Une école de monstre ou l'on apprend à vivre comme des humains
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 J'ai faim (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sakki Korosu
avatar
ADMIN DÉCHU
Sous-Directeur Tyranique.


Messages : 1702
Date d'inscription : 17/09/2009
Age : 25
Localisation : Dans l'eau.


MessageSujet: J'ai faim (PV) Mer 14 Juil - 6:12

    Pourquoi se retrouver ainsi ici? Simple il a faim, avoir faim est une chose basique, dans un couloir, dans le secteur des casiers? Puisque le professeur est bien attendu un vampire et ce du coup il se nourrit de sang, l’idée de se nourrir comme les rares vampires de l’école de sang réfrigérer le dégoute légèrement. Toute sa vie, le vampire passa son temps à chasser, tuer et traquer ces proies pour ce nourrir chose qui avec le temps ne devint pas qu’une habitude mais une manière de vivre, jouer de ces proies les torturer, s’amuser de leur personne. De plus le sang présent à cette école est de piètre qualité à comparer à celui choisi par Ryuzaki lors de ces chasses. Se fut donc au courant de ces quelques temps passé ici qu’il se trouva un nouveau garde manger, un jeune homme pour être plus précis. Une personne qui au départ ce démarqua comme élève des plus agaçant, turbulent même mais rapidement il devint disons une proie, une cible pour le vampire. Dégageant une odeur douce et appétissante il remarqua rapidement ces origines divines, son sang pur le mena donc a cette situation qui aujourd’hui le pousse sur le pied du mur. Il est mis sous chantage. Facile étant donner qu’il est vampire mais aussi puisqu’il est professeur. Lui faisant ainsi chantage de révéler son identité ainsi qu’une plainte a son égard au directeur celui-ci lui offre en échange de son sang un silence. C’est ce qui était de base mais les choses ont doucement changé et cela surement au dépend du jeune homme qui ne devait pas prendre cela d’aussi bon pied que Ryu. Les repas s’étirèrent doucement laissant place à une autre forme de plaisir que la gourmandise d’un si délicieux sang, celui du plaisir charnel. Fait déjà quelques reprise qu’il abuse de cela au dépend du jeune homme qui malgré leur entente de base ne peut pas réellement riposter non seulement vue le statut social du vampire mais aussi du fait que le vampire est bien plus fort, son âge l’aide dans la chose. Eh oui, malgré son allure bien jeune cela fait des siècles qu’il a atteins le statut des rares anciens de ce monde.

    Entre deux cours, le professeur lui n’ayant pas d’autre cours en après midi, un désire de sang lui donnant envie de rendre visite a son élève préféré quoi! Un peut de plaisir fait de mal a personne, dans la vie faut bien être égoïste. Marchant ainsi dans les couloirs, son regard se promenant sur les personnes qui si trouvait, étant comme une ombre ni vue ni connue et cela parce que c’était ce qu’il désirait passer inaperçu et c’était le cas car il le décidait. Ce fut donc arriver a la case de son jeune jouet comme il pourrait appeler cela ainsi qu’il vint s’accoter sur la case voisine, étant ni vue ni connue malgré tout les regards et les personnes qui se promenait il laissa de sa voix glacial mais tout en beauté et éloquence se faire entendre et s’adresser au jeune homme.

    Tu a passé un bel avant midi? Je t’annonce que tu ne va pas en cours pour la prochaine période, peut-être tout l’après midi. Tu te vois demander en cours de rattrapage en ma compagnie pour un cours particulier, semblerais que je ne trouve pas tes travaux.

    Un rire mesquin et amuser se laissant entendre il le contourna, se dressant ainsi face a celui-ci, un sourire des plus charmant ce dessinant sur son visage. En toute beauté il est loin d’être la personne si paisible et instruite qu’il laisse paraitre. C’est certes le cas cependant un coter plus bestial et animal le ronge, peut-être son coter vampire. Jetant un regard sur la personne qui se trouvait face à lui et qui ne pouvait pas dire grand-chose que oui il jeta un rapide coup d’œil à la personne qui passait près deux, il reporta donc son attention sur l’élève pour ainsi rajouter.

    Allez mon beau j’ai faim, fait moi pas attendre tu veux.

_________________

C'est un monde où les sentiments ne sont rien qu'une gêne
Le son des billes qu'on déplace sur le boulier sale résonne
Qui pousse les billes dans le boulier ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiroki Katsuya
avatar
Diabolic Angel Psychopath

Messages : 1169
Date d'inscription : 24/11/2009


MessageSujet: Re: J'ai faim (PV) Mer 28 Juil - 0:25

    Onze heures quarante-cinq minutes très exactement. Voilà l’heure affichée par la pendule de la salle de classe dans laquelle je me trouvais actuellement. Nous étions en cours de… Très bonne question ! Voilà maintenant trois heures que je dormais sur la table. La tête dans mes bras, qui eux étaient croisés sur la table. Je jetais des petits coups d’œil à la pendule de temps à autre, mais sinon je n’avais aucune idée de ce qui pouvait se passer autour de moi. Bon, d’accord j’avais pris quelques coups de livres par mes professeurs pour avoir dormi en cours, mais honnêtement, je m’en contre foutais. J’étais complètement mort, et je n’avais qu’une idée en tête : allé retrouver mon lit rapidement ♥ Mais dans moins d’un petit quart d’heure, cela serait fait. Je ne comptais pas aller en cours de l’après midi, je ne pensais même pas passer par la cafèt’ avant de rejoindre ma chambre. Ouais… Je ne passerais pas à la cafèt’. Je ne supporterais surement pas la foule du midi aujourd’hui. Vous vous demandez surement ce qui avait put me fatiguer autant.
    Une nuit blanche, intense physiquement. J’avais tout d’abord passé le début de la soirée au gymnase, pour l’entrainement. Hé oui ! J’avais enfin décidé de reprendre le Basket, et ce avec une meilleure assiduité que celle dont j’avais fait preuve jusqu’à maintenant. Puis la soirée ne s’était pas arrêtée là, bien que je fusse assez fatigué après l’entrainement. Sauf que j’avais donné rendez vous à une vieille amie pour le reste de la soirée. Une fois l’entrainement fini, je m’étais dirigé vers le lac, où j’avais donné rendez vous à Ai. On avait passé la nuit ensemble. On avait réussi quitter l’enceinte de l’établissement pour aller parcourir le ciel du monde entier. On avait été jusqu’en Angleterre. Londres très exactement. Puis on avait passé la soirée sur le bord du Big Ben, à se raconter nos vies respectives. J’aimais beaucoup cette confidentialité qui s’était installée entre nous.
    Puis nous étions rentrez quelques heures avant le début des cours. Sauf qu’elle, elle séchait les cours pour aujourd’hui. J’aurais pu faire la même chose, mais mon prof de Maths m’avait juré de m’envoyer faire mes colles chez le directeur si je ne venais pas en cours cette semaine. Bon, ok mon implication dans son cours n’était pas grandiose, mais au moins j’étais présent. A condition qu’il s’agissait bien du cours de maths… Je regardais rapidement le tableau. Vu le charabia qui avait noirci le tableau, j’étais bien en maths.
    La sonnerie retentit enfin, et fit naitre en moi un énorme soulagement. MON LIT CHERI D’AMOUR, J’ARRIVE ! ♥ Je quittais la salle le plus rapidement possible, malgré la douleur qui parcourait mes muscles. J’avais des tas de courbatures… Ca m’apprendra à pas m’étirer à la fin des entrainements… En gros j’étais aussi fatigué physiquement que mentalement. Je repassais par les casiers afin d’y déposer mes affaires. Je marchais d’un pas lent, n’étant pas pressé, et ayant une impression bizarre. Comme si quelque chose allait m’arriver. J’ouvris mon casier et y reposais quelques livres.
    Une voix me fit sursauter. Une voix que je reconnu tout de suite, tellement elle était glacial. Je pourrais la reconnaitre entre mille ; la voix de mon professeur de Philosophie. Une grimace se dessina sur mon visage. Sa présence annonçait rarement une bonne nouvelle. En effet, j’étais convoqué pour un « cours particulier » pour le reste de la journée… Sauf que ça, c’était la version officielle des choses. La version officieuse était bien différente. La véritable signification des mots de mon professeur était que le foutu vampire qu’il était allait me sucer le sang jusqu’à ce que sa faim soit satisfaite. Je n’étais déjà pas fan de la situation dans laquelle je me trouvais, mais aujourd’hui, ça sonnait comme une invitation en enfer. Je me forçais tout de même à sourire à mon professeur.


      « Vous êtes certain de ne pas retrouver mes travaux. J'étais pourtant persuadé de les avoir rendu dans les temps. Et puis je m'étais tellement appliqué pour les faire. Vous devriez revérifier professeur. Un enseignant qui perd les travaux de ses élèves, c'est pas terrible comme image. »

    Je savais que je n'aurais pas du lui répondre, mais tant pis. Aujourd'hui, je préférais encore allé en cours toute la journée plutot que de passer une heure avec lui. Moi aussi je pouvais me révélé capricieux. Je souris fièrement avant de contourner mon professeur. Pas question que je serve de repas aujourd'hui. Je récupérais mon manuel d'histoire dans mon casier. Beuh ! J'irais pas avec toi !

      « Je suis désolé professeur, mais je vais devoir y allé. Mon professeur d'histoire ne sera pas content de me voir arriver encore plus en retard que je le suis déjà. Nous reparlerons de mes travaux demain, lors de votre cours. »

    Et comme je ne comptais pas aller en cours demain... Je refermais mon casier mais ne bougeais pas. Je ne savais pas vraiment de quelle façon il avait prit ce que je venais de lui dire, mais si ça aurait été moi, je l'aurais mal pris. Je me méfiais de ce qu'il allait dire, ou bien même faire. Qui savait vraiment de quoi se type était capable... Je n'avais plus qu'à attendre qu'il m'autorise à partir... Ou pas...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sakki Korosu
avatar
ADMIN DÉCHU
Sous-Directeur Tyranique.


Messages : 1702
Date d'inscription : 17/09/2009
Age : 25
Localisation : Dans l'eau.


MessageSujet: Re: J'ai faim (PV) Dim 1 Aoû - 20:20

    C’est ainsi accoter contre le casier en face du jeune homme, son regard lui observant l’ange qui ne semblait pas content de sa présence. Normal puisque ces derniers temps il devenait de plus en plus agaçant envers lui, plus souvent présent lorsque la faim le prenait, une fois pris avec le vice d’assouvir sa faim avec le sang d’un ange c’est fort difficile de s’en passer par la suite. Seulement, cette fois-ci il semblait de moins belle humeur qu’a ces habitudes. Levant un sourcil presque offusquer par ces paroles il ne fit que le regarder un peut plus sombrement, trouvant ces commentaires fort arrogant vue la situation, comment pouvait-il se permettre de rétorquer de la sorte?

    Se redressant, son regard lui plongeant dans celui d’Hiroki, une lueur rougeâtre traversant son regard, une couleur fort foncé et peut recommandable a croiser au courant de sa vie. Le laissant rajouter commentaires à ces dires, le vampire avança en sa direction tout en laissant paraitre un sourire en coin, des plus amuser par ces paroles, il vint reprendre la parole et dire sur un ton des plus arrogants.

    Jeune homme, je lis dans les penser, faut pas oublier cette petite information… Arrêt de jouer les malins et viens. Ne me force pas à rendre la situation plus compliquer qu’elle l’est! Dit-toi que plus tu es sage, plus tu te fais cadeau de douceur mon cher.

    Lui jetant un sourire amuser, il le prit par l’épaule et le traina avec lui dans les couloirs qui peut a peut devenait désert. Ce fut donc arriver dans un local non occuper, qu’il le poussa a l’intérieur et referma la porte derrière eux, la barrant du coup, le vampire s’accota contre celle-ci pour ainsi reprendre la parole sur un ton charmeur et froid.

    Ne me dis pas que tu a envie de te retrouver avec des retenues. Mes cours sont obligatoire, au risque d’avoir une retenue pour ne pas s’y être présenter, pour faute de comportement ou de non remise de travaux cela peut aussi être le cas. Arrêt de jouer avec le feu mon mignon… Okay? Ont finis toujours par se bruler.

    Avançant ainsi près de lui, il prit les livres qu’il avait en main pour les poser sur le bureau qu’il avait. Lui caressant le cou d’une main, laissant ces doigts parcourir cette peau qui avec le temps se retrouvait marquer par son passage. Posant sa main de libre contre le torse du japonais, il le colla contre le mur qui se trouvait près d’eux. Son regard lui parcourant chaque expression qui pouvait paraitre sur son visage. Un sourire pervers sur le coin des lèvres, il vint poser ces lèvres dans le cou du jeune homme, laissant ces lèvres frôler sa peau, soufflant quelque fois un souffle glacial. Sa main elle descendant le long de son épaule, il vint lui attraper la taille qu’il caressa sous le t-shirt.

    Son corps lui se blottissant contre le sien, ondulant légèrement et ce dans un rythme lent que pour crée un effet plus agréable et envieux. Posant finalement ces lèvres dans son cou, il vint les remonter jusqu'à son oreille pour ainsi murmurer tout en laissant sa main qui ne se trouvait pas contre sa taille descendre contre l’entre jambe du jeune élève qu’il caressa doucement.

    Que comptes-tu faire maintenant? La suite des choses ne dépend que de toi…

_________________

C'est un monde où les sentiments ne sont rien qu'une gêne
Le son des billes qu'on déplace sur le boulier sale résonne
Qui pousse les billes dans le boulier ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiroki Katsuya
avatar
Diabolic Angel Psychopath

Messages : 1169
Date d'inscription : 24/11/2009


MessageSujet: Re: J'ai faim (PV) Mar 3 Aoû - 16:10

    Les yeux rougeoyants de mon professeur croisèrent les miens. Ouais, jme disais bien que j’aurais du la fermer. Répondre ainsi n’était pas la meilleure idée que j’avais eut, mais tout était venu tellement naturellement. Je ne voulais pas le suivre, et je crois que j’étais prêt à tout pour ne pas avoir à le faire. Je ne jouais pas les malins, je l’étais. Et puis j’aimais bien rendre les choses compliquées. Ou était le plaisir si tout était toujours trop simple ? Bon, c’est vrai que là, j’aurais peu être du jouer la carte de la simplicité. Mais est ce que c’était de ma faute si pour pouvoir lui échapper je devais compliquer les choses ? Je ne pus m’empêcher de sourire ironiquement en l’entendant parler de douceur. Owiiiii ! On sait tous que se faire sucer le sang est une sensation extrêmement douce. J’avais la méchante impression qu’il me prenait pour un con. Allez-y professeur ! Lisez dans mes pensées, et mettez vous dans le crane que je ne suis pas qu’un simple jouet. Je ne vous serais pas continuellement obéissant !
    Il m’attrapa par l’épaule et m’entraina dans les couloirs, vide à cette heure ci. Non ! Par pitié, laissé moi aller en Histoire ! Je fis une grimace. Les heures de tortures mentale et surtout physique allaient commencer. Je n’essayais même pas de me dégager de l’emprise du vampire, bien trop forte pour moi. Et puis, fausser compagnie à mon professeur au beau milieu du couloir n’aurait rien eut de très discret et intelligent. Il me poussa dans une salle de classe, vide. Il referma la porte, sur laquelle il s’appuya ensuite. Cool l’ambiance… Je n’écoutais même pas ce qu’il disait. Ses cours ne me passionnaient déjà pas, alors l’écouter me donner des leçons était encore moins utile. Comme si j’en avais vraiment quelque chose à faire de toute façon. Moi tout ce que je voulais c’était partir d’ici.
    Il m’enleva ensuite les livres des mains, pour les poser sur le bureau. Je ne réagis pas. Il posa ensuite une main sur mon cou et il l’autre sur mon torse, de façon à me coller contre le mur. Je le laissais agir à sa guise. De toute façon, jouer la carte de la force avec un vampire était probablement la pire idée que l’on pouvait avoir. Même moi je n’arriverais pas à lui faire face, je le savais que trop bien. Ses lèvres se posèrent sur mon cou, tandis que ses doigts glissaient le long de mon corps. Quand à moi, je réfléchissais. Je réfléchissais à un moyen de me sortir de cet enfer, mais rien ne venait. Quoique… Si je ne m’étais pas retrouvé bloqué entre le mur et mon professeur, j’aurais bien essayé de sauter par la fenêtre… Après tout je ne risquais pas grand-chose. La main de mon professeur se posa sur mon entre jambe. Mon corps se raidit tandis que j’attrapais rapidement sa main. Hors de question que je serve de repas et de jouet sexuel.
    Je n’avais plus qu’à me résigner à servir de repas. Contrairement à ce qu’il pouvait bien dire, je n’avais pas le choix. La suite des choses ne dépendait que de son humeur. Et il ne me lâcherait pas tant qu’il n’aura pas obtenu ce qu’il était venu chercher. C'est-à-dire mon sang. Et dire que mon corps était bien assez endolori comme ça. Je me dégageais légèrement de l’étreinte de mon professeur pour commencer à déboutonner le haut de ma chemise. S’il pouvait juste éviter de la tacher.


      « Allez-y professeur… Mais s’il vous plait, faite ça proprement. »


[ En cas de besoin d'édite, MP moi, j'ai du finir le post assez rapidement et sans trop réfléchir XD ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sakki Korosu
avatar
ADMIN DÉCHU
Sous-Directeur Tyranique.


Messages : 1702
Date d'inscription : 17/09/2009
Age : 25
Localisation : Dans l'eau.


MessageSujet: Re: J'ai faim (PV) Mer 4 Aoû - 20:16

    C’est ainsi pris dans un élan de pulsion qu’il vint coller le corps du jeune homme contre le mur froid du local vide qui les laissaient tout deux seul. Ces lèvres elles venant parcourir avec amusement la peau chaude de l’ange qui n’appréciait nullement la situation, mais dans la quel il ne pouvait rien faire. Lançant ainsi un genre d’ultimatum a l’élève qui malgré le fait qu’il lui laissait croire qu’il aurait le choix et ce certain qu’il serait qu’il ne le peut pas. Pourquoi lui laisser le choix et enlever l’envie de jouir de ces pulsions? Non, aucunement dans ces intentions. Plutôt mourir, chose qui est déjà faite alors cela seras fort bien difficile d’entreprendre une fois de plus cette procédure. C’est donc au courant de son élan plaisir qu’il glissa sa main contre le membre du jeune homme qui fut cependant retirer fort rapidement, le corps de l’ange devenu raide comme une planche, le vampire porta un regard amuser sur sa personne qui se décolla de lui. Le laissant faire, Ryuzaki préféra regarder et examiner sa réaction sachant très bien qu’Hiroki n’est pas la personne qui soit le plus timide du monde, mais bien le contraire!

    Les mots qui sortirent de la bouche d’Hiroki furent résigné, sans aucune volonté et victime de son destin, enfin des crocs du professeur. Il lui suppliait presque de rester propre. Le professeur qui lui restait a le fixer ainsi ne put que laisser un sourire ce dessiner en coin pour suite a cela laisser entendre un glacial rire qui ne devait pas être agréable ni rassurant a entendre. Ces rires d’on seul les gens les plus cruelles et froid que l’ont croise dans les films détiennent. Il venait de le faire rire, fort que oui! Décident d’avancer d’un pas en sa direction, son regard lui plongeant dans le sien il vint esquisser un autre sourire qui laissa paraitre ces canines pour ainsi lui murmurer d’une voix joueuse et provocante à la fois.

    Serait-ce une demande ou bien un supplice?... Vraiment tu me fais rire, je suis en mesure de faire ce que je veux de toi et voila que tu viens me dire quoi faire? Si je voulais faire cela plus sauvagement? Si je n’ai rien à foutre de ta personne? Que ton avis est la dernière chose qui me traverse l’esprit.

    Particulièrement agacer par son agissement de ce matin, il est loin d’être coopératif a son tour, au contraire, le voila qui viendras même agir au point de commettre des actes qu’il n’eu pas fait auparavant tels que les attouchements qui se rapprochent un peut plus de la luxure. Un regard qui lui redevint froidement dure, il se recolla contre le jeune homme, posant une main contre son torse, le retenant ainsi sans le moindre effort contre le mur. Son regard devenant rougeâtre il lui murmura d’une voix charmeuse, mais toujours aussi glacial.

    Dis-moi… Comment te feras-tu pardonner pour ton manque de politesse en mon égard?... Je ne voudrais pas qu’un accident t’arrive, la chose serait fort dommage… Enfin pour toi… Je dis cela pour te rendre service…

    Ne craignant nullement le reste du personnel ou bien encore un élève, celui-ci préfère crée ces propres règles et ce malgré qu’il soit bien plus sage qu’auparavant. Fort heureusement puisque dans sa vie de tout les jours, les abus et le contrôle par la force ou bien par l’aide de ces pouvoir est chose plus que normal qu’il essai toutefois d’arrêter en ces lieux. Voulant toutefois relâcher ce surplus pourquoi ne pas le faire sur un élève qui est déjà au bout du rouleau envers sa personne, quoi de mieux pour le rendre encore plus perdu et apte a s’affaiblir sous ces caprices de vampire.

    Pourquoi être ainsi avec lui particulièrement? Son sang, une odeur fort différente du reste des gens présent en ces lieux, l’ange qu’il est le rend unique à ces yeux. Un sang gouteux, pur et rarissime. De plus, le jeune homme ayant hérité d’une beauté qui le rend mignon le laisse pris dans ce cercle vicieux que le vampire s’acharne a lui faire vivre et ce sans qu’il puisse faire quoi que ce soit.

_________________

C'est un monde où les sentiments ne sont rien qu'une gêne
Le son des billes qu'on déplace sur le boulier sale résonne
Qui pousse les billes dans le boulier ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiroki Katsuya
avatar
Diabolic Angel Psychopath

Messages : 1169
Date d'inscription : 24/11/2009


MessageSujet: Re: J'ai faim (PV) Jeu 5 Aoû - 22:44

    Devoir me résigner face à mon professeur était une idée qui m’insupportait. Et pourtant je n’avais pas le choix. C’était un cycle vicieux et à l’infini, et moi j’avais le statut de victime… Et dire que sur les centaines d’élèves que pouvait compter l’académie, fallait encore que ça tombe sur moi. Ha… Si au moins je pouvais avoir des avantages à jouer les victimes, ma condition se serait rendue au moins un peu plus plaisante, mais même pas. Toute cette histoire de me permettait même pas de sécher les cours de philosophie de mon professeur. Au contraire, il m’avait encore plus à l’œil qu’avant. Mais je vous assure que je m’étais calmé dans son cours. Je ne tenais pas à me coltiner des heures de colles avec lui toute la semaine… Ses cours étaient déjà assez pénibles comme ça. Résultat je m’asseyais sur une chaise pendant une heure sans jamais dire un mot. Je n’avais aucune solution pour me sortir de cette situation, et mon professeur le savait très bien… Du moins, y avait bien une solution, mais je risquais de prendre cher également. Tout raconter au Directeur. Même Hanasaki ne pourrait pas faire grand-chose contre lui. Sauf que moi je risquais gros également. Surtout que le directeur ne me portait pas vraiment dans son cœur… Si seulement j’avais su jouer les bons élèves.
    Un rire plus que glacial sorti de la gorge de mon professeur. Il se sentait bien ? Heureusement que j’aimais bien les films d’horreur, car il était clair que sans cela son rire m’aurait fait peur. Vous savez, ce rire diabolique, sorti tout droit des enfers et que font les méchants dans les films, et bien il venait de faire le même. Mais tout de même, cela ne me rassura pas. Ce n’était pas la façon dont avait rit mon professeur qui m’inquiétait, mais le simple fait qu’il avait rit. C’est ça qui est inquiétant. J’étais quand même face à un vampire, et j’avais pas le souvenir que se soient une espèce des plus joyeuses. Et je crois que Hanasaki n’aurait pas été une personne des plus joyeuse, même en étant humain. Essayez de l’imaginer avec un sourire doux et chaleureux. Ca fait froid dans le dos comme image… Finalement, il valait mieux qu’il reste froid, sauvage et manipulateur. Au moins on savait à quoi s’attendre. D’après ces dires, j’étais la cause de son rire. Je ne pus réprimer un sourire. Même s’il n’en avait rien à foutre de moi, il ne me ferait pas grand mal. Mon sang était bien trop précieux à ses yeux. Des anges sur Terre, croyez moi, ça court déjà pas les rues, mais alors ici, j’étais bien le seul. Donc malgré tout ce qu’il pouvait bien dire, il ne ferait rien qui puisse attenter à ma vie, et je le savais très bien. C’était d’ailleurs pour ça que je me permettais parfois de lui répondre.
    Il me repoussa contre le mur, son corps collé au mien. Je le regardais avec un regard presque d’indifférence. Je n’avais rien à me faire pardonné. Et surtout pas un quelconque manque de politesse, encore moins à son égard. De toute façon, il savait très bien que j’étais du genre insolent. Alors pourquoi s’amusait-il encore à me donner des leçons sur la politesse ? Je lui adressais un sourire en coin.


      « Mais voyons professeur, ce ne serait pas moi le plus déçu s’il venait à m’arriver malheur. Mais vous ! Vous perdriez un sang de rare qualité et si difficile à trouver. Ce serait dommage… Surtout pour vous. Mais, il ne m’arrivera rien n’est ce pas ? Vous ne me ferez pas de mal… »

    Bon, maintenant s’il pouvait se dépêcher un peu et me laisser partir ça m’arrangerait. Je ne tenais pas à passer le reste de la journée ici, et surtout pas en sa compagnie. Ca risquait d’être extrêmement long.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sakki Korosu
avatar
ADMIN DÉCHU
Sous-Directeur Tyranique.


Messages : 1702
Date d'inscription : 17/09/2009
Age : 25
Localisation : Dans l'eau.


MessageSujet: Re: J'ai faim (PV) Lun 23 Aoû - 18:34

    C’est bien en se monde et seulement dans celui-ci que même les gens les plus stupide finissent par vous faire preuve de leur ignorance et de leur insolence éternel. La hiérarchie du monde humain, des monstres et des animaux fonctionne tous de la même façon, avec la loi du plus fort. Le règne animal pour être plus précis. Donc, celui-ci est construit pour que les plus fort règnes sur les autres, que le pouvoir, l’argent, le statut, la célébrité, la force rendent les plus chanceux de se monde a son sommet mais, il semblerait qu’une partie de gens en se monde ne comprennent pas cette simplicité qui établie les lois et les bases depuis des siècles et des siècles, cela a même le début des temps tels que le vampire les connus autrefois. Hiroki, preuve que ce n’est pas toute personne qui comprenne se principe ou bien qui s’y accorde. Pourtant rare sont les personnes qui peuvent réellement se permettre de ne pas suivre ces lois. Pourquoi? Puisque ces quelques rares personne possède le pouvoir de les franchir, de déjouer ces lois, ils font partie de ces gens qui crée les lois, ceux qui détiennent le pouvoir, qui sont au sommet de cette chaine qu’est la loi animal.

    Ryuzaki fait partie de ces personnes qui peuvent se le permettre, ce permettre de faire ce qu’ils veulent et ce a ces propres caprices et volonté au dépends des gens. Malheureusement pour Hiroki, celui-ci ne possède pas le droit de faire ce genre de bavure, venir ce jouer des autres ainsi, surtout pas en présence du vampire qui en possède le pouvoir dans cet école, la puissance de sa race et la sagesse des siècles qui se sont passé. L’ange, oui il peut avoir une certaine expérience de vie mais ici sur terre, il ne possède plus ces capacités qu’il possédait, déchu de se monde céleste, dieu lui a retiré la plus grande de ces capacités pour venir subir les douleurs de ce monde sur terre.

    Le voila ainsi prit contre le mur, le jeune homme se faisant une fois de plus insolant et méprisant envers le vampire, cette manière de rétorquer, de prendre la parole, ont aurait dit le vampire il y a des siècles de cela lorsqu’il n’était pas encore en diapason avec ces capacités et ce envahi par l’arrogance de son espèce. Ne rétorquant pas aux paroles du jeune homme il se contenta de faire mine de rien, un sourire malicieux au coin de ces lèvres il laissa un léguer rire glacial lui échapper pour ainsi souffler au travers du silence qui se faisait surement long et pesant pour l’ange déchu.

    Te faire du mal? Voyons… Loin de l’ah cette drôle d’idée mon cher. La douleur est une chose moindre face a toute ces jolies images qui me traverse l’esprit tels des couteaux qui ne demandent qu’à rejoindre ta peau…

    Se fut ainsi d’un geste rapide qu’il vint glisser l’une de ces mains jusqu'à son poignet qu’il empoigna fortement pour ainsi le casser d’un mouvement sec tout en affichant un sourire satisfait et joueur face a la tournure des choses. Se fut suite a cela qu’il laissa échapper un petit *Oups…* pour ainsi reprendre la parole, le professeur venant murmurer a l’oreille de celui-ci.

    Ho que tu souhaiterais trouver la mort plutôt que de vivre toutes ces tortures que je pourrais t’infliger et ce sans te donner cette gracieuse fin qui t’expirais des mal que je t’afflige. Ne prend pas la peine de sous estimer qui je suis…

    Ce fut ainsi suite a ces mots qu’il laissa ces lèvres venir se loger dans le cou du jeune homme, laissant celle-ci laisser place au canines qui se plantèrent dans la peau de l’ange, le corps du vampire se collant une fois de plus. Laissant libre espace a ces pulsions, il vint aspirer le liquide rougeâtre qui se trouve dans les veines, le corps d’Hiroki qui lui sert de buffet. Le doux parfum du vampire enivrant les papilles gustative du vampire, la rareté de son sang ce faisant fort agréable et plus que désirer, il oubliait de freiner sur son élan, de disons prendre juste assez de sang et non trop.

_________________

C'est un monde où les sentiments ne sont rien qu'une gêne
Le son des billes qu'on déplace sur le boulier sale résonne
Qui pousse les billes dans le boulier ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiroki Katsuya
avatar
Diabolic Angel Psychopath

Messages : 1169
Date d'inscription : 24/11/2009


MessageSujet: Re: J'ai faim (PV) Ven 27 Aoû - 18:37

    Même si l’expression glaciale qui était dessinée sur son visage n’avait pas changé, j’étais certains que mes propos agaçaient mon professeur. Comment le vampire qu’il était, celui qui avait surement traversé des siècles d’âge, pouvait supporter de ce laissé parler sur ce ton par un gamin dans mon genre ? Les adultes n’aimaient pas l’insolence, c’était bien connu. Et puis, Hanasaki n’était pas le genre de personne qui pouvait supporter qu’on lui manque de respect ainsi. Il aimait savoir que tout était sous son contrôle, que rien ni personne ne pouvait lui échapper. Probablement l’instinct du vampire. J’étais tout de même fière de l’excellence dont je faisais preuve dans le domaine de l’insolence. Okey, il est clair que ça ne m’aiderait pas m’élever socialement, mais j’en étais quand même fière. Tout comme j’étais fière d’être l’un des rares élèves capables d’insupporter Hanasaki. C’est vrai que le nombre d’élève, et peut être même de professeurs, ayant le courage de lui tenir tête n’était pas très élevé. En même temps, je les comprenais… Personne n’avait envie de mourir dans l’insupportable souffrance qu’il pouvait nous apporter. Mais j’espérais bien qu’un jour il découvrirait la désagréable sensation qu’était celle de tomber de son piédestal. Je n’avais aucun mal à haïr ceux qui se sentaient supérieur. Certes, nous vivions dans un monde où régnait généralement la loi du plus fort, mais personne n’étais intouchable. C’est aussi pour sa que je haïssais Hanasaki : pour ses manières hautaines, et ses discours d’être suprême. D’accord c’était un vampire, d’accord il avait des milliers d’années de plus que moi, mais on a tous une faiblesse. Et lui aussi en avait une. Sauf qu’il la cachait plutôt bien.
    Un nouveau rire traversa ses lèvres. Mes propos étaient toujours aussi hilarants ? Honnêtement, j’avais un peu de mal à me rendre compte. C’était pas souvent qu’on me faisait remarquer que j’étais « drôle » alors là, vraiment, je me posais des questions. Je réfléchissais à ses propos, me demandant quelle sensation serait la moins agréable… Me faire taillader par des couteaux, ou bien me faire mordre pas le vampire ? Mais il était clair que dans aucunes de ses situations je ne ressentirais une quelconque douleur. J’avais bien envie de rire, mais je me retins, me disant que cela ne ferait probablement pas plaisir à mon professeur que je me foute de lui aussi ouvertement. Mais dans le fond, lui aussi avait de l’humour, hein… Je serrais les dents en sentant une vive douleur dans mon poignet. Le salaud… Il venait de me casser le poignet d’un coup sec et rapide. Malgré ma résistance habituelle aux coups, quand un vampire vient vous cassez le poignet, vous souffrez, que vous le vouliez ou non. Vu le coup sec que mon professeur a mis, la fracture devrait au moins être nette. Il ne me faudrait pas longtemps pour récupérer, surtout pas avec ma nature. Je n’eus même pas le temps de réfléchir aux paroles de mon professeur que je sentis mon cou me bruler. Les deux crocs se plantèrent doucement dans ma chair, laissant une douloureuse sensation de piqure et de brulure.
    Je sentais mon sang pulser à travers mes veines. Je me mordais la lèvre inférieure pour me concentrer sur une nouvelle douleur, essayant d’oublier celle créé par les crocs du vampire. Ca avait beau ne pas être la première fois la sensation était toujours aussi désagréable. Je crois que je ne mis habituerais jamais. Je devais malheureusement me laissé faire, n’ayant pas la force pour lutter contre le vampire. Le temps me paraissait long. Encore plus que d’habitude. J’avais l’impression que tout se passait au ralentit, ce qui ne faisait qu’accentuer la douleur. Le vampire ne freinant pas sur son élan, j’eus rapidement mal à la tête. N’ayant pas l’air de vouloir s’arrêter, je dus me débrouiller pour me défaire de l’emprise de mon professeur. Chose beaucoup plus difficile qu’il n’y parait. Je sortais un petit flacon de ma poche. Dedans se trouvait un liquide incolore et inodore, portant le nom d’ « eau ». Je l’ouvris et le versait sur la tête de mon professeur. Son emprise se fit moins forte, ce qui me permit de m’éloigner. Les vampires ne supportait pas l’eau, c’était bien connu, et mon professeur ne faisait pas exception à la règle. Et quand à moi j’avais toujours des petits flacons d’eau dans mon sac ou dans ma poche. Simple question de précaution. Ne sachant jamais quand pouvait venir me voir Hanasaki, et ce dont il était vraiment capable, j’avais pris cette précaution. J’avais finalement eut raison.
    Je posais ma main sur la morsure, exerçant une certaine pression afin d’arrêter l’hémorragie, les yeux fixés sur mon professeur. Il se passerait quoi maintenant ? Je n’avais aucune idée sur la future réaction de Hanasaki. Et je ne pensais pas que lui fausser compagnie maintenant serait une brillante idée. L’hémorragie avait du mal à se stopper, faut dire qu’il n’y avait pas été de main morte. La douleur elle s’estompait doucement, mais était tout de même bien présente, ce qui ne cessait de m’irriter et de me rendre encore plus désagréable que tout à l’heure.


      « Vous devriez apprendre à vous contrôler, professeur ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sakki Korosu
avatar
ADMIN DÉCHU
Sous-Directeur Tyranique.


Messages : 1702
Date d'inscription : 17/09/2009
Age : 25
Localisation : Dans l'eau.


MessageSujet: Re: J'ai faim (PV) Lun 30 Aoû - 17:22

    La gourmandise, un luxe que peut de gens ne peuvent réellement ce permettre, non pas parce qu’ils manquent de moyen, manger c’est si facile en se monde, non plutôt pour les simples raisons que la gourmandise ramène dans nos corps toute ces maux qui lui retire sa beauté, laissant celui-ci s’enivrer de se pêcher au récidivivre fort remarquable lorsque nous ne sommes pas capable de contrer celle-ci. Toutefois, le vampire étant aujourd’hui en quelque sorte mort, son corps ne pouvant plus obtenir de réel changement, il laisse libre plaisir a la gourmandise, L’excès, la libre liberté de tout ces désires et ce malgré les conséquences néfaste qu’elle devrait avoir sur lui, ne possédant plus aucune réel récidivivre possible. Le voila ainsi sans retenue lors de ces désires, il y a Hiroki qui se fait insolent et fort désagréable. Comment attiser la haine d’un vampire et ce en quelques étapes facile, vient lui résister et ce malgré qu’il puisse faire ce qu’il veut de votre personne, qu’il puisse vous détruire, vous réduire a néant mais, cela étant chose fort plus difficile en ces lieux que lorsqu’il était prit d’une pleine liberté, il se doit de résister a l’envie de le tuer, de laisser son envie prendre le dessus sur lui.

    Ryuzaki laissait ainsi libre pulsion à l’un de ces vices, la gourmandise. Buvant le sang du jeune homme et ce sans retenue, continuant ainsi de le vider de cette gourmandise qui lui est singulière. Le sang céleste, un sang qui ne court pas les rues à vrai dire, un réel Sanday dans se monde de créature au sang qui ne porte pas toujours les sangs les plus agréable en eux. Le collant brusquement contre le mur, buvant de son sang sans retenue, vidant doucement le corps du jeune homme de se liquide qui lui permet de rester en vie, enfin peut-être pas, il ne connaît pas assez les anges pour cela. Surement le cas puisqu’il vint l’arroser, chose qu’il n’apprécia pas réellement. Non, il détestait l’eau, enfin venue ainsi contre son gré. Reculant sous cette tentative désespérer de l’ange, le professeur porta un regard noir contre le jeune homme qui semble porter en lui des fioles d’eau. Un silence prenant ainsi place entre les deux personnes, le vampire possédait maintenant un regard rouge sang et se plombé dans celui de l’élève.

    Marchant rapidement en sa direction, le vampire vint lui prendre le collet pour le coller contre le mur mais, cela non sur le sol, il se retrouvait soulever dans les aires a bout de bras du vampire, les paroles qu’il eu droit comme explication ne lui plurent pas réellement. Le gardant ainsi coller contre le mur, le vampire laissa échapper un grognement de mécontentement pour ainsi dire sur un ton sec.

    Bon séjour a l’infirmerie mon beau.

    Suite a ces paroles fort troublante et ce surement pour Hiroki. De son autre main, il vint lui fracasser le genou et ce d’un coup de point qui démontra au jeune homme qu’un simple avertissement et ce malgré qu’il soit surement obliger d’être avec un plate pour un moment, il ne pourra plus jouer au basket le pauvre… Suite à cette action, il le lâcha le laissant s’écraser sur sa jambe, que pour l’entendre gémir de douleur. Le poussant ainsi contre le sol, le vampire laissa échapper un soupire pour ainsi reprendre la parole et ce sur un ton amusé.

    Je reviendrai te voir mon beau, j’espère que t seras réfléchir a tes actions…

    Le voila prit d’un petit rire noir, il décida ainsi de le laisser seul contre le sol, quittant la pièce qui se retrouvait encore dans le noir, laissant ainsi l’élève dans un fâcheux état.

_________________

C'est un monde où les sentiments ne sont rien qu'une gêne
Le son des billes qu'on déplace sur le boulier sale résonne
Qui pousse les billes dans le boulier ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hiroki Katsuya
avatar
Diabolic Angel Psychopath

Messages : 1169
Date d'inscription : 24/11/2009


MessageSujet: Re: J'ai faim (PV) Ven 3 Sep - 13:08

    Le silence entre mon professeur et moi commençait à se faire légèrement pesant. Mon regard croisa celui du professeur, qui n’avait pas vraiment l’air d’avoir apprécié d’être arrosé. Il espérait tout de même pas que j’allais m’excuser quand même ? Après tout c’était moi la victime dans toute cette histoire. Il me suçait le sang sans retenue, et j’avais un poignet cassé. Jcrois que c’est plutôt moi qui devait réclamer des excuses. Le vampire s’approcha rapidement de moi, et sans que je puisse vraiment comprendre ce qui se passait, il m’empoigna et me souleva pour me plaquer contre le mur. Séjour ? Infirmerie ? Je ne comprenais pas. Et pourtant, il ne fallut pas longtemps à Hanasaki pour m’expliquer. Je lâchais un cri de douleur avant même d’avoir pu comprendre ce qui venait de se passer. La douleur dans ma jambe se fit si intense, que je n’avais pu me retenir de crier. Le vampire venait de me casser le genou à coup de poing. Celui là je l’avais bien senti passer. Puis il me jeta au sol, j’assurant bien que mon genou cassé le percuterait. Comme si je n’avais pas assez souffert. Il quitta la pièce en me laissant dans cet état misérable, agonisant sur le sol, promettant de revenir me voir et me conseillant de réfléchir à mes actes. Je me couchais sur le dos et me mis à rire. Nan, je n’avais pas perdu la tête. Du moins pas encore. L’hémorragie causée par la morsure du vampire, commençait doucement à se stopper, mais sans que la douleur puisse s’atténuer. J’étais vraiment dans un sal état et pourtant moi, j’étais content. Un poignet et un genou cassés, je me disais que ça aurait pu être beaucoup pire.
    Un sourire se dessina sur mes lèvres, tandis que j’arrachais le médaillon qui se trouvait autour de mon cou. Après tout, il n’y avait pas de raison pour que seul Hanasaki puisse enfreindre les règles. Mon collier enlevé, je récupérais la totalité de mes pouvoirs. Mais ce n’était pas vraiment ça qui m’intéressait, mais ma capacité de guérison. Mes pouvoirs rétablis, mes blessures s’effaçaient en seulement quelques secondes. Enfin, vu la gravité de celles d’aujourd’hui, il me faudrait quelques minutes. Ces quelques minutes me parurent très longues d’ailleurs. Je ne savais pas où était mon problème avec le temps aujourd’hui, mais je trouvais qu’il s’écoulait à une allure étrange. J’avais l’impression qu’il passait soit trop vite, soit trop lentement. C’était peut être mon cerveau qui délirait… Entre la fatigue et mon manque de sang, j’étais surement pas dans mes meilleurs jours. Un craquement se fit entendre au niveau de mon genou. Ca avait l’air d’être bon. Je commençais à balancer mes jambes dans l’air pour vérifier. Parfait ! Je me relevais en remettant mon médaillon. Mon poignet aussi était guéri. Enfin, guéri était tout de même un bien grand mot. Disons que je pouvais me mouvoir normalement, mais je sentais bien que ça me lançais encore, aussi bien dans le genou que dans le poignet. C’est clair que j’irais pas au basket ce soir mais bon, c’était toujours mieux que rien. Pour la morsure par contre, c’était une tout autre histoire. La douleur s’était ravivée, mais mon sang avait arrêté de couler. Je cherchais un pansement dans mon sac pour l’appliquer sur la morsure. Puis, je récupérais mes affaires et quittais la salle.
    Je me à courir dans le couloir dans le but de rattraper le vampire. Il ne devait pas être bien loin. Suicidaire ? Mais non ! Je sais que la logique aurait voulu que je rentre aux dortoirs, ou bien même que je passe à l’infirmerie. Mais la logique et moi… Haha ! Et puis, il m’avait finalement sorti de ma léthargie, alors autant en profiter. Je ne sais pas pourquoi, mais je voulais le revoir. Peut être pour lui montrer que même ses coups ne pouvaient pas changer ma façon d’être, ou simplement pour le narguer. Je n’en savais rien, tout ce que je savais, c’est que je devais le retrouver. C’était risqué. Après tout, qui pouvait savoir de quelle façon il allait réagir en me voyant debout et souriant. Je tournais au bout du couloir et vit enfin mon professeur, j’arrêtais de courir, mais pressa le pas pour pouvoir le rejoindre. Je me demandais bien quelle tête il allait faire quand il se retournerait. J’attendais d’être à seulement deux ou trois mètres derrière lui pour l’interpeler.


      « Professeur ! Je me rapprochais pour finalement lui faire face, un grand sourire arpentant mes lèvres. Ce n’est pas très gentil de m’avoir abandonné de cette façon. Et puis se n’est pas très prudent non plus. Imaginez que quelqu’un soit venu me trouver dans ce piteux état, cette personne aurait très bien pu faire vent de ce qui m’était arrivé, et d’autres personnes auraient pu faire le rapprochement avec le cours particulier que vous étiez censé me donner. On pourrait facilement vous accusé d’avoir voulu me faire du mal. Mais entre vous et moi, nous savons très bien que ce n’est pas possible, n’est ce pas ? »

    Je n’ai pas compris pourquoi c’était ces mots qui étaient sorti et pas d’autres. C’était presque comme un automatisme, dès que j’étais face à Hanasaki, il fallait que je me la joue. Il y avait des personnes avec lesquelles j’arrivais très bien à me contrôler, et ce malgré l’immense envie de leurs dire ma véritable pensée, mais pour Hanasaki, non. Ca venait tout seul, comme s’il existait une attraction entre mon insolence et lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sakki Korosu
avatar
ADMIN DÉCHU
Sous-Directeur Tyranique.


Messages : 1702
Date d'inscription : 17/09/2009
Age : 25
Localisation : Dans l'eau.


MessageSujet: Re: J'ai faim (PV) Sam 4 Sep - 3:10

    Ryuzaki venait de laisser seul le jeune Hiroki qui était dans un état disons peut recommandable, disons le ainsi. Bien attendu puisqu’en faite peut de personne voudrait se retrouver contre le sol, prisonnier d’un martyre et se par la faute d’une figure d’autorité de son école chose encore plus marquante c’est bien le fait que cela se fasse aussi gratuitement probablement non? Chose probable… Sur ces mots, le vampire quitta les lieux, retournant en direction de ses appartements puisqu’il avait bien attendu aucun cours le soir même, enfin cet après midi et c’est pourquoi il avait eu envie a ces quelques moments de plaisirs en compagnie d’Hiroki qui ne durèrent peut longtemps malheureusement, enfin ce pour Hiroki plus qu’autre chose. Pourquoi? Simple cela le mena a être fort plus violent qu’a ces habitudes mais, le meilleur dans toute cette histoire est fort bien le fait qu’il va rejeter ses dévolues a autres parts. Que cela veut-il dire? Simple, lorsqu’un vampire bois le sang de ses victimes, son esprit se voie entièrement ouvert, plus simple à lire, les informations se jetant carrément dans les penser du vampire. Cela dit, il a pu y apercevoir qu’il apporte une attention particulière à un élève qui est lui aussi à problème, le jeune Miki qui déjà n’est pas dans les meilleurs liens alors faut dire que l’intention ne se fera pas seulement par vengeance mais cela aussi par plaisir! C’est sous cette amusante penser, un sourire presque inquiétant, se promenant dans les couloirs désert du a se que les élèves soient tous en classe en se moment présent qu’il du arrêter sa marche, se mordant la lèvre inférieur, n’ayant simplement que ressentit sa présence, son odeur, il venait et se en pleine forme semblerait-il. Silencieux et ce sans se retourner il écouter les paroles du jeune homme.

    Prenant un petit moment pour assimiler chacune de ses paroles, ce dans un silence total, il se retourna doucement en sa direction, son regard lui se plongeant dans le sien. Silencieux et son sourire lui n’étant plus présent il laissa un simple toussotement se faire entendre tout en se passant une main contre sa nuque, laissant un faible soupire se faire entendre, son regard se fermant quelques secondes. Reportant son attention sur sa personne, il vint reprendre la parole et se sur un ton de voix bien plus calme que pouvait laisser démontrer sa personne.

    Tu me crois aussi ignorant que cela Hiroki? Si tu as pensé a cela je crois avoir été en mesure de prévoir un contre courant a cela. Qui sait que tu es en rattrapage? Personne… C’est après que je laisse un mot au professeur et non avant, c’est pourquoi celui-ci pas encore fait il n’y a aucune preuve qui démontre que tu étais réellement en ma compagnie… Cela étant plutôt perçu comme quelqu’un qui sèche son cours eh bien tu gagneras surement d’autres heures de retenue mon cher…

    Marchant et se d’un pas lent et silencieux en direction du jeune homme, un sourire se dessinant doucement sur ces lèvres, il reprit la parole prenant un ton de voix supérieur et amuser par le fait qu’il soit venu ainsi lui tenir tête en faite il en était presque impressionné de ce geste a la fois fort courageux et stupide.

    Suite a tes dires comment je pourrais être accusé de quoi que ce soit, il semblerait que tes pouvoir sont fort moins affaibli que je le pensais, tu es pratiquement remis en un seul morceau… Que pourras-tu dire pour m’incriminer? Je ne vois pas qui te croiraient… Maintenant je dois m’excuser, j’ai des cours particuliers à donner à d’autres personnes… Ils se feront fort plus a l’écoute que toi j’en suis certain mon cher.

    Continuant son chemin en sa direction, il vint poser l’une de ses mains contre la joue du jeune homme, laissant celle-ci venir caresser sa peau du bout des doigts. Sa peau fraiche elle venant parcourir la peau chaude de l’ange. Un sourire malicieux aux lèvres, il s’approche un peut plus de lui, laissant un murmure se faire entendre, venant y susurrer a l’oreille.

    Je me demande s’il est doué… Tu es forcément au courant toi toutefois je préfère vérifier par moi-même se qu’il est capable de faire. Se petit semble plein potentielle…

_________________

C'est un monde où les sentiments ne sont rien qu'une gêne
Le son des billes qu'on déplace sur le boulier sale résonne
Qui pousse les billes dans le boulier ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: J'ai faim (PV)

Revenir en haut Aller en bas
 

J'ai faim (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Monster Academy :: Close :: Close-
Sauter vers: