s’était pas fâché comme je l’eu craint. Ce qui, toutefois, ne m’empêcha pas de rougir de honte quant à son amusement face à mon lamentable échec. Je n’eus pas le temps de trouver un argument pour ma défense, car il s’était déjà assis à côté de moi puis avait entrepris de déposer une feuille sur mes genoux tout en me montrant comment tenir le crayon efficacement.

«Et maintenant, travaux pratiques.»

Bien que je m’y attendais, la chaleur de sa main au contact de la mienne me surpris. J’étais un dragon et j’avais vécu toute ma vie dans la mer, les seules créatures à sang chaud que j’avais côtoyées étaient de près étaient les baleines, les lions de mer et tous autres créatures de la même espèce. Sous ma forme d’origine j’avais le sang froid et le milieu dans lequel je vivais était également froid. Lorsqu’on m’avait remis le médaillon qui me donnait ma forme humain, lors de mon entré à Monster Academy, il m’avait fallu plusieurs jours pour m’habituer à la chaleur que dégageait mon nouveau corps. Malgré cela, je restais toujours surprise lorsque quelqu’un d’autre me touchais ou vice-versa, quand bien même je m’y attendais. Peu importe, je reportai mon attention sur la leçon et tentai de mémoriser la façon dont Ryuko avait positionné le crayon entre mes doigts. Toute excitée, je me tournai vers lui, avide de comprendre comment fonctionnait son pouvoir.

- Et là, je fais comment?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: En attendant le prince des oiseaux... [PV Ryuko 8D] Jeu 26 Aoû - 12:08

Lorsque je pris ses doigts pour les placer sur le crayon, elle semblait trouver le contact désagréable. Oui... j'aurais du m'en douter. Le corps d'un loup-garou dégage particulièrement de chaleur, même sous sa forme humaine. Je comprends que la température inhabituelle de mon corps l'aie déstabilisée. Aussitôt que j'eus placé correctement le crayon dans sa main, je lachais celle-ci. Elle porta d'abord son attention sur le crayon mais s'en détourna bien vite et son regard se fixa se moi. Je pouvais presque voir les milliers d'étoiles qui scintillaient dans ses yeux noirs. Elle était avide du savoir que je pouvais lui apprendre. Malgré tout, elle ne se décidait pas à commencer. Je me demandai bien ce qui pouvait l'en empêcher. Avait-elle peur d'un autre échec ? Pourtant, dans son regard, je ne voyais rien qui laissait prévoir une appréhension de sa part.

- Et là, je fais comment?

Ah, c'était donc ça. Elle ne savait tout simplement pas comment faire. Alors j'entrepris de lui montrer. Je me plaçai de façon à ce qu'elle puisse voir ce que je faisais. Elle observa très attentivement, ne perdant pas une miette du spectacle. Je posai doucement le crayon sur la feuille, puis j'entrepris de dessiner un chat. Je faisais sans y réfléchir des traits fluides et rapides. Mais pour ma nouvelle élève, je songeai à ralentir. Après avoir fait la forme d'ensemble, un chat avec une queue très courte, je détaillais le pelage du corps en poils courts et fins. Je voulais un chat blanc et noir, alors je montrais à Miharu qu'il fallait obscurcir les zones qu'on voulait rendre noires mais laisser clair sans oublier de marquer la présence des poils sur les zones de poils blancs. Puis, les différentes parties de la tête: les yeux étirés avec l'ensemble iris-pupille ressemblant à une pierre précieuse ovale, puis le petit nez rose taché de noir ensuite, un trait pour délimiter les lèvres et pour finir, de longues et fines moustaches. Le chat avait une frimousse adorable. Soudain, je me rendis compte que je n'avais pas dessné CE chat de façon anodine. C'était le portrait craché du chat que j'avais quand j'étais petit. Cela fait si longtemps... je ne me souviens même plus de comment il s'appelait. Ce que je sais, c'est que j'adorais l'emmener avec moi dans la forêt, pour qu'on soit seuls tous les deux. Bon, c'est vrai, il me griffait de temps en temps. Quand il est mort, j'ai beaucoup pleuré. J'étais très attaché à lui, il était là avant même que je ne naisse, donc je le connais depuis que je suis en âge de me souvenir. Un jour, en allant en ville avec ma mère, nous étions passés devant un magasin d'art. Une peinture de chat y était exposée. C'est de là qu'à commencé ma passion pour le dessin. Je me suis dit que si je savais reproduire les choses de la vie, les gens, les animaux, et bien ils resteraient un peu avec moi. Ma grand-mère m'avait donc acheté des crayons de couleur. J'avais 5 ans et j'étais aussi émerveillé que pouvait l'être Miharu. Je pourrais enfin capturer les choses dans le papier... et faire que mon chat revienne un peu avec moi. Impatient, je m'étais emparé d'un crayon rose et avais commencé à dessiner ma mère, ma grand-mère et moi-même. J'étais tellement fier de ma première oeuvre, je voyais les semblants de bouts de ficelle comme un chef-d'oeuvre. Seulement, Lisa se moqua de moi en me demandant si c'était des crevettes. Vexé par sa remarque, je me jurais à moi-même que je m'améliorerais. Ma mère avait rit et avait dit à Lisa de ne pas me taquiner de la sorte, puis m'avait dit que c'était très bien. Ma mère... elle était si gentille, si souriante et joyeuse. Je ne l'avais plus vu depuis que j'avais 7 ans mais je ne pourrais jamais oublier son visage... Est-ce qu'elle était morte ou est-ce qu'elle allait bien ? Je n'en savais rien. C'était horrible de ne pas savoir comment sa mère qu'on avait aimé de tout son coeur d'enfant se portait. Je voulais le savoir... je voulais le savoir...
Je m'étais perdu dans mes pensées, le regard vide mais je revins à la réalité quand je sentis mes yeux s'humidifier. J'espérais que Miharu n'avait rien vu et sans me tourner vers elle pour qu'elle ne vit pas mes yeux rougis et gonflés, je dis:


-Bien, à toi maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: En attendant le prince des oiseaux... [PV Ryuko 8D] Ven 27 Aoû - 6:08

Je regardai attentivement le crayon glisser gracieusement sur le papier dans une valse de traits fin et précis qui allait devenir un dessin. Je tentai d'abord de mémoriser chaque trait, mais je me rendis compte que c'était peine perdue vu la vitesse à laquelle Ryuko les faisait s'accumuler sur la feuille. Il dût réaliser qu'il allait trop vite pour moi, car je remarquai qu'il ralenti un peu. Je tentai à nouveau d'étudier chaque trait qu'il faisait mais bien vite cela me dépassa. J'avais peine à croire qu'il pouvait se souvenir par coeur quel chemin emprunter avec son crayon pour faire apparaître le dessin... ou alors y allait-il au hasard? Je fini par me contenter seulement que de regarder le crayon danser sur la feuille entre les mains de Ryuko pour peu à peu faire apparaître une forme familière. Bientôt, je pu reconnaître la silhouette d'un chat. J'étais en admiration totale, plus ça allait et plus le chat semblait devenir réel. Il m'expliqua comment définir les différentes variations couleurs en obscurcissant par certains endroits. J'écoutai ses explications avec avidité, sans jamais quitter des yeux le dessin qui prenait forme devant moi. Il en était aux détails de la tête à présent. Le chat commençait à prendre vie, quelques coups de crayon de plus et le dessin était maintenant terminé. Le dessin semblait si réel que pendant un instant je crus qu'il pourrait sortir de la feuille afin de courir après les papillons qui virevoltaient dans la clairière. Cela ne m'aurait pas déplut d'ailleurs, il était si mignon avec sa petite tache noir sur le nez! J'étais perdue dans ma contemplation, lorsque je revins à la réalité je remarquai que Ryuko ne bougeait pas plus ni ne parlait. Peut-être attendait-il de moi que je commence mon dessin pour mettre en pratique les technique dont il venait de me faire part? Je me retournai vers lui comme pour le questionner, puis je remarquai son regard humide fixé sur son dessin. Était-il triste? Au même moment il m'invita à essayer à mon tour, sans quitté le chat des yeux. C'est alors que je me rendis compte de ma bétise! J'avais imaginé, même souhaité, voir le chat sortir du papier! Maintenant il s'en prenait a Ryuko! Je m'en voulu immédiatement, j'avais été si stupide! Je tentai de ravaler mes précédentes pensées tout en sommant le chat de rester dans le papier et de ne pas faire de mal à Ryuko. Je plissai le front sous l'effort de la concentration, mais cela ne semblait avoir aucun effet. J'avais honte! Ce garçon avait été si gentil avec moi et voulait même me partager son pouvoir et à cause de moi à présent il souffrait! Je ne savais plus quoi faire. Mal à l'aise je m'adressai à lui :

- Je suis désolée, je ne voulais pas! C'est de ma faute... il était si mignon, je l'ai imaginé sortant de la feuille de papier pour courir après les papillons... je ne croyais pas qu'il allait s'attaquer à toi! Je suis vraiment désolée!

Suite à mon aveu je craignis qu'il ne se fâche contre moi. Il avait été si sympa avec moi... je souhaitai de tout coeur qu'il ne m'en veuille pas de lui avoir fait subir cela. Je ne me le serais pas pardonnée...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité



MessageSujet: Re: En attendant le prince des oiseaux... [PV Ryuko 8D] Mar 31 Aoû - 12:05

Ah... c'est bien ce que je pensais. Elle avait tout vu de mes larmes... c'était malin, qu'est-ce que j'allais bien pouvoir trouver comme excuse maintenant ? Elle était adorable... elle s'inquiètait pour moi et comme elle avait sûrement voulu que le chat dessiné apparaisse réellement, elle s'en voulait, pensant que c'était certainement de sa faute et qu'il s'attaquait à mon esprit... alors qu'elle avait juste voulu le voir faire de simples activités toute mignonnes de chat... c'était encore une petite fille avec un trop plein d'imagination. En attendant, je me devais de la rassurer. Déjà qu'elle s'inquiètait assez de ma tristesse, il fallait pas que je lui donne plus de peine...

-Mais non, ne t'inquiète pas, ce n'est pas de ta faute. Quand tu veux que le chat apparaisse, il apparaîtra vraiment au moment où tu t'y attendras le moins. Il te faut encore un peu de patience, et tu verras alors toute la magie de la chose. Ce sera un peu plus difficile pour toi vu que ce n'est pas toi qui l'a dessiné. C'est plus simple de faire apparaître une chose qu'on a soi-même dessiné. Mais en aucun cas il ne peut s'attaquer à mon esprit, ne t'en fais pas pour ça, de toute façon, c'est un chat tout gentil et mignon que je t'ai dessiné, même s'il voulait me faire du mal, il ne pourrait pas à cause de sa nature.

Je pouvais deviner que cela l'avait rassurée. Je la connaissais à peine mais j'avais vraiment l'impression qu'on pouvait lire en elle comme dans un livre ouvert. Elle était nature, enjouée, spontannée... j'aimais bien cette fille. Pour l'instant, c'était la seule à laquelle je parlais, je n'étais pas du genre à faire le premier pas, il fallait que j'arrange ça. Mais en attendant, Miharu était ma première amie et j'allais tout faire pour que cela reste comme ça. Cependant, il fallait que je sois vraiment sûr qu'elle oublie complètement mes yeux embués, que cela s'évapore carrément de son esprit. J'allais lui redemander de dessiner, il fallait que je la pousse un peu pour qu'elle s'y mette. C'est à ce moment qu'un chat sortit de derrière les buissons. C'était un chat au poil court, entièrement noir avec simplement un médaillon blanc qui se démarquait sur son pelage. Je n'en croyais pas mes yeux. A l'instant, je devais être aussi ahuri que Miharu quand elle me posait ses questions enfantines. Le chat nous regardait calmement, il ne semblait vraiment pas craintif, puis il s'assit et lécha sa patte comme si de rien n'était. Ce chat ne le savait, Miharu ne le savait pas, mais il allait être ma distraction pour elle. Rien qu'en imaginant sa réaction, j'eus un petit rictus. Je m'approchai du chat, tendis ma main au dessus de sa tête et il se dressa sur ses 2 pattes arrières pour s'y frotter. [H.J: Je fais souvent ça avec mes chats XD] Je le caressais ensuite doucement, de la tête au bout de la queue, il ronronnait de plaisir et se collait contre moi. Ensuite je retournai vers Miharu, suivi du chat qui ne pouvait plus se passer de moi. Comment était-ce possible qu'une telle chose arrive ? Même moi j'avais du mal à réaliser. Je pris mon carnet de croquis, parcourus mes dessins et m'arrêtai sur un avec un sourire à la fois satisfait et abasourdi.

-Regarde Miharu! C'est mon chat. Je l'ai dessiné il y a quelques temps. J'ai voulu très fort qu'il soit à mes côtés et regarde, le voilà. Je suis tellement content de la voir enfin ici! Bientôt tu pourras le faire toi aussi, alors commence à dessiner.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En attendant le prince des oiseaux... [PV Ryuko 8D]

Revenir en haut Aller en bas
 

En attendant le prince des oiseaux... [PV Ryuko 8D]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Monster Academy :: Close :: Close-
Sauter vers: